Tag Archives: Chili

[Santiago, Chili] Arrestation et incarcération d’un compagnon pour l’attaque incendiaire d’une église lors d’une manif infiltrée par les flics – 12 octobre 2015

Le 12 octobre 2015, une manifestation pour rappeler l’extermination des peuples autochtones a traversé le centre de Santiago. Les affrontements avec la police et les attaques contre les symboles du pouvoir se sont produites pendant le parcours, c’est à ce moment-là que l’église San Francisco a été attaquée aux cocktails molotov.

nicolasiglesiasanfrancisco

Un policier en civil qui s’était infiltré dans la manifestation a réussi à choper des images de l’encapuchonné en train de lancer un cocktail molotov contre la porte de l’église à Alameda. Le keuf infiltré l’aurait suivi quelques rues plus loin du lieu de l’attaque incendiaire, l’observant en train d’abandonner ses vêtements le long du chemin. L’encapuchado s’est fait arrêter dans le secteur de Cumming et Santa Monica, un secteur assez loin d’où a eu lieu l’attaque incendiaire.

La presse chilienne s’horrifie des dégâts causés à un « monument historique », un des vestiges de l’architecture coloniale de plus de 400 ans. La valeur historique de ces portes sert à esquiver les 523 ans de massacre d’une église basée à travers le monde qui s’est implantée dans le sang, les massacres, la domination, la torture, la violence et en réduisant des populations entières à l’esclavage. […]

A la suite de son arrestation, Nicolas Rojas Candia, 20 ans, est emmené au 7ème tribunal et poursuivi pour « port illégal d’armes à feu » et « dommages à un monument national ». Il a été incarcéré immédiatement en préventive pour 60 jours à la prison « Santiago 1 ». […]

Solidarité avec tous ceux qui décident de foutre le feu à ce monde de merde !

[Traduit librement de Publicacion Refractario]

[Chili] Retour en taule pour Javier [MAJ 16/10/2015]

Mise-à-jour, 16/10/2015:

Le jeudi 15 octobre le parquet a fait appel pour que la mesure préventive de résidence surveillée décidée le 8 octobre contre le compagnon Javier Pino soit annulée. Ainsi, le compagnon accusé de l’incendie d’un bus va devoir retourner à la prison de Santiago 1 en attendant un procès.

[Traduit de l’espagnol de Contrainfo par non-fides.]

************************************************************************************************************

Des nouvelles des compagnon-nes Tato et Javier

Le 8 octobre s’est tenue l’audience pour la fin de l’enquête concernant Tato et Javier. L’ambiance à l’extérieur et à l’intérieur du palais de justice était beaucoup plus tranquille que d’autres fois, pas de contrôles ni de présence excessive de flics ou de gendarmes. Des membres de leurs familles et un petit groupe de proches ont pu rentrer.

La défense a demandé de rallonger le délai de l’enquête étant donné que les conditions minimales d’organisation entre accusé-e-s et leurs avocats n’étaient pas remplies pour assurer une bonne défense. Le juge a accepté le prolongement et a fixé une nouvelle audience pour le 27 novembre.

En plus de cela, une révision des mesures préventives a été demandée pour Javier, qui a été acceptée, et donc Javier se trouve en résidence surveillée. Tato, quant à elle, est toujours enfermée à la prison de San Miguel.

[Traduit de l’espagnol de Publicacion Refractario par non-fides.]

[Chili] Au sujet des récentes arrestations pour participation à des émeutes

Ces derniers mois il y a eu une série d’arrestations de jeunes accusé-e-s de participer à des affrontement contre les forces répressives au cours de manifestations, d’actions menées par des personnes encagoulées au sein des universités. Parmi eux/elle, certain-e-s se trouvent désormais sous divers régimes de détention, depuis la résidence surveillée jusqu’à la prison préventive.

Des compagnon-ne-s ont déjà réfléchi au sujet du rôle de la répression sélective de l’État et de comment les puissants essaient de faire perdre du terrain aux diverses formes de conflictualité contre l’ordre établi.

Nous, individus qui nous couvrons le visage et utilisons la violence insurgée contre les oppresseurs comme faisant partie de la lutte multiforme pour la libération totale, nous croyons que cela dépend principalement de nous si nos pratiques de lutte finissent par s’éteindre de façon définitive. Pour cette raison nous voulons partager quelques analyses et réflexions.

1.La situation répressive.

En analysant la situation cela saute aux yeux que le pouvoir a élargi son rayon d’action répressive jusque dans des secteurs qui ne sont pas considérés comme les ennemis internes déjà connus (ex membres de guérillas marxistes non repentis, anarchistes insurrectionnels et mapuches en résistance), afin de semer la peur et la punition parmi les étudiants mobilisés radicalisés et d’autres secteurs qui mènent différentes luttes au sein de la société.

On s’y attendait, et c’était annoncé, dans un contexte de « mobilisations et agitation sociale » où le pouvoir essaie d’imposer les réformes du système comme seule manière de transformer la réalité, à travers les institutions et la voie pacifique et établie par l’ordre démocratique.

Dans ce but, les puissants, en parallèle du déploiement de leur armée communicationnelle et journalistique, ajustent leurs mécanismes légaux, en durcissant la loi de contrôle des armes en parallèle avec la loi anti-terroriste, pour réprimer les rebelles et semer la peur, en cherchant à empêcher les actes de révolte et de violence révolutionnaire.

2. Tout n’est pas surveillé : contre la victimisation et l’idée que tout n’est que montage.

Il y a une grave erreur qui est faite lorsque le pouvoir déploie sa répression, c’est de la laisser s’écouler sans résistance ni offensive de notre part, de même que de penser que l’ennemi nous a tous à l’œil et qu’il est impossible de conspirer, d’attaquer et d’agir violemment contre le pouvoir.

Une notion qui revient souvent c’est celle de combattre l’idée des montages, qui pour certains est le premier discours défensif (qu’on sort presque comme un joker) lorsqu’il faut faire face à la répression. Cette idée est souvent accompagnée de celle de la victime innocente et du « droit de manifester ».

À l’opposé de cela, la posture anarchiste insurrectionnelle et les années d’expérience ici et ailleurs, montrent qu’il est possible de garder une cohérence révolutionnaire tout en refusant les charges et accusations imposées par le pouvoir, sans requérir ni reconnaître la logique du coupable et de l’innocent, propre au langage et mécanismes juridiques crées par les puissants.

C’est aussi important de combattre l’idée des montages à cause de la croyance stupide que toute attaque vient toujours de la police. Bien sûr que la répression a l’habitude de semer des preuves contre ceux à qui elle veut nuire, mais c’est autre chose de rejeter l’idée qu’il y ait des individus qui de façon libre, consciente et autonome décident de s’organiser, élaborer et mener à bien des attaques contre l’autorité et sa normalité.

Notre position n’est pas celle de jeunes étudiants ou « militants sociaux » qui luttent avec les mains toutes propres et manifestent pacifiquement. Nous nous positionnons en tant qu’ennemis déclarés de toute forme d’autorité, prêts à nous organiser afin de fabriquer des cocktails Molotov, dresser des barricades et attaquer la police en masquant nos visages afin de ne pas être reconnus par les yeux de la répression.

3. N’arrêtons pas d’agir

C’est un moment dont il faut savoir profiter afin de nous renforcer comme individus et comme groupes d’action anarchiste.
Le moment est propice à l’approfondissement de notre critique vis à vis de l’ordre social dans son ensemble, en développant concrètement le refus des normes et propositions d’amélioration, repentis et victimisation que la société offre.

Il est tout aussi important de défendre la violence de rue dans les espaces de combat gagnés par des décennies de pratiques d’insurrection, que de l’associer avec d’autres pratiques de révolte dans d’autres espaces, comme l’ont compris et appliqué les compagnon-ne-s qui il y a quelques jours ont dressé des barricades à différents endroits de la ville.

Sans baisser la garde, minimisons les risques et combattons les imprudences. Gardons toujours en tête que la continuité et la prolifération de l’action autonome, par notre capacité de la développer dans le temps et de déclencher la créativité, réside dans la potentialité de l’attaque diffuse et informelle, pour mettre en danger le pouvoir et ne pas faire de nos pas quelque chose de prévisible pour l’ennemi.

Stoppons la peur, le silence et l’immobilisme que le pouvoir essaie d’imposer afin de freiner toute possibilité d’insurrection.

Affûtons l’action et le discours.

Solidarité avec les prisonniers tombés pour violence de rue et avec tous les compagnon-ne-s séquestré-e-s par le pouvoir.

Quelques encagoulé-e-s anti-autoritaires.

Traduit de l’espagnol d’hommodollars par camotazo

[Chili] Un compagnon arrêté pour port d’engin explosif

molotovA l’aube du 1er août 2015, le compagnon de 20 ans Ignacio Muñoz Delgado est arrêté. Des flics en civil qui faisaient des contrôles préventifs dans la commune de Lo Prado (Santiago) ont vu un individu suspect apparemment vêtu de noir à vélo et ont décidé de le contrôler au croisement entre Camino de Loyola et Sergio Valdovinos.

La police dit avoir trouvé un extincteur de capacité d’1kg rempli de poudre noire et une mèche artisanale, en plus de textes en solidarité avec les compagnon-ne-s arrêté-e-s pour l’attaque incendiaire de la Brigade Criminelle.

Arrivés au 44e commissariat, le personnel du GOPE [groupe des opérations spéciales de police] et du LABOCAR [Laboratoire criminalistique des carabiniers, chargé des expertises scientifiques, par exemple concernant les preuves ADN, les empruntes… NdT] réalisent des expertises et des prélèvements d’ADN. Ignacio, après avoir été emmené par la police, est resté ferme, digne, la tête haute et enragé face à la presse en crachant sur les caméramans, charognards et mercenaires de l’État.

L’affaire a été prise en charge par le Parquet Sud, censé être spécialisé en attaques explosives, qui a décidé d’inculper le compagnon pour port d’engin explosif en plus de port d’arme blanche. Selon les informations récoltées, il n’est pas clair si l’inculpation est faite sous la loi de contrôle des armes ou la loi antiterroriste.

Le Cinquième Tribunal de Garantie a décidé d’un délai d’investigations de 5 mois et de la détention préventive pour le compagnon qui reste donc séquestré dans la prison/usine de Santiago 1.

Solidarité insurgée avec Ignacio Muñoz !
Ni loi antiterroriste ni loi de contrôle des armes. Liberté pour Ignacio !

[Traduit de l’espagnol par non-fides de Publicacion Refractario.]

 

[Santiago, Chili] Chronique de l’audience du 28 juillet contre Tato et Javier

chiNatalia Collado et Javier Pino ont été arrêtés le 7 avril. Ils sont accusé.e.s d’avoir incendié un bus de la compagnie Transantiago et se trouvent depuis en détention préventive.

L’audience était fixée à 11h30 dans la tour F, septième étage, ou en tout cas c’était l’information donnée à l’accueil. Mais ça n’était qu’une tentative de nous empêcher de voir et accompagner nos frères/sœurs. Finalement l’audience a eu lieu au premier étage de la tour A. À la demande de la juge, « brandissant » un argument préventif dû au désordre fait par certains compagnons (à ce moment-là seulement quelques amis étaient présents dans la salle), il a été ordonné que seuls les proches directs pourraient assister à ce cirque, et malgré les réclamations des avocats rien n’a changé, et tout le monde a été renvoyé dehors, derrière les portes fermées.

Dehors les personnes venues en solidarité espéraient la fin de ce petit gueuleton entre magistrats, et une fois terminé, deux banderoles ont été déployées, des tracts ont été lancés et quelques mots au mégaphone ont été criés. Les matons sont vite intervenus, ce qui a déclenché une bagarre qui s’est terminée à coups de poings, mais pas avant que l’on ait pu montrer aux compagnons qu’ils ne sont pas seuls. Dans ce chahut les flics anti-émeutes et les matons sont intervenus, gardiens de ces ignobles bâtiments du tribunal. Et chacun y donnait de son coup de poing, coup de pied, crachat, cri, regard hautain face à l’un de ces nombreux ennemis, ne baissant jamais la tête, et le résultat fut des matons tremblants, des personnes par terre, des compagnons blessés, beaucoup de lacrymo liquide dans l’air et sur nos corps, et surtout sur nos visages.

Le bordel a continué à l’intérieur du bâtiment, où des compagnonnes se sont rebellées contre les arrestations et les vexations de la part des matons, dans une ambiance extrêmement chaude. Le résultat a été 4 compagnonnes « arrêtées » par les matons, et deux compagnonnes hors du tribunal arrêtées par les flics. Deux filles ont reçu une plainte pour trouble à l’ordre public et sont citées à comparaître devant les tribunaux locaux. Les 4 autres ont été emmenées pour un contrôle d’identité « routinier », toutes au 12° commissariat de Santiago. Elles ont toutes été relâchées au cours de la soirée.

Ne tendons pas l’autre joue !
Respect aux meufs qui se sont rebellées !

Tato et Javier ont comparu de nouveau en rapport avec l’article 14-D « activation et explosion d’engin incendiaire sur transport public », qui fait partie de la « loi de contrôle des armes ». Des délits dont les peines vont de 10 ans et un jour jusqu’à 15 ans de prison.
Le délais de l’enquête reste ouvert vu que la nouvelle défense a de nouvelles demandes à faire, donc pour le moment il n’y a pas de nouvelles dates de procès.

Solidarité active avec tous/toutes les compagnon-ne-s enfermé-e-s dans le dédale carcéral.
Courage pour notre sœur Tato et Javier, pas d’agression sans réponse !

[Traduit de l’espagnol de Contrainfo par non-fides]

 

[Chili] Diffusons l’attaque contre le Pouvoir et tout le corps policier

Le 24 novembre 2014, des personnes masquées ont attaqué avec des cocktails Molotov la Brigade Criminelle de la Police Judiciaire rue Condell, en face de l’Académie d’Humanisme Chrétien, dans la commune de Providencia [à Santiago, NdT]. Au cours de l’attaque incendiaire, deux voitures des misérables policiers ont été brûlées et, selon la presse mercenaire, quelques flics ont été blessés durant l’action.

La réponse du Pouvoir et de son bras policier et propagandiste a été de vociférer des menaces et de promettre vengeance contre les combattant-e-s ayant ciblé l’action et attaqué de front la misérable institution de la PJ. Dans ces moments difficiles pour la pratique insurrectionnelle, ce fut un beau geste de violence révolutionnaire qui remplit d’air et de moral nos cœurs sincères et anarchistes.

Prévenant les jours précédents à travers la presse [i], la police a concrétisé ses menaces, et le jeudi 2 juillet elle a arrêté 5 compagnon-ne-s supposément impliqué-e-s dans l’attaque. Nous refusons catégoriquement toute position victimisante qui parlerait de montages et de criminalisation de la contestation sociale ou du mouvement étudiant. Les demandes de réformes ne nous intéressent pas, nous n’en faisons pas partie, mais nous nous infiltrons dans ses carnavals et ses marches avec notre artillerie antiautoritaire et une attitude de combat permanent cherchant à rompre à tout moment la normalité et la paix sociale.

L’action révolutionnaire se défend en radicalisant nos irréconciliables tensions et convictions de Guerre. L’action révolutionnaire n’est pas un montage, c’est un coup offensif, la réponse du Pouvoir n’est pas un montage, c’est la réponse répressive contre ceux qui attaquent ses structures et entonnent des chants de Guerre.

Aujourd’hui, le Pouvoir, ayant les compagnon-ne-s entre ses griffes, annonce déjà de lourdes condamnations et une vengeance sournoise, devant ce pronostic et ce scénario répressif nous ne devons pas perdre le moral, il faut s’élever ensemble avec la conflictualité et les gestes solidaires avec chacun-e des compagnon-ne-s en affinité enfermé-e-s entre les murs des prisons. Nous faisons un appel ouvert à la solidarité combative, et à serrer les rangs face aux positions victimisantes qui continuent chaque fois que le Pouvoir frappe et enferme des proches.

Solidarité active et insurrectionnelle avec les inculpé-e-s de l’attaque contre la caserne de la PJ ! Solidarité active et insurrectionnelle avec les prisonnier-e-s de la guerre sociale !

a_extender-84723

Note:

[i] El Mercurio, édition du 16/06/15, page 5 : « Des pistes émergent sur l’attaque de la Brigade des Homicides ». De la même manière, La Segunda publie en page 15 le même jour que l’arrestation d’Enrique Guzmán : « Un quatrième identifié dans l’attaque à la bombe de l’Ecole Militaire ».

[Traduit de l’espagnol de Contrainfo par Non-Fides]

********************************************************************************************************************

En novembre 2014, un groupe de personnes cagoulées cadenasse les portes de la Brigade Criminelle de la Police judiciaire pour lancer ensuite un grand nombre de cocktails Molotov contre le repaire policier, en plus d’incendier la voiture d’un flic [voir ici en espagnol, NdT]. Rapidement, les personnes masquées se retirent sans que les misérables policiers ne parviennent à sortir de leur surprise et à répondre. La journée s’achève sans aucune arrestation et l’orgueil des policiers est piétiné et calciné.

L’autoproclamée Unité de Force de Mission pour les Délits Complexes de la Police Judiciaire formée spécialement pour enquêter sur des attaques incendiaires et explosives, s’empare de l’affaire pour retrouver les auteurs de l’attaque. Après 7 mois d’« investigations », la police vient arrêter 5 compagnon-ne-s en les accusant de participation à l’attaque incendiaire.

Víctor Quijada, Felipe Román, Manuel Espinoza, Natalia Alvarado et María Paz Vera sont arrêté-e-s au matin du 2 juin dans différents domiciles de Santiago pour être mené-e-s sur l’autel de la justice.

Les compagnon-ne-s sont accusé-e-s de port d’arme (cocktails Molotov) ainsi que d’incendie d’un lieu habité, de plus on aurait signalé la présence d’un engin explosif dans la maison d’un des compagnons. Le 8e tribunal a envoyé les compagnon-ne-s en détention préventive. Les compagnonnes sont à la prison de San Miguel, tandis qu’on espère que les compagnons seront envoyés à la prison/usine Santiago 1. Le tribunal a fixé un délai de 45 jours pour les enquêtes.

En dehors du tribunal, des ami-e-s et proches se sont affronté-e-s avec les maton-ne-s et les journalistes, soutenant directement leurs ami-e-s et enfants incarcéré-e-s.

disturbiosaudienciaataqueincendiariopdi

La police a affirmé être arrivée à eux grâce à une emprunte digitale trouvée sur un sac plastique laissé par les personnes masquées à l’intérieur de l’université avec les vêtements utilisés pour l’attaque, puis avec cette donnée et l’identification supposée d’un des participants, ils auraient fait des écoutes téléphoniques qui, à leurs oreilles et après réinterprétation policière, leur auraient permis de retrouver les 4 autres personnes arrêtées. Les flics qui gardaient les 5 compagnon-ne-s ont commencé à collecter des mégots de cigarettes et des emballages de nourriture qu’ils laissaient pour comparer leur ADN avec celui trouvé sur les vêtements, et avec cette comparaison ils auraient décidé de les inculper. Cette information est celle donnée par la police et le parquet.

Loin de prétendre à la culpabilité ou à l’innocence des compagnon-ne-s nous souhaitons éloigner la peur et la paranoïa que construisent les discours des puissants et en particulier la Police Judiciaire qui se vante de ses moyens techniques et scientifiques et ses brigades spécialisées. Ses griffes et ses scientifiques parapoliciers ne pourront pas freiner le combat irréductible et contagieux, nous ne laisserons pas la peur et leur prétendue omniprésence freiner la solidarité avec les compagnon-ne-s inculpé-e-s et la haine des flics.

Nous faisons un appel ouvert à la solidarité avec les compagnon-ne-s !

Nous espérons que toute information, de solidarité, sur la situation carcérale ou informative puisse être envoyée pour pouvoir être plus précis dans l’information.

Toute notre solidarité avec les inculpé-e-s !

Traduit de Publicacion Refractario par non-fides

[Santiago, Chili] Attaques explosives de banques en solidarité avec les prisonniers anarchistes

Communiqué de revendication de l’attaque à l’explosif contre une agence de la banque BCI dans le quartier de ‘La Cisterna’ et de l’attaque incendiaire sur une agence de la BancoEstado dans le centre-ville de Santiago.

bombazo-bci

Alors qu’un calme apparent règne dans le territoire et une ambiance festive remplit les rues suite au cirque de football qui aliène ceux qui succombent volontairement à la stagnation, nous avons décidé de faire un petit geste destructeur de façon à montrer notre solidarité avec les compagnon-nes en prison. Nous ne sommes pas indifférent-e-s au transfert capricieux de Tamara Sol au Centro de Orientación femenina, nous n’oublions pas non plus les conditions carcérales des compagnon-nes Juan flores, Nataly Casanova, Enrique Guzmán, Javier Pino, Natalia Collado, Monica Caballero et  Francisco Solar. Nous n’oublions pas les prisonniers subversifs de longue peine et les prisonniers politiques (sic!) mapuches.

Le mercredi 24 juin à 00h30, nous avons fait sauter l’agence bancaire de la BCI située près de l’arrêt de bus 22 de ‘Gran Avenida’, détruisant la majeure partie des distributeurs automatiques de billets. Nous revendiquons aussi l’attaque incendiaire du 13 juin qui a brûlé les distributeurs d’une agence de la BancoEstado au carrefour de la Matta Avenida et Chiloe.

Que les flammes et le vacarme atteignent vos cellules !

Mauricio Morales, Sebastian Oversluij: present !

Prisonnières et prisonniers de guerre dans les rues !

Solidarité – Complot – Attaque !

Groupes autonomes de combat

[Chili] Lettre de Tamara Sol

lobosepiaCes mots sont mes premiers mots publics à travers l’internet suite à la sentence de 7 ans et 61 jours prononcée contre moi pour tentative d’homicide et vol simple. De nombreuses personnes croient que Angry était mon partenaire, ou que j’ai eu une relation avec lui, chose que je démens totalement. C’était un compagnon précieux avec qui j’ai partagé un nombre infini d’idées et de ressentis. Il était anarchiste et nihiliste et je revendique la vengeance de son assassinat comme acte politique, car je croirai toujours que sa mort n’était pas un hasard. N’oublions pas que TVN a mis l’emphase sur cet acte comme « héroïque », et qu’il n’y aurait même pas eut d’assaut manqué.
Même si je n’ai pas tiré sur le même qui a appuyé sur la gâchette et rechargé son pistolet pour l’achever, l’acte est clair et le message aussi, gardiens : vous ne pouvez pas continuer à tuer nos sœurs et nos frères, ni à risquer vos vies pour un salaire de misère ni pour aucun montant! Demandez-vous ce que vous surveillez, qui sont vos patron.e.s, à qui appartient l’argent que vous protégez avec vos vies!

Je ne crois pas en la justice.

Les prisons et tout le système juridique sont faites par les gens riches, puissants, et uniquement pour préserver leurs propriétés et leur ordre social de mort. Les policier.e.s, les juges, les procureur.e.s, les gendarmes se prêtent à cela et deviennent donc sans aucun doute mes ennemis.

Continue reading

[Chili] Agitation anarchiste dans les manifs en réponse à l’assassinat de deux manifestants à Valparaiso

Jeudi 14 mai 2015, deux jeunes ont été tués dans la ville de Valparaiso au milieu d’une manifestation étudiante. Après que les jeunes aient fait des tags sur la porte d’une maison, le propriétaire les a attaqué avec un pistolet 9 mm, causant leur mort devant le regard stupéfait des manifestants.

Lorsque la nouvelle a été apprise, le gouvernement et les organisations de gauche parlementaire ont condamné l’incident et ont exprimé des déclarations visant à renforcer l’ordre démocratique par des discours condamnant tout type de violence (excepté naturellement la violence policière).

A Santiago et à Valparaiso, des manifestations auxquelles ont participé des personnes d’origines diverses se sont déroulées, où des compagnons anarchistes ont jeté des tracts contre la mentalité citoyenne/policière promue et alimentée par le pouvoir à travers ses médias de communication qui célèbre par exemple les actions de citoyens qui attaquent les encapuchadxs et les manifestantEs allant au-delà de la protestation formelle.

Contre la police d’Etat et citoyenne !
Faisons en sorte que vive l’anarchie !

Le tract en question

Le tract en question

Traduit de l’espagnol de contrainfo, 16 mai 2015

[Iquique, Chili] Deux compagnonnes arrêtées pour l’attaque incendiaire de l’intendance – 28 avril 2015

iquiqueeeeeeeeeeDans la matinée du 28 avril 2015, des encapuchadxs ont lancé quatre cocktails molotov contre les bureaux de l’intendance de Tarapaca* à Iquique.

Selon la police, un chauffeur de taxi qui a pu observer ce qui est arrivé et qui a décidé de poursuivre les auteurs présumés a ensuite appelé la police pour leur dire comment ils étaient habillés et par quelles rues ils avaient fui.

Rapidement, les forces répressives réussissent à arrêter Camila de Pompeya Sanhueza Olivares (21 ans) et une autre compagnonne de 17 ans. Les deux compagnonnes sont poursuivies par la loi des armes et explosifs.

La compagnonne Camila reste en prison préventive, alors que la compagnonne mineure est placée en arrestation domiciliaire pour un délai de 60 jours pendant la durée de l’enquête.

Après les arrestations, des membres de l’OS-9 ont mené une série de perquisitions sans écarter un quelconque lien avec l’attaque incendiaire antérieure d’un commissariat de police**.

Solidarité avec les compagnonnes détenues !

Depuis Publicacion Refractario, 8 mayo 2015

NdT:

*Chaque région chilienne (au nombre de 15 au total) est gouvernée par un intendant. La ville d’Iquique possède donc le siège du pouvoir régional.

** L’attaque incendiaire du comico s’est déroulée fin mars 2015 dans cette même ville du nord du pays (région de Tarapacá). Une revendication de cette attaque aux cocktails molotov, en « solidarité active avec Nataly Casanova, Juan flores Riquelme, Marcelo Villarroel, Freddy Fuentevilla, Juan Aliste, Mónica Caballero, Tamara Sol Farias, Francisco Solar ».a été publiée sur Ediciones Aukan et traduite par Camotazo.