Tag Archives: grèves & blocages étudiants

[Santiago, Chili] Arrestation de deux compagnons lors d’une manif émeutière le 9 juin dernier

Deux compagnons, Juan Gutiérrez Zambrano et Andrés Aravena Sotelo, se trouvent actuellement en prison préventive après avoir été arrêtés dans la cadre de la manifestation étudiante du jeudi 9 juin dernier à Santiago du Chili, qui était organisée par la CONFECH (syndicat étudiant chilien)*. Le bâtard de procureur, Sebastián Gana, accuse les compagnons d’avoir jeté des cocktails molotov sur les porcs en uniforme et leurs véhicules à différents endroits de l’Alameda (avenue de Santiago). Les compagnons ont été filmés et poursuivis par la police. Le proc’ a précisé que les deux compagnons resteront au moins 90 jours en préventive, ce qui correspond à la durée de l’enquête.

Continue reading

[Chili] Au sujet des récentes arrestations pour participation à des émeutes

Ces derniers mois il y a eu une série d’arrestations de jeunes accusé-e-s de participer à des affrontement contre les forces répressives au cours de manifestations, d’actions menées par des personnes encagoulées au sein des universités. Parmi eux/elle, certain-e-s se trouvent désormais sous divers régimes de détention, depuis la résidence surveillée jusqu’à la prison préventive.

Des compagnon-ne-s ont déjà réfléchi au sujet du rôle de la répression sélective de l’État et de comment les puissants essaient de faire perdre du terrain aux diverses formes de conflictualité contre l’ordre établi.

Nous, individus qui nous couvrons le visage et utilisons la violence insurgée contre les oppresseurs comme faisant partie de la lutte multiforme pour la libération totale, nous croyons que cela dépend principalement de nous si nos pratiques de lutte finissent par s’éteindre de façon définitive. Pour cette raison nous voulons partager quelques analyses et réflexions.

1.La situation répressive.

En analysant la situation cela saute aux yeux que le pouvoir a élargi son rayon d’action répressive jusque dans des secteurs qui ne sont pas considérés comme les ennemis internes déjà connus (ex membres de guérillas marxistes non repentis, anarchistes insurrectionnels et mapuches en résistance), afin de semer la peur et la punition parmi les étudiants mobilisés radicalisés et d’autres secteurs qui mènent différentes luttes au sein de la société.

On s’y attendait, et c’était annoncé, dans un contexte de « mobilisations et agitation sociale » où le pouvoir essaie d’imposer les réformes du système comme seule manière de transformer la réalité, à travers les institutions et la voie pacifique et établie par l’ordre démocratique.

Dans ce but, les puissants, en parallèle du déploiement de leur armée communicationnelle et journalistique, ajustent leurs mécanismes légaux, en durcissant la loi de contrôle des armes en parallèle avec la loi anti-terroriste, pour réprimer les rebelles et semer la peur, en cherchant à empêcher les actes de révolte et de violence révolutionnaire.

2. Tout n’est pas surveillé : contre la victimisation et l’idée que tout n’est que montage.

Il y a une grave erreur qui est faite lorsque le pouvoir déploie sa répression, c’est de la laisser s’écouler sans résistance ni offensive de notre part, de même que de penser que l’ennemi nous a tous à l’œil et qu’il est impossible de conspirer, d’attaquer et d’agir violemment contre le pouvoir.

Une notion qui revient souvent c’est celle de combattre l’idée des montages, qui pour certains est le premier discours défensif (qu’on sort presque comme un joker) lorsqu’il faut faire face à la répression. Cette idée est souvent accompagnée de celle de la victime innocente et du « droit de manifester ».

À l’opposé de cela, la posture anarchiste insurrectionnelle et les années d’expérience ici et ailleurs, montrent qu’il est possible de garder une cohérence révolutionnaire tout en refusant les charges et accusations imposées par le pouvoir, sans requérir ni reconnaître la logique du coupable et de l’innocent, propre au langage et mécanismes juridiques crées par les puissants.

C’est aussi important de combattre l’idée des montages à cause de la croyance stupide que toute attaque vient toujours de la police. Bien sûr que la répression a l’habitude de semer des preuves contre ceux à qui elle veut nuire, mais c’est autre chose de rejeter l’idée qu’il y ait des individus qui de façon libre, consciente et autonome décident de s’organiser, élaborer et mener à bien des attaques contre l’autorité et sa normalité.

Notre position n’est pas celle de jeunes étudiants ou « militants sociaux » qui luttent avec les mains toutes propres et manifestent pacifiquement. Nous nous positionnons en tant qu’ennemis déclarés de toute forme d’autorité, prêts à nous organiser afin de fabriquer des cocktails Molotov, dresser des barricades et attaquer la police en masquant nos visages afin de ne pas être reconnus par les yeux de la répression.

3. N’arrêtons pas d’agir

C’est un moment dont il faut savoir profiter afin de nous renforcer comme individus et comme groupes d’action anarchiste.
Le moment est propice à l’approfondissement de notre critique vis à vis de l’ordre social dans son ensemble, en développant concrètement le refus des normes et propositions d’amélioration, repentis et victimisation que la société offre.

Il est tout aussi important de défendre la violence de rue dans les espaces de combat gagnés par des décennies de pratiques d’insurrection, que de l’associer avec d’autres pratiques de révolte dans d’autres espaces, comme l’ont compris et appliqué les compagnon-ne-s qui il y a quelques jours ont dressé des barricades à différents endroits de la ville.

Sans baisser la garde, minimisons les risques et combattons les imprudences. Gardons toujours en tête que la continuité et la prolifération de l’action autonome, par notre capacité de la développer dans le temps et de déclencher la créativité, réside dans la potentialité de l’attaque diffuse et informelle, pour mettre en danger le pouvoir et ne pas faire de nos pas quelque chose de prévisible pour l’ennemi.

Stoppons la peur, le silence et l’immobilisme que le pouvoir essaie d’imposer afin de freiner toute possibilité d’insurrection.

Affûtons l’action et le discours.

Solidarité avec les prisonniers tombés pour violence de rue et avec tous les compagnon-ne-s séquestré-e-s par le pouvoir.

Quelques encagoulé-e-s anti-autoritaires.

Traduit de l’espagnol d’hommodollars par camotazo

[Chili] Agitation anarchiste dans les manifs en réponse à l’assassinat de deux manifestants à Valparaiso

Jeudi 14 mai 2015, deux jeunes ont été tués dans la ville de Valparaiso au milieu d’une manifestation étudiante. Après que les jeunes aient fait des tags sur la porte d’une maison, le propriétaire les a attaqué avec un pistolet 9 mm, causant leur mort devant le regard stupéfait des manifestants.

Lorsque la nouvelle a été apprise, le gouvernement et les organisations de gauche parlementaire ont condamné l’incident et ont exprimé des déclarations visant à renforcer l’ordre démocratique par des discours condamnant tout type de violence (excepté naturellement la violence policière).

A Santiago et à Valparaiso, des manifestations auxquelles ont participé des personnes d’origines diverses se sont déroulées, où des compagnons anarchistes ont jeté des tracts contre la mentalité citoyenne/policière promue et alimentée par le pouvoir à travers ses médias de communication qui célèbre par exemple les actions de citoyens qui attaquent les encapuchadxs et les manifestantEs allant au-delà de la protestation formelle.

Contre la police d’Etat et citoyenne !
Faisons en sorte que vive l’anarchie !

Le tract en question

Le tract en question

Traduit de l’espagnol de contrainfo, 16 mai 2015

[Montréal] Grève, blocages et occupation émeutière de l’UQAM – 8, 9 et 10 avril 2015

Solidarity Means Tabarnak! Quebec Students Strike Against Capitalism

Cliquez sur « cc » pour les sous-titres en Français

This week we look at the student led mobilizations that have rocked the streets of Montreal and Quebec City. From large scale marches, to occupations of university buildings to direct actions, the spring 2015 coalition has re-energized radical organizing in so called Quebec. If you want some more background on this watch “Street Politics 101” our documentary on the 2012 Quebec student strike.

Voir la vidéo

Voir la vidéo

Source

A noter que le site internet de la police de Montréal (SPVM) a a subi une cyber-attaque samedi 11 avril. Il est resté temporairement inaccessible.

Voir un résumé détaillé en anglais de l’occupation de l’UQAM de ce mercredi 8 avril

******************************************************************************************************

Ce qui a été dit du côté des journalistes charognards :

Manifestation nocturne à Montréal: 82 interpellations

[…] Environ 500 manifestants ont participé à une courte manifestation nocturne, vendredi soir, au centre-ville de Montréal menant à plus de 80 interpellations.

Courte, parce que les policiers l’ont déclarée illégale dès le départ, faute d’itinéraire.

Les participants se sont rejoints vers 20 h 30 au carré Saint-Louis, situé entre la rue Saint-Denis et l’avenue Laval, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. Afin de rendre l’ambiance festive, certains avaient trimbalé leurs tambours et leurs trompettes.

Vers 20 h 45, quand les premiers manifestants ont tenté d’emboîter le pas vers la rue du Square Saint-Louis, les policiers leur ont demandé de se disperser. C’est alors que de nombreux petits groupes se sont formés et ont pris des directions différentes, rendant ainsi le travail des policiers beaucoup plus ardu. Le jeu du chat et de la souris n’aura duré que 30 minutes.

Les deux groupes les plus importants ont été encerclés sur le boulevard Saint-Laurent, le premier à la hauteur de la rue Guilbault et le deuxième près de la rue Milton.

Ils ont ensuite été transportés vers un autobus du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) où ils se sont vus remettre un constat d’infraction et l’opération policière s’est terminée vers 23 h 30.

«Le bilan total est de 82 interpellations en vertu du règlement municipal P-6, a indiqué le sergent Laurent Gingras, du SPVM. Un homme a aussi été arrêté pour avoir proféré des menaces de mort envers les policiers et entravé leur travail.»

Selon les autorités, un véhicule du SPVM a aussi été vandalisé près du terminus d’autobus situé sur la rue Berri.

Les autres groupuscules ont été dispersés par les agents peu de temps après le début de l’événement.

L’Association générale étudiante du cégep du Vieux-Montréal pour la gratuité est à l’origine de ce rassemblement. Sur la page Facebook de l’événement, environ 1500 personnes avaient confirmé leur présence.

Comme à l’habitude, les manifestants brandissaient de nombreuses pancartes et affiches sur lesquelles on pouvait lire, notamment, «Université libre».

«Mobilisons-nous avec et pour nos camarades de l’UQAM qui ont subi des répressions, des agressions révoltantes de tout genre au cours des derniers jours, des dernières heures, car ils se sont levés, positionnés, se sont mobilisés spontanément face à la menace du rectorat de briser la grève en cours», ont indiqué les organisateurs sur la page de l’événement.

Puisque la semaine a été très mouvementée du côté de l’UQAM, le Syndicat des professeurs de cette même institution a tenu à faire le point lors d’une conférence de presse vendredi après-midi.

La présidente a dénoncé les actes de vandalisme commis au pavillon J.-A.-DeSève mercredi, mais a quand même encouragé les étudiants à poursuivre les moyens de pression «légitimes». On leur demande toutefois de respecter les personnes et les biens et de limiter leurs interventions aux étudiants concernés.

Leur presse – canoe.ca, 10/04/2015 à 22h24

************************************************************************************************************************

UQAM: plusieurs manifestations au centre-ville

Plusieurs manifestations spontanées se sont déroulées à proximité de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), jeudi, au lendemain d’une journée marquée par plusieurs affrontements sur le campus.

09042015

Le Service de police de la ville de Montréal est intervenu très rapidement lors de chacun des rassemblements pour disperser les participants, usant parfois de la force ou de gaz irritants.

Une première manifestation s’est mise en branle vers 14 heures avec l’objectif d’offrir du soutien aux personnes arrêtées la veille mais aussi pour dénoncer la présence de la police sur le campus de l’UQAM.

Elle a été rapidement encerclée par de nombreux membres de la police antiémeute. L’ensemble des manifestants pris dans cette souricière, à proximité des rues Saint-Denis et Sherbrooke, se sont vu remettre un constat d’infraction.

À quelques mètres de là, un autre groupe de protestataires s’est formé. Les participants ont décidé de marcher à contre-sens de la circulation sur la rue Ontario vers le Quartier des spectacles.

Le groupe a été dispersé par la police à son arrivée sur la campus du Complexe des sciences Pierre-Dansereau de l’UQAM. Quelques personnes ont été incommodées par du poivre de Cayenne lors d’un affrontement avec les policiers.

Un dernier groupuscule s’est formé vers 16 heures à quelques dizaines de mètres du groupe de manifestants gardé captif par les forces de l’ordre sur la rue Saint-Denis.

Encore une fois, il n’aura fallu qu’une dizaine de minutes avant que la police ne mette un terme au rassemblement.

En début de soirée, le SPVM a indiqué qu’un bilan préliminaire faisait état de 182 interpellations pour cette nouvelle journée de manifestations, en plus d’une arrestation pour bris de condition.

Un porte-parole du SPVM, Jean-Bruno Latour, a précisé que 180 constats d’infraction en vertu du règlement P-6 ont été remis à un premier groupe de manifestants qui furent encerclés par les autorités policières sur la rue Saint-Denis.

Deux interpellations ont ensuite été menées lors des autres rassemblements. Ces derniers individus ont hérité de constats d’infraction pour avoir refusé d’obtempérer à un ordre d’un agent de la paix.

Atmosphère sereine, mais craintes

Pendant qu’à l’extérieur, les événements se bousculaient, à l’intérieur de l’UQAM l’atmosphère était sereine et les activités suivaient leur cours normal.

Des appels à l’occupation d’autres pavillons de l’université ont été ignorés en journée. Mais certains étudiants, dont les départements ne sont pas en grève, demeurent inquiets.

«Mercredi soir, nous avions un cours et des gens masqués sont venus l’interrompre. Ils nous ont dit qu’ils reviendraient jeudi soir. Les examens doivent commencer la semaine prochaine, ils ont dit qu’ils allaient aussi venir empêcher la tenue de l’examen», a confié une étudiante, rencontrée par La Presse Canadienne.

CCY69yHWAAARQQfCes actes d’intimidation sont survenus en même temps que le début de l’occupation du Pavillon J.-A.-DeSève par quelques centaines de personnes, mercredi soir.

Après avoir été tolérée pendant près de quatre heures, l’occupation a pris fin en début de nuit, jeudi, après une intervention musclée du SPVM.

Si pendant l’occupation la plupart des étudiants dansaient, mangeaient et discutaient, une minorité masquée s’est mise à barricader le pavillon avec différents objets ou à poser des gestes de vandalisme.

Après l’intervention de la police, les vandales se sont déplacés vers l’extérieur où ils ont lancé divers objets sur la voie publique et endommagé des véhicules du SPVM.

Leur presse – lapresse.ca, 09/04/2015 à 20h41

**********************************************************************************************************************

Fin de l’occupation de l’UQAM après l’intervention du SPVM

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a mis fin à l’occupation du pavillon J.-A.-DeSève de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Des dizaines d’étudiants y observaient un sit-in pour protester contre l’opération policière qui s’est soldée par 22 arrestations en après-midi, mercredi.

uqam quebec-students-2

Le bilan préliminaire de la police faisait état en début de nuit d’une agression armée sur un policier et de quatre interpellations en vertu d’un règlement municipal ou du Code de sécurité routière.

Le SPVM a entamé une intervention musclée peu après minuit, jeudi, après avoir reçu d’un responsable de l’UQAM un avis pour mettre fin à l’occupation et évacuer les lieux. Ses agents patrouillaient jusqu’alors aux abords de l’université.

Les policiers ont fait un énorme trou dans une vitrine de l’entrée du pavillon pour pénétrer dans le bâtiment, dont les portes étaient bloquées par de multiples objets.

Les occupants ont fui à l’extérieur du pavillon par une porte à l’arrière du bâtiment vers la rue Sanguinet.

Des étudiants ont alors décidé de s’en prendre à des véhicules du SPVM. Un panneau de signalisation a entre autres été lancé dans le pare-brise d’une camionnette du SPVM, alors que quatre autres véhicules ont subi des dommages divers.

spvm1

Des dizaines de manifestants ont ensuite emprunté la rue Sainte-Catherine en direction est, où ils ont lancé des poubelles, des bacs à fleurs et des panneaux de signalisation sur la voie publique pour bloquer la circulation. Ils ont été poursuivis par des policiers, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes et du poivre de Cayenne pour les disperser.

Les manifestants venus soutenir les occupants à l’extérieur ont aussi été dispersés à l’aide de gaz lacrymogènes.

De nombreux dégâts ont été constatés à l’intérieur du pavillon J.-A.-DeSève. Des bureaux ont été saccagés et des caméras de surveillance et des machines-distributrices détruites.

uqamsaccage

Distributeurs de bouffe défoncés et pillés

 Arrestations, occupation et négociations

Entre 100 et 200 étudiants ont observé en soirée, mercredi, un sit-in au premier étage de l’université, à l’étage supérieur du pavillon J.-A.-DeSève, pour protester contre les arrestations effectuées par le SPVM plus tôt dans la journée dans les locaux de l’UQAM.

Dix hommes et onze femmes âgés de 18 à 36 ans avaient été arrêtés. Quatre d’entre eux ont été accusés d’attroupements masqués et de méfaits et dix-sept autres d’attroupements illégaux et de méfaits. Et une 22e personne a été arrêtée pour vol de cellulaire. Ils devaient tous être libérés en soirée sous promesse de comparaître.

Des discussions entre les membres de la direction, dont le recteur Robert Proulx, et un groupe d’étudiants et de professeurs de l’UQAM en vue de dénouer la crise, ont échoué.

Ce groupe demandait le retrait de menaces d’expulsion de neuf étudiants pour des motifs qui remontent à 2013, le non-renouvellement de l’injonction obtenue par l’UQAM qui prend fin lundi et que la direction ne fasse plus appel, dans le futur, au SPVM.

Sandrine Ricci, chargée de cours au département de sociologie qui participait aux discussions, s’est dite amèrement déçue.

Mme Ricci dit avoir été témoin, mercredi, de violences de la part des agents de sécurité et de policiers qui n’avaient « aucune commune mesure » avec le comportement des étudiants qui tentaient de lever les cours. « J’étais là en tant qu’observatrice, et je suis ulcérée par les scènes de violence que j’ai vues », a-t-elle déclaré.

En soirée, le recteur Robert Proulx a publié un communiqué dans lequel il rappelait que « les actes d’intimidation n’ont pas leur place à l’UQAM ». « Il faut maintenant œuvrer collectivement à un retour rapide au calme sur notre campus », avait-il conclu.

Une journée mouvementée

En matinée, des gens se sont introduits dans l’établissement pour bloquer l’accès aux cours. Et ce, en dépit du fait que l’UQAM a obtenu une injonction interdisant aux manifestants de bloquer l’accès à l’Université ou aux salles de cours et leur ordonnant de cesser toute forme d’intimidation.

Le recteur Robert Proulx a affirmé en entrevue sur ICI Radio-Canada Première qu’il y a eu des voies de fait perpétrées sur des étudiants et des membres du personnel mercredi matin.

Puis, en après-midi, lorsqu’au moins une centaine de personnes ont entrepris de perturber les cours auxquels assistaient des étudiants en gestion, la direction a appelé la police.

Lorsque les manifestants se sont retrouvés face aux policiers, la tension était palpable. Des coups ont été échangés entre des étudiants, des agents de sécurité et des policiers. Il y aurait eu du vandalisme contre des caméras de surveillance.

Une étudiante, Alexandra Picard-Dubé, raconte que des manifestants ont essayé de sortir les gens des classes. « Là, ils se sont mis à pousser du monde, à pousser les gardes de sécurité », a-t-elle expliqué, ajoutant que les policiers sont arrivés sur place peu de temps après. « Ça se frappait de tous les bords, j’ai vu des manifestants frapper des policiers dans la face, des manifestants se faire coucher à terre violemment », a-t-elle décrit.

Le recteur de l’UQAM reconnaît qu’il n’est guère dans la culture de l’établissement d’en appeler aux forces de l’ordre, mais il estime ne pas avoir eu le choix : « Moi j’ai une responsabilité au niveau des gens qui fréquentent l’UQAM , ils doivent pouvoir le faire sans danger et sans être intimidés. »

Les étudiants interpellés ont d’abord été détenus dans une salle de cours. Les policiers les ont ensuite emmenés dans un fourgon cellulaire.

150408_5j03v_escalier-bloque-uqam_sn635

En dépit de ces arrestations, d’autres étudiants ont poursuivi la manifestation. Face au déploiement policier, certains avaient dressé une barricade de fortune avec des bacs de recyclage. Les policiers ont cédé le pas aux agents de sécurité pendant que cinq ou six professeurs et chargés de cours ont tenté de calmer le jeu.  […]

quebec-students-1

Leur presse – Radio-Canada avec La Presse Canadienne, 08/04/2015

Grabuge et barricades à l’UQAM

[…] Quelques heures plus tôt, des bureaux et des chaises avaient été empilés dans les escaliers roulants et devant les portes du pavillon J.-A. De Sève par plus d’une centaine de protestataires qui étaient alors présents.

Du savon à vaisselle y aurait même été lancé. Les ascenseurs avaient été bloqués par des divans. La musique jouait à fond et des lumières stroboscopiques illuminaient la scène.

Des actes de vandalisme ont également été commis par ces étudiants barricadés. Des graffitis ont été peints sur les murs et des objets ont été arrachés à coups de marteau. 

C’est que la journée d’hier avait déjà été particulièrement mouvementée à l’UQAM qui a décidé de faire respecter l’injonction ordonnée il y a une semaine par la Cour supérieure. Celle-ci empêche quiconque de perturber les activités sur le campus. 

Un premier débordement

Pour protester contre cette mesure, plus d’une centaine d’étudiants avaient marché dans l’université en après-midi.

Contrairement aux jours précédents, où ils suivaient passivement les manifestants, les gardiens de sécurité les ont empêchés d’entrer dans les salles de classe cette fois-ci.

Selon nos informations, ils avaient l’autorisation d’intervenir physiquement.

Puis la police a été appelée en renfort lorsque la situation a dégénéré en bousculades et altercations.

journal de montréal, 09/04/2015 à 01h10

____________________________________________________________________________

Voir aussi cet article sur le désordre ambiant dans les manifs étudiantes à Montréal.

[Montreal, Canada] Voitures de police et banques défoncées durant une manif nocturne sauvage des étudiants – 24 mars 2015

Manifestation nocturne mouvementée à Montréal

montral24032015-1Quelques milliers de manifestants ont défilé au centre-ville de Montréal mardi soir, dans le cadre de la grève étudiante. Des affrontements se sont produits entre manifestants et policiers. Quatre arrestations ont été effectuées et trois personnes ont été blessées : deux manifestants et un policier.

La marche a rapidement été déclarée illégale, parce que les manifestants n’ont pas fourni leur itinéraire à la police, conformément au règlement P-6.

Des escarmouches se sont produites coin René-Lévesque et Saint-Laurent, après que des manifestants aient lancé des pièces pyrotechniques.

Des manifestants ont ensuite porté des coups de bâtons et lancé des objets aux policiers, qui ont répliqué à l’aide de matraques et de gaz lacrymogènes. Les manifestants se sont divisés en plusieurs groupes.

Certains protestataires prenaient des matériaux urbains comme des cônes pour bloquer le boulevard René-Lévesque aux automobilistes. Les vitres de voitures de police ont par la suite été fracassées. De la peinture a aussi été lancée sur d’autres voitures de police.

montral24032015-2

Les vitrines de deux banques ont également été fracassées.

Des policiers ont utilisé du poivre de Cayenne dans d’autres confrontations. Des manifestants ont tenté de venir à la rescousse des leurs en lançant divers projectiles. Une forte déflagration a été entendue près de policiers.

L’ordre de dispersion lancé à 22 h 45

montreal24032015-3Le SPVM a lancé un ordre de dispersion vers 22 h 45, après un face-à-face d’une vingtaine de minutes. Cela n’a pas empêché la grande masse de manifestants de poursuivre leur marche. Les policiers ont tenté à au moins trois reprises de les diviser en petits groupes, mais les protestataires sont parvenus à se réunir de nouveau.

Les forces de l’ordre ont finalement réussi leur manoeuvre en employant du gaz lacrymogène à l’angle de l’avenue du Docteur-Penfield et de la rue de la Montagne.

manifestation10Les manifestants s’étaient rassemblés à 21 h au parc Émilie-Gamelin. L’événement était organisé par le Mouvement étudiant révolutionnaire, qui se décrit comme « une association réunissant de jeunes communistes révolutionnaires et anticapitalistes ». Dès le départ, on notait une forte présence policière.

Le cortège s’est mis en marche peu après 21 h et la manifestation a rapidement été déclarée illégale. Les manifestants ont scandé « à nous la rue ».

Plusieurs manifestants portaient un masque malgré le règlement P-6 les interdisant pendant une manifestation. Le SPVM a lancé un avertissement à ce sujet peu après le début de la marche.

L’événement est baptisé « Esti de grosse manif de soir », sur le site de Printemps 2015.

Manifestation à Québec

Par ailleurs, à Québec, plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées à 21 h devant le Parlement pour protester contre les politiques d’austérité du gouvernement Couillard.

Après que la manifestation eût été déclarée illégale, plusieurs manifestants sont sortis du périmètre de sécurité fermé par les policiers autour de la fontaine de Tourny, mais ils ont été rapidement rattrapés.

Les policiers ont érigé un autre périmètre de sécurité et ont attendu environ une heure avant de procéder à une centaine d’arrestations.

La plupart des manifestants ont reçu un constat d’infraction et ont pu rentrer chez eux.

Brasse-camarade entre policiers et manifestants en matinée à Montréal

Mardi midi, de nouveaux affrontements entre policiers et manifestants se sont produits devant l’hôtel Reine-Élizabeth de Montréal, à l’occasion d’un rassemblement d’environ 80 personnes organisé dans le cadre du mouvement de grève étudiante.

Trois personnes ont été arrêtées pour des voies de fait et une autre a reçu une contravention parce qu’elle portait un masque, et contrevenait ainsi au règlement municipal P-6.

Une trentaine de personnes ont aussi été arrêtées de manière préventive.

Leur presse – radiocanada, 24/03/2015

[…] Une vitrine d’une succursale de la banque CIBC a été fracassée par des casseurs à la grande désapprobation de la majorité des manifestants qui ont alors crié: «Oh Non! Non!». […]

En début de nuit, le SPVM a fait savoir que quatre personnes avaient été arrêtées pour voie de fait ou agression armée. Six ou sept voitures ont aussi été abîmées, selon le corps policier.

Leur presse – la presse canadienne, 25/03/2015 à 00h34