Tag Archives: Athènes

[Athènes, Grèce] Attaques incendiaires contre une patrouille de police et l’Institut français

L’Institut français à Athènes, symbole de la coopération et de l’action culturelle française en Grèce, a été visé dans la nuit de dimanche à lundi par deux attaques. A 4 heures du matin, des jeunes gens masqués ont lancé du liquide inflammable par-dessus la grille de l’Institut, causant des dégâts sur deux véhicules garés dans l’enceinte. Les pompiers ont pu éteindre le feu rapidement.

Une heure plus tard, une nouvelle attaque a eu lieu. Les attaquants ont brisé une fenêtre avant de lancer à nouveau un liquide inflammable, cette fois à l’intérieur du bâtiment, causant des dégâts mineurs dans l’entrée des bureaux.

Continue reading

[Athènes, Grèce] Attaque incendiaire du ministère de la culture

Dans la nuit de samedi 28 janvier 2017, nous avons frappé le ministère de la culture à Exarchia avec des cocktails molotov. C’était une petite attaque symbolique pour rappeler à tous les fascistes et militaristes de partout que nous nous futons complètement de vos idéaux nationaux. Nous crachons sur vos emblèmes nationaux, vos uniformes, vos frontières et les tombes que vous construisez pour commémorer vos massacres.

Guerre à la guerre de civilisation.

[Traduit de l’anglais de contrainfo, 31th January 2017]

[Athènes, Grèce] Solidarité incendiaire avec les rebelles aux Etats-Unis

Ce jeudi 26 janvier 2017 à 22h, nous avons attaqué aux cocktails molotov les forces anti-émeute du MAT qui protègent les bureaux du PASOK de la rue ‘Harilaou Trikoupi’ à Exarchia.

Cette action est en solidarité avec les centaines de compagnon-nes arrêté-es à Washington et à travers les Etats-Unis durant les manifestations combatives contre l’inauguration de Donald Trump le 20 janvier dernier.

Continue reading

[Athènes, Grèce] Distributeur de billet incendié contre la société carcérale

Dans la nuit du jeudi 12 janvier 2017, nous avons détruit et incendié un distributeur de billets de la ‘Piraeus Bank’ de la place ‘Canningos’. Cette année aussi, nos cadeaux pour le statu quo sont des marteaux et des flammes. Nous n’oublions pas celles et ceux qui sont incarcéré-e-s.

Jeunesse chaotique

[Partout] Feux du nouvel an contre toutes les prisons [Mise-à-jour 5 janvier]

Petit aperçu des traditionnelles manifs anticarcérales à chaque nuit de la Saint-Sylvestre un peu partout dans le monde. Quelques brèves de France, de Grèce, d’Allemagne et des Etats-Unis.


Continue reading

[Berlin & Leipzig, Allemagne] Cadeau de St-Nicolas pour les flics

198581[Dans la nuit de mardi à mercredi 7 décembre à Berlin, le bureau de recouvrement des amendes de la police a été incendié. Voici le communiqué de revendication de cette attaque incendiaire]

« En mémoire d’Alexis [1], qui a été assassiné par les flics à Athènes il y a plusieurs années.

En cadeau, nous avons placé dix litres d’essence devant la porte d’entrée des amis de ses meurtriers de la ‘Magazinstrasse’, rue située à proximité du ‘alexanderplatz 10’, et les avons immédiatement incendié.

Par ailleurs, la solidarité de cette action s’adresse aux compagnon-nes qui sont incarcéré-e-s à Aachen pour une action anarchiste de retrait d’argent et qui sont dans l’attente d’être condamné-es par des bourreaux. D’autres salutations solidaires vont à Thunfisch, Balu, Cem et Ali.

Continue reading

[Grèce] Quelques brèves d’attaque de cette fin d’année

destroy[Athènes] Attaque contre une société de vigile

Dans la matinée du 30 novembre 2016, nous avons attaqué avec des marteaux et du feu le bureau de l’entreprise de sécurité S.C.S, situé dans le quartier de Zografou à Athènes.

Les entreprises de sécurité privée joue un rôle de para-police, faisant leur profit en vendant de la  peur, en encourageant à balancer et à collaborer avec la police.

Pour ces raisons, et pas seulement, ce n’était pas difficile pour nous de les choisir comme cible. De plus, nous avons montré par notre action que cette entreprise est inutile et que ses services sont juste une illusion, puisquils n’ont même pas été capables d’assurer leur protection. Aucun de leurs outils de contrôle, humains ou mécaniques ne peut arrêter celles et ceux qui ont le désir d’attaquer l’existant. Par cette action, nous voulons soutenir l’appel contre le sommet du G20 qui aura lieu les 7 et 8 juillet 2017 à Hambourg.

Continue reading

[Athènes, Grèce] Banderole à Exarchia en solidarité avec Kara Wild

kara-wild-1-544x408En lien avec les manifs contre la nouvelle loi travail, un véhicule de patrouille de la police française a été démoli et incendié le 18 mai à Paris. Kara Wild, une femme trans originaire des Etats-Unis qui avait pris part aux mobilisations, a été arrêtée une semaine plus tard, le 26 mai, à proximité de la place de la Nation lors d’une autre manifestation. Les autorités répressives de l’Etat l’ont accusé d’avoir participé à la démolition de la voiture de police. Depuis, elle est incarcérée en France et sa demande de libération sous caution a été refusée car elle est susceptible de s’enfuir.  Continue reading

[Athènes, Grèce] La solidarité vient frapper aux vitres des partis au pouvoir

Chronologie des attaques qui ont été revendiquées en réponse à l’opération répressive de l’Etat grec contre les espaces d’auto-organisation et de solidarité dans les premières heures du 27 juillet 2016 à Thessalonique :

Continue reading

[Thessalonique, Grèce] Solidarité active avec les squats de migrants expulsés le 27 juillet (Mise-à-jour)

thessalonikiMercredi 27 juillet à l’aube, les chiens policiers de Syriza ont perquisitionné et expulsé simultanément trois squats hébergeant des migrants à Thessalonique. Parmi eux, il y a le squat « Orfanotrofio », ancien orphelinat appartenant à l’Eglise [1];  la communauté « Hurriya » de la rue Karolou Diehl (propriété privée) et d’autres squats situés sur la Nikis Avenue, dont l’université est propriétaire [2].

Plusieurs dizaines de personnes vivant à l’intérieur ont été arrêtées. Celles dépourvues de papiers ont été très probablement enfermées en centres de rétention. Un bon nombre de militants « no border » vont être renvoyés devant le tribunal pour passer en procès.

Le 28 juillet, certaines personnes du bâtiment « Nikis » arrêtées ont écopé de 6 mois de prison avec sursis. Des anarchistes originaires de Grèce ont écopé de 4 mois de prison ferme et 2 ans avec sursis. Une solidaire a été condamnée à payer chaque jour 5 euros pendant 6 mois. Deux manifs solidaires se sont tenues dans la journée. Les personnes arrêtées du squat ‘Orfanotrofio’ et d’Hurryia passeront respectivement en procès les 3 et 5 août. Tous les militants arrêtés ont été libérés.

Il y a eu des affrontements entre migrants et police anti-émeute dans le camp ‘Softex’ immédiatement après qu’une femme soit morte. De nombreux sans-papiers ont voulu sortir du camp et partir en manif. Plus tard, la manif de solidarité a rassemblé plus de 600 personnes et a traversé la ville bruyamment. Elle s’est réunie à Egnatia aux côtés des migrants du camp de ‘Softex’. Dans la foulée, deux nouveaux squats ont été ouverts pour les migrants et les personnes ciblées par la répression, ce qui a fait immédiatement rappliqué les flics en masse. Malgré tout, ils ont tenu. Le premier est une école de théatre à proximité du campus à Egnatia. L’autre est une taverne ‘Lada’, inoccupée depuis quelque temps et située dans le quartier ’40 Ekklisies’. Les occupations représentent une réponse aux expulsions du 27 juillet et remplissent l’objectif de créer des espaces auto-organisés pour les migrants et leurs luttes. 

Dans la nuit du vendredi 29 juillet, une partie des bâtiments de l’université ‘Aristote’ de Thessalonique a perdu ses vitres. C’est une réaction appropriée aux expulsions du mercredi précédent (entre autre celle du squat ‘Nikis’ qui était situé dans l’enceinte de la fac et que l’université a fait expulser).

UniThessa

Par ailleurs, deux bureaux du parti au pouvoir Syriza ont été retrouvés défoncés au petit matin par les flics. L’un est situé dans le quartier ‘Petralona’ à Athènes et l’autre dans le quartier de ‘Kalamaria’ à Thessalonique. Plus tard durant cette même journée de vendredi 29 juillet, des policiers anti-émeute ont du se positionner devant la maison du ministre d’Etat Alekos Flambouraris. Il semblerait d’après la presse que c’est la quatrième fois que le domicile de ce ministre soit pris pour cible lors de manifestations. 

Le 1er août, des personnes solidaires écopent de 3 ans de prison avec sursis et 6 mois de taule pour infractions. Toutes les autres sont relâchées.

Continue reading