[Publications] Nous n’irons pas voter / Pour en finir avec l’illusion de la démocratie

[Deux affiches contre le cirque électoral à venir et cette société qu’il maintient et légitime, collées dans plusieurs villes en France]

Nous n’irons pas voter.

Nous ne voulons pas cautionner cet état de fait, nous ne voulons pas choisir le moins pire. Aucune envie de réussir dans cette société pourrie, ni de changer les règles d’un jeu que l’on sait truqué dans ses fondements. Nous voulons en finir avec un monde qui s’appuie sur l’autorité. Nous ne votons pas, notre choix est celui de la révolte. Par la parole, par la critique et l’analyse. Par les « petits » choix du quotidien. Par des actes destructeurs. Par des passions créatrices.

    Contre l’État, quelle que soit sa couleur. Parce que prisons, tribunaux, commissariats, casernes, écoles seront toujours là avec n’importe quel gouvernement.
    Contre le Capital, ses fausses promesses, ses marchandises anesthésiantes, ses illusions de bonheur matériel, sa misère et son exploitation bien réelles.
    Contre tout ordre moral, les lois dans nos têtes, l’acceptation fataliste de rester à la place qu’on nous assigne. Pauvre, femme, fou, travailleur exploité, étranger sans papiers, détenu : rien à foutre, Je serai moi-même, ce que je veux être.
    Contre toutes les religions, les appartenances identitaires, les nations et les communautés. Tous ceux qui me disent comment je dois vivre sont mes ennemis. Les paradis qu’ils nous promettent ne sont que des carcans pour notre vie – la seule qu’on a.
    Contre les hérauts d’un monde meilleur – le leur. Contre les leaders et porte-paroles auto-proclamés de l’insurrection et autres maîtres à penser d’une soi-disant révolution qui pue l’embrigadement et les tribunaux. Leurs lendemains ressemblent trop à aujourd’hui.

 Pour la liberté individuelle, qui se réalise dans la révolte, qui est révolte contre ce monde de soumission.
    Aux côtés d’autres révoltés, avec quelques complices choisis dans la réciprocité ou avec la seule compagnie des étoiles et de sa propre volonté.
    Si les élections présidentielles peuvent être un moment pendant lequel bon nombre de personnes, dégoûtées par ce spectacle, veulent en finir avec l’État et ses représentants, permettant ainsi à des révoltés de se retrouver, il n’y a cependant aucune raison d’attendre des moments favorables. La révolte tout de suite !

    Pour la liberté,  pour l’anarchie !

Télécharger l’affiche au format PDF


Pour en finir avec l’illusion de la démocratie

    Voter, c’est déléguer son pouvoir de décider et de gérer soi-même sa propre existence.
    Voter, c’est approuver les fondements de cette société qui repose sur l’exploitation, l’oppression et l’autorité.
    Voter, c’est contribuer à perpétuer un système de misère et de domination, à considérer que la base de nos relations ne puisse se fonder sur autre chose que sur l’argent ou la compétition.
    Voter, c’est accepter de se soumettre aux lois et aux milices armés créées pour défendre les intérêts des riches et des puissants.
    Voter, c’est perpétuer l’illusion de la démocratie, la chaîne invisible qui est dans nos têtes.

    Se limiter à lutter contre les élections ne peut en aucun cas nous satisfaire, puisque c’est le monde qu’elles légitiment et renforcent que nous voulons détruire. Nous ne considérons pas non plus qu’il y ait un moment précis propice pour déclarer la guerre aux oppresseurs et aux exploiteurs: la guerre sociale ne connaît aucune trêve. Nous n’avons ni stratégie à établir ni plan militaire à appliquer pour l’insurrection. Nous sommes simplement armé.e.s de notre rage et de notre créativité pour foutre en l’air les piliers de la domination. Seul.e.s, accompagné.e.s ou en groupes coordonnés, propageons et multiplions les foyers de désordre libérateur.

    Nous déserterons les urnes, comme à chaque fois, car nous ne reconnaissons aucune légitimité à ceux qui sont appelés à nous gouverner. Nous continuerons à agir par et pour nous-mêmes, comme nous le faisons chaque jour.

    Nous voulons conquérir la liberté totale, en nous débarrassant une fois pour toute de l’argent et du travail, des prisons et des frontières, des chefs et des États, fascisants comme démocratiques. Nous pourrons alors enfin expérimenter ce qu’est LA VIE.

    Nos désirs de Liberté ne rentreront jamais dans leurs urnes, alors… sabotons la mascarade électorale !

Voir l’affiche au format PDF

Plusieurs versions de ces deux affiches sont disponibles sur Contrainfo.

[Reçu par mail]


Quelques autres affiches anti-électorales ont également été placardées dans Besançon courant février 2017….


A Paris…

[Reçues par mail]

Laisser un commentaire