Monthly Archives: mars 2016

[Publication] La Bourrasque : Bulletin de critique et d’agitation anarchistes écrit depuis Clermont et ses abords

La Bourrasque est un bulletin qui ne se construit depuis aucune base politique, idéologique ou morale, considérant que ce ne sont que trois facettes d’une même domination. Les textes proposés ici ne se nourrissent que de rages et de désirs. La rage contre ce monde pourri par l’autorité et le fric. Le désir de vivre des instants d’insoumission et de liberté. S’il nous tient à cœur de mieux comprendre et évoquer dans ces lignes comment s’articulent les dominations qui traversent cette société, ce n’est pas pour en être les spectateurs-trices indignéEs mais pour envisager des pratiques et des horizons offensifs contre tous les pouvoirs. Allergiques aux dogmes et aux avant-gardismes, nous ne souhaitons ni convaincre, ni persuader. Dans La Bourrasque, nous voyons plutôt un souffle qui circule de rencontres en affinités. Une rafale qui recherche les brèches du vieux monde pour s’y engouffrer et les élargir. Un peu de vent pour que le feu se propage.

Pour lecture, diffusion, retours critiques… Tout est là : labourrasque.noblogs.org

Bon vent…

Téléchager le journal au fomat PDF

Téléchager le journal au fomat PDF

[Marseille] Incendie d’un véhicule de ‘GDF-Suez’ en solidarité avec les migrants de Calais

feuAu cours des dernières semaines, L’État et sa “bonne” armée ont intensifié leurs attaques contre nos ami.e.s à Calais, entre deux ratonnades fascistes. Mais ceux qui s’attaques aux réseaux libertaires doivent s’attendre à des réactions fortes.
Si les maisons construites à Calais se font détruire, nous détruisons l’infrastructure répressive, à Marseille comme n’importe où ailleurs.
En réponse aux destructions et aux attaques contre la Jungle de Calais, nous avons brûlé une camionnette de {Cofely – GDF Suez}, qui profite de la gestion des soi-disant “migrants” en participant à la construction de centres de rétention en France et en Italie, le vendredi 4 mars dans le quartier de Baille.

La lutte contre toutes les frontières, les États et la société d’exclusion et d’expulsion continuera.
Pour une vie solidaire.

H.i.H.i.H.i
(Hibouc Insomniaques à l’Humeur Internationaliste et à l’Humour Incandescent)

[Publié sur contrainfo, 19 mars 2016]

[Paris] Loi, travail, prison : détruisons !

Ces dernières semaines 8 DAB ont été sabotés par divers moyens (marteau, mousse expensive, extincteur) dans le nord de Paris.

Au lieu de nous plaindre aux côtés des partenaires sociaux (matons de la révolte) détruisons ce qui nous détruit ! Pas besoin de manifs !

La « loi travail » on en a rien à péter, on veut juste tout péter !

Solidarité avec les anarchistes de Korydallos.

[Publié sur indymedia nantes, 18 mars 2016]

[Montréal, Québec] Pourquoi nous attaquons la police – 5 mars 2016

Appel pour un mois contre la police : un véhicule du SPVM attaqué près du métro Charlevoix

Plus tôt aujourd’hui (5 mars 2016), à 18h, quelques ami.es ont attaqué un véhicule du SPVM stationné à l’extérieur du métro Charlevoix dans le quartier de Pointe-Saint-Charles à Montréal en crevant les pneus et fracassant les vitres.

Nous voulons nous servir de cette attaque en tant qu’appel à des actions contre la police à Montréal entre aujourd’hui et la fin du mois de mars.

À l’approche de la manifestation annuelle contre la « brutalité policière », nous aimerions nous éloigner d’une combativité limitée à ces seules manifestations, auxquelles les forces policières ont amplement l’occasion de se préparer et après lesquelles la paix sociale est facilement rétablie. Nous voulons montrer que la police est vulnérable au sabotage, et que ceci est possible chaque jour de l’année. Nous voulons que la peur change de camp. Nous voulons encourager l’espace anarchiste montréalais à expérimenter une offensive diffuse contre les opérations quotidiennes de la police, pas seulement le 15 mars, mais durant tout le mois à venir.

Nous avons dispersé des copies de ce tract près du véhicule vandalisé :

Pourquoi nous attaquons la police

Si vous lisez ceci, vous vous demandez probablement pourquoi quelques individus masqués viennent de vandaliser la voiture de police qui est devant vous.

Ça a été plutôt facile de gâcher la journée de ces flics; nous portions des foulards, chapeaux et gants pour dissimuler notre identité, et avons dédié vingt secondes à cette action directe, pendant qu’un.e de nous était bien positionné.e pour guetter l’éventualité d’un.e policiè.re tentant de retourner vers le véhicule. Nous avons couru jusqu’au prochain coin de rue, avons changé de vêtements pour modifier notre apparence tout en gardant nos foulards, et avons calmement réintégré la foule en nous éloignant.

Permettez-nous de nous présenter; nous sommes celles et ceux qui ne se sont jamais senti.es satisfait.es de suivre le programme métro-boulot-dodo auquel l’école nous prépare; nous sommes celles et ceux qui voient un flic et reconnaissent l’héritage de domination qu’ils représentent et appliquent; nous sommes celles et ceux qui veulent lutter pour détruire l’État, l’économie, les structures qui nous forcent à nous conformer aux rôles prédéterminés d’« homme » et de « femme », et toutes les violences quotidiennes innombrables que cette société nous impose. Nous voulons détruire ce qui nous détruit, tout en amorçant simultanément la création d’un monde moins misérable que celui-ci.

Nous ne sommes pas dupé.es par les réformes que l’État nous offre pour atténuer ces sentiments, parce que nous reconnaissons l’absurdité de simplement ajuster les réglages de cette société-machine létale, et la nécessité de mettre feu à ses panneaux électriques. Nous voulons une rupture révolutionnaire avec la vie quotidienne qui nous enferme dans le travail et les relations sociales acceptables. En dehors des émeutes et des rébellions de grande échelle, nous vivons ce désir pour quelque chose de nouveau en sabotant les systèmes de domination par tous les moyens possibles.

Plusieurs d’entre nous se disent anarchistes, mais l’important n’est pas le nom que l’on se donne, mais plutôt le combat riche et inspirant contre l’autorité auquel nos actions et projets participent. Pour nous, une voiture de police qui ne peut plus patrouiller dans le quartier suggère l’objectif plus large de mettre le système de flicage, de prisons et de tribunaux hors d’état de nuire, parce que ce système de répression et de contrôle n’a jamais été et ne sera jamais autre chose qu’un obstacle à notre liberté. Il sert et protège les puissants – les institutions et les personnes qui ont beaucoup plus de contrôle sur la manière dont nous vivons nos vies que nous-mêmes.

Nous espérons que le fracas de ces vitres de voiture de police résonne en vous, et que vous êtes également dégoûté.es par tout.e citoyen.ne obéissant.e assimilant cette attaque à une atteinte à sa propre sécurité. Encore et encore, nous constatons que les flics ne font qu’empirer nos vies. Quand il y a un violeur dans notre quartier, nous préférons de loin voir un groupe s’auto-organiser et répondre à coups de bâton de base-ball dans les genoux du violeur que de voir un.e survivant.e traîné.e à travers les tribunaux et humilié.e à chaque étape. Nous préférons de loin voir les personnes de notre quartier qui sont confinées dans la misère par leurs patrons et proprios s’organiser pour piller un IGA ou dévaliser un commerce yuppie plutôt que de les voir se voler entre elles et de se dénoncer mutuellement à la police.

À chaque année, le 15 mars, il y a une manifestation contre la « brutalité policière ». Si nous voulons vraiment avoir la chance de vivre des vies libres, il faut amener le combat au-delà de la simple dénonciation de la « brutalité » ou des « excès » du SPVM. Nous devons comprendre que la violence brutale et la coercition sont intrinsèques à l’existence même de la police. Nous refusons le narratif dont nous gavent l’État et les médias – selon lequel certains individus parmi les forces policières constitueraient le problème, et non la police en tant que telle et le monde qu’elle défend. Voici pourquoi lorsque plusieurs d’entre nous se rejoignent dans les rues, c’est contre toute police, et nous emmenons avec nous des roches et des feux d’artifice que nous leur jetons de derrière nos barricades. Nous vous invitons à nous y retrouver, et à partager cette révolte en actes.

À la prochaine,
Vos anarchistes de quartier amicaux

Voir le tract en PDF

Voir le tract en PDF

[Publié sur montréal contre-information]

[Berne, Suisse] Action directe contre la recherche sur les OGMs – 25 février 2016

Le Département fédéral de l’environnement à Berne a été attaqué à la peinture le 25 février dernier.

Du 22 au 28 février, un appel a été lancé pour une semaine d’action internationale contre les nuisances technologiques et le monde qui les produit. C’est dans ce cadre que nous sommes allées, le 25 février, déverser une quantité massive de peinture sur les murs de l’Office fédéral de l’environnement à Berne.

Cet office délivre depuis plusieurs années les autorisations pour effectuer des recherches sur des plantes génétiquement modifiées (OGM) dans le laboratoire à ciel ouvert, « Protected Site », à Reckenholz (ZH). En ce moment même une nouvelle demande, concernant des pommiers « Gala », y est en cours de traitement.

Cette attaque contre la recherche et contre le développement des OGM est portée en solidarité avec toutes les personnes en luttes contre la société industrielle.

Solidarité avec Billy, Silvia et Costa = silviabillycostaliberi.noblogs.org

quelques anarchistes

gentechsabotieren1-0c249

[Traduit du suisse allemand d’indymedia switzerland (site indisponible) par renversé.ch, 14 mars 2016]

[Montréal, Québec] Attaque solidaire d’un concessionnaire automobile de luxe – 12 mars 2016

L’attaque du concessionnaire a été revendiquée en solidarité avec les combattants des CCF et de ‘Lutte Révolutionnaire’ en Grèce sur Montréal counter-information:

Un concessionnaire de voitures près de Côtes-des-Neiges a été attaqué par le moyen d’engins incendiaires ayant causé des dommages à des voitures de luxe en l’honneur des courageux.ses camarades emprisonné.es de la Conspiration des cellules de feu et de Lutte Révolutionnaire.

La solidarité c’est l’attaque.

Vive l’anarchie.

Vive l’Internationale Noire.

20160312-085603-g

Neuf véhicules d’un concessionnaire automobile de Montréal vandalisées

MONTRÉAL – Neuf véhicules d’un concessionnaire automobile de Montréal ont été vandalisés dans la nuit de vendredi à samedi.

Un véhicule a été incendié et complètement détruit; deux autres ont été sérieusement endommagés par le feu, et six autres vandalisés.

Un ou des individus ont commis ces méfaits vers minuit 30, dans le stationnement d’un concessionnaire de la rue Bougainville, dans le secteur de Côte-des-Neiges.

Des objets incendiaires ont été trouvés sur les lieux. Les caméras de surveillance auraient été endommagées et personne n’aurait été témoin du saccage.

La presse canadienne, 12 mars 2016

[Marseille] Une semaine d’actions de solidarité avec les migrants de Calais

Suite aux récentes expulsions à Calais, une semaine d’actions en solidarité avec la résistance dans la « Jungle » a eu lieu à Marseille. Nombre d’individuEs et groupes ont contribué de façon anonyme aux diverses actions contenues dans ce communiqué. Toutes les cibles choisies collaborent dans la répression, l’assujettissement et la déportation de personnes migrantes et/ou sans papiers, à Calais ou ailleurs.
Ci-dessous la liste des actions telles qu’elles ont été communiquées par les personnes concernées:

* 500 autocollants dont “non aux expulsions- solidarité avec la résistance à calais”, “Migrants bienvenus – ramène tes potes”, “collabo – solidarité avec les sans papiers à Calais”, ainsi que divers autres en français et en anglais, distribués à travers la ville.

* Plusieurs petites actions ont eu lieu le dimanche 6 mars :
Des affiches du FN ont été détruites et des slogans pro-migration ont été tagué sur un mur à côté.
Les pneus d’un véhicule appartenant à Orange Telecom (en lien avec l’État) ont été crevés.
“Collabos aux expulsions” tagué sur 3 boîtes aux lettres de La Poste.
Un distributeur de liquide et une caméra de sécurité ont été saboté avec de la peinture à la banque BNP Paribas sur l’avenue de la Corderie – “collabo” tagué à côté du distributeur.
Le bâtiment de La Poste également tagué “collabo aux expulsions”.

1 2

* 200 affiches collées autour de Noailles, la Belle de Mai et National (1er et 3ème) avec quatre affiches différentes : “Solidarité avec les sans papiers à calais”, “Solidarité avec la résistance à calais” et “Solidarité avec les grèves de la faim à calais” (le dernière en français et anglais)

* Mercredi 9 mars tôt le matin :
Lâché de banderole disant “Solidarité avec la résistance à Calais – personne est illégal-e”.
Des slogans tagués : ” pas de papiers pas d’expulsions” ” brûle les frontières, brûle l’état” ” pas de frontières – pas d’état – pas de problèmes!” “Vinci collabo des expulsions” “non aux expulsions”

* Jeudi 10 mars à 4h30 : bâtiment de la Croix Rouge, rue Baille, 5e arrondissement. Des fenêtres explosées avec des pierres et serrures sabotées. Contre les collaborateurs ‘humanitaires’ et leurs tentatives d’adoucir la violence des frontières. Il n’y a pas d’expulsions paisible.

* Deux distributeurs des collabo LCL ont été mis hors service.
Une voiture de la métropole saboté et “calais” peint sur le toit.

4

* Des tagues contre six bâtiments du Groupe SOS dans le 1er, 3e et 7e : au 200 et 357 bvd national, 3 bvd grigou, 2 rue grigan (serrures également cassées), 24a rue fort notre-dame, 1 bvd charles livron.
Egalement deux bureaux de poste : 184 bvd national et place bernard de cabinet.
“collabo aux expulsions” et “solidarité avec les sans papiers à calais” et “solidarité avec la résistance à calais”

5 6 8

7* La nuit du jeudi 10 : tagues et bombes de peinture contre 3 bâtiments de la Croix Rouge autour du boulevard Chave dans le 5e arrondissement (un magasin de charité et les bureaux). Les messages peints : “Solidarité avec Calais” et “Collabo aux expulsions”.

* Un groupe d’entre nous a décidé de faire une banderole disant “A bas toutes les frontières – Solidarité avec la résistance contre l’expulsion à Calais” en français, arabe et anglais. Nous avons pris une photo avec quelques amiEs tenant la banderole, comme geste simple pour celleux qui luttent à Calais. Ça a eu lieu vendredi.

[Publié sur contrainfo, 16 mars 2016]

[Besançon] Permanences politiques prises pour cibles (mais pas que)

Besançon : les permanences PS et de Jacques Grosperrin ciblées

En l’espace de quatre jours, les permanences politiques du parti socialiste et du sénateur (Les Républicains) Jacques Grosperrin ont toutes les deux fait l’objet de dégradations.

La permanence du PS située avenue de la Gare d’Eau a été la proie de vandalisme au cours du week-end dernier. Deux inscriptions ont été taguées à la bombe sur la vitrine et le mur. D’un côté, « pourriture sociale » en couleur noir, de l’autre « contre votre monde de képis » peint en rouge et en caractères de trois mètres de hauteur.

C’est au cours de la nuit de lundi à mardi que la permanence de Jacques Grosperrin située rue Bersot a été endommagée. D’une part, de la colle a été projetée dans la serrure de la porte d’entrée pour la rendre inutilisable. D’autre part, la vitrine a été recouverte de graffitis. « Parmi ces graffitis, l’un révèle la bêtise des voyous. Il y est écrit “solidarité migrants”. Indépendamment de la position que chacun peut avoir sur la question des flux migratoires, il semble particulièrement absurde de revendiquer une action délictueuse contre un élu de la République pour une volonté de solidarité à l’égard des migrants. Une telle revendication est non seulement stupide mais, plus encore insultante à l’égard des migrants eux-mêmes », indique Jacques Grosperrin.

Dans les deux cas, des plaintes ont été déposées au commissariat de police. Les slogans bombés relèvent de l’expression anar. On note d’ailleurs une recrudescence de graffitis de cette veine en la matière. Ainsi, du côté de la rue de Belfort, a été peinte l’inscription « Pour vivre debout, bloquons tout, grève générale » ; le tout accompagné d’un A cerclé. […]

l’est républicain, 15/03/2016

Tags vus devant le lycée Pasteur dimanche 13 mars 2016

Tags vus devant le lycée Pasteur dans la matinée du lundi 14 mars 2016 [Reçue par mail]

[Berlin, Allemagne] Trois véhicules de l’entreprise de sécurité ‘Bosch’ cramés

Berlin. Dans la nuit de lundi à mardi 15 mars, trois véhicules de la société de système de sécurité ‘Bosch’ ont été incendiés en l’espace d’un quart d’heure dans plusieurs secteurs de la ville: l’un Landshuter Straße à ‘Schöneberg’, un autre de même marque Eschersheimer Straße à ‘Tempelhof’ et le dernier (un véhicule ‘Ford’) à Jacobystraße dans le quartier ‘Mitte’. Ce dernier incendie a provoqué des dégâts sur un autre véhicule.

172545 172546

Toujours dans la même nuit, à ‘Weißensee’ et à ‘Pankow’, une voiture de bourgeois de type ‘Mercedes’ a été signalée en flammes ‘Streustraße’ vers 2h du matin, qui a laissé des traces noires sur une voiture ‘Skoda’ garée à côté. Aux environs de 4h, les pompiers sont intervenus pour éteindre les flammes qui embraseaient une voiture ‘mitsubishi’.

Un communiqué revendique l’attaque incendiaire contre l’Europe forteresse, ses Etats et ses frontières:

[…] « BOSCH est une des entreprises éminentes en matière de production de techniques de sécurité, qui interviennent dans les installations aux frontières, dans les prisons, dans les aéroports et les gares. En plus des caméras qui sont déjà existantes, les caméras-IP de Bosch surveillent des zones sensibles comme « l’eurotunnel » ou la « Connewitzer Kreuz ». […] »

[Reformulé de la presse allemande, 15/03/2016]