Tag Archives: Zürich

Libération de Marco Camenisch !

Marco Camenisch est libre !

10 mars 2017. Nous apprenons du Secours Rouge qu’enfin Marco Camenisch a fini le processus de « sortie graduelle » de prison. Cela faisait près de 25 ans qu’il était incarcéré pour plusieurs attaques incendiaires d’infrasturctures écocides du capital et de l’Etat, et notamment pour avoir tiré sur un policier lors d’un contrôle.

[Zurich, Suisse] Manifs contre les frontières, la guerre et le racisme

zurich0412-1Samedi 3 décembre, environ 300 personnes se sont rassemblées dans le 4ème district de la ville pour une manifestation sauvage en solidarité avec les migrants. Peu après 19h30 à ‘Helvetiaplatz’, le cortège s’est élancé en direction de la ‘Langstrasse’ et du centre-ville.

Au milieu des jets de pétards et de feux d’artifice, quelques attaques ont joyeusement accompagné la déambulation: des voitures ont été démolies (dont deux dans la ‘Molkenstrasse’), un tramway et des panneaux publicitaires ont été endommagés, tout comme l’enseigne lumineuse de la police (cf photo). Diverses façades et un bus de VBZ ont été tagués. La police, qui était déployée massivement aux abords de la manif, avait bouclé l’accès au centre-ville et notamment vers la ‘Europaallee’. Lors de la marche, une policière a été blessée à la main par un projectile. Un manifestant de 19 ans qui s’est gravement blessé en allumant un engin pyrotechnique a du être hospitalisé. La manif s’est dispersée vers 21h15. 

Continue reading

[Zurich, Suisse] Blocage d’autoroute en solidarité

Solidarité signifie attaque

Le 1er décembre, pendant le lever du soleil, nous avons bloqué avec des chaînes les sorties d’autoroute en direction de Zurich. Le trafic matinal est le début d’une nouvelle journée de travail, le carburant pour l’économie dans une des villes les plus riches de Suisse. Les axes de circulation sont toujours des lignes de vie du capitalisme à paralyser et ça signifie créer des espaces et provoquer des moments d’interruption.

Que ce soit à quelques personnes le matin, seul-e dans la nuit, à plusieurs lors d’une manifestation: l’attaque contre cette société ne connait qu’une seule direction. Ce blocage est donc réalisé en solidarité avec les compagnon-nes sous enquête pour une manifestation sauvage à Bâle, ainsi que pour une autre personne toujours en détention. Solidarité avec le compagnon en cavale depuis juillet et toujours recherché par la police pour attaque incendiaire d’une antenne-radio des flics.

Pour l’anarchie !

[Traduit de linksunten, 2 décembre 2016]

[Zurich, Suisse] Récit de la petite manif au centre de rétention – Vendredi 7 Octobre 2016

Sur la petite manif à la prison

Vendredi soir dernier [7 octobre 2016, NdT], il y a eu une manifestation vers la prison de l’aéroport de ‘Kloten’, partie de la gare ‘Glattbrugg’. Elle a été appelée en même temps avec des affiches dans toute la ville – et aussi certainement sur internet. Manif vers le centre de rétention et d’expulsion, « Refugees welcome ».

Plus d’une centaine de personnes s’est rassemblée à la gare de ‘Glattbrugg’ et la manifestation a pu aller jusqu’à la prison sans intervention policière. Des groupes de six flics dispersés étaient certes de temps en temps visibles, mais ils se tenaient toujours à une distance de deux à trois cent mètres. Ceci était certainement avant tout dû au fait que les participant-es à la manif étaient en grande partie assez jeunes. La police a gardé de la distance et n’est pas intervenue, puisque gazer et agresser des personnes étant en grande partie probablement mineures d’un point de vue légal, aurait peut-être pu provoquer trop de désordre.

Continue reading

[Suisse] Nouvelle mise-à-jour des « huit de Bâle », incarcérés à la suite de la manif sauvage du 24 juin

Des huit prisonniers à l’origine, sept ont entre-temps été libérés. Dans un cas, la durée de détention est allée à son terme, dans les six autres des recours ou des demandes de remise en liberté des avocat-e-s ont conduit à une libération anticipée.

Continue reading

[Zürich, Suisse] La répression et ses contours [+ Appel à une rencontre le 20 août]

97899La répression est un événement très difficilement évitable pour ceux qui luttent pour la subversion de la société. Lorsqu’on lutte pour notre liberté, on se trouve rapidement confrontés à l’Etat et à ses différents appareils répressifs : des flics dans la rue aux tribunaux, et jusqu’aux prisons.

Le fait de se retrouver un jour incarcéré est une triste perspective que nous devons toujours prendre en compte en tant que révolutionnaires. Si la répression frappe d’abord des compagnons particuliers, on ne doit pourtant pas oublier que son objectif n’est pas simplement d’emprisonner ou de « punir » ceux qui ont franchi certaines lignes, mais aussi celui d’arrêter ou de ralentir. des dynamiques, des luttes et des projets. C’est de cet aspect moins évident dont je veux parler ici.

Continue reading

[Zürich & St-Gall, Suisse] Ding Dong – C’est l’Etat

Dimanche 10 juillet ont été menées de nouvelles perquisitions à Zurich et Saint-Gall. Cette fois elles ont été au nombre de trois. De ce que nous avons pu comprendre, le mandat de perquisition a été autorisé par le procureur de Zurich pour les charges d’ « incendie volontaire et autres« . Dans une note un peu plus détaillée du mandat de perquisition, il était évident qu’il s’agissait de l’ »attaque incendiaire contre l’antenne de télécommunications Waidberg, 8037 Zurich » survenue au cours de la nuit de ce même dimanche.

Continue reading

[Zurich, Suisse] Attaque anarchiste d’un poste de police

Dans la nuit du 27 juillet, nous avons attaqué avec de la peinture le poste de police au n°10 de la röslistrasse à Zurich. Cet acte a été une rupture collective avec la réalité et une vie qui est caractérisée par la surveillance, le contrôle et l’oppression. Ce court moment nous a mis le sourire aux lèvres.

Continue reading

[Suisse/Autriche/Italie] Attaques contre la machine à expulser et blocages contre les frontières

Suisse: attaque contre la société de transports ferroviaires ‘SBB’ [1]

Pour une vie qui vaut la peine d’être vécue… ou pourquoi nous attaquons les CFF?

Depuis longtemps, les CFF font des bénéfices sur la misère des autres. En collaboration avec la société ‘Securitas’, ils exploitent le „jail-train », un train qui a été transformé en prison. Avec ce train-prison, des prisonniers sont transportés d’une prison à l’autre, ainsi que les migrants en voie d’expulsion de Suisse.

– Depuis août 2015, les CFF ont introduit une puce RFID dans tous ses abonnements et nous force à utiliser véritablement cette technologie dans notre vie de tous les jours. Ceci permet un contrôle encore plus grand et la surveillance de nos identités et de nos mouvements.

Nous devrions accepter la misère des migrants que l’on nous montre chaque jour dans les médias comme une banalité, ces mêmes migrants qui tentent de venir en Europe tant bien que mal afin de trouver une vie meilleure ici. Nous devrions accepter comme une banalité la cruauté avec laquelle les institutions suisses font vivre chaque jour l’enfer à ces migrants qui ont survécu jusqu’ici. Nous devrions accepter les hypocrisies de toutes ces personnes et de de ces entreprises qui tirent de juteux profits du marché en exploitant la souffrance des migrants. Nous devrions accepter comme une banalité le fait que des entreprises veulent nous imposer l’utilisation de technologies qui leur donnent encore plus de pouvoir et nous dépossèdent encore plus de nos vies. Nous devrions accepter comme une banalité le fait que chaque année, le prix pour notre mobilité augmente, tout comme l’enrichissement de ceux qui sont à la tête des CFF. 

En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas assez soumis pour accepter cette réalité comme quelque chose de banal, pas plus que de l’oppression qui en découle. L’amour de la liberté, la solidarité et la dignité qui brûlent en nous sont les moteurs qui nous poussent à agir contre cette réalité.

97344

Alors nous sommes allés chez nos amiEs et avons parlé de la nécessité d’agir. Nous avons réfléchi, planifié et organisé l’action. Et ensuite nous sommes partis, avec les CFF pour cibles, et avons attaqué leurs trains à l’extincteur de peinture. Pour que tous comprennent qu’il y a des gens qui n’acceptent pas cette réalité et qui s’insurgent. Que tous ceux qui pensent, comme les CFF, pouvoir faire du profit sur la misère des autres ne s’en tirent pas si facilement. Chaque fois que les gens ne se résignent pas à accepter l’oppression, le pouvoir de ceux qui en vivent est affaibli.

Dans la matinée du jeudi 5 mai, un train entre Thoune et Berne a été attaqué, ainsi qu’un autre train entre Berne et Lausanne. Et ce n’est que le début.

Les ‘CFF’ sont partout, nous aussi !

Désignons et combattons ceux qui sont responsables de la misère de nos vies !

Détruisons la machine à expulser !

[Taduit d’indymedia Schweiz, 06/05/2016]

[1] en allemand: « Schweizerische Bundesbahnen ». Sa traduction française: « les Chemins de fer fédéraux suisses »

UNE LISTE DE COLLABOS DE LA MACHINE À EXPULSER SUISSE (2016) [Reprise de renverse.ch]

*****

Zürich: Les camps en cendres !

D’après le média ‘Buchs AG’, une demandeuse d’asile a incendié une couverture en laine dans sa chambre du centre d’hébergement ‘Gartenweg’. Elle et sa colocataire ont du être transportées à l’hôpital avec des blessures. après quoi la colocataire a du être libérée au cours de cette même nuit et la femme qui a bouté le feu transférée en hôpital psychiatrique. Le feu a pu être éteint par les services de sécurité, pourtant la chambre est noircie et n’est plus habitable pour le moment.

Les flics ont annoncé dans un communiqué aux médias que le motif de l’acte est encore obscure mais les « problèmes psychologiques » sont mis en avant. C’est habituel de la part des oppresseurs de ne pas arriver à comprendre tout acte de résistance, d’action auto-déterminée et de rejet d’une vie en dépendance totale. Cela échappe à leur logique et à leur morale. […]

Nous soutenons cette révolte contre l’institution des camps et interprétons l’acte comme un appel à saboter les structures des camps d’asile pour arracher le contrôle aux oppresseurs !

[Traduit de ‘Dissonanz Nr. 26 – anarchistische Zeitung‘]

*****

97314« Dans la soirée du 1er mai, la direction de la douane a été attaquée à Berne. Cette action se dirige contre le système migratoire et de frontières cruel de l’Europe et de la Suisse, ainsi que contre les barbelés, les centres de rétention, l’illégalisation des gens. Elle est faite en solidarité avec tous les réfugiés et tous les migrants illégaux et précarisés. […] Combattons l’Europe forteresse! »

*****

Blocage de la frontière à Chiasso:

Nous apprenons dans la presse que dans la matinée du 29 avril, près de 15 personnes ont bloqué la route de la frontière à Chiasso. Une banderole avec l’inscription « Démolissons les frontières! Tous à Brenner le 7 mai! » a été déployée. Le trafic a été interrompu pendant une bonne dizaine de minutes.

Trentino Alto Adige, Italie:

Dans la matinée du 24 avril, la ligne ferroviaire entre Bressanone et l’Autriche, à proximité du très touristique ‘Val Pusteria’, a été bloqué avec des chaînes et des banderoles. Et le 27 avril, jour de conférence de la police autrichienne à Brenner), quelques ennemis des frontières ont bloqué l’autoroute en direction de Brenner avec des chaînes et des banderoles. Vous érigez des barrières ? bloquons tout !

[source: informa-azione]

****

Vienne, Autriche: Les pneus d’un expulseur à plat!

Dans le 7ème arrondissement, un véhicule de l’entreprise de sécurité ‘G4S’ se retrouve les quatre pneus à plat. Qu’il s’agisse d’un hasard ou de dégradations ciblées, nous sommes obligés d’en parler. C’est pourtant connu que G4S empoche des profits énormes grâce aux expulsions [de sans-papiers, NdT] et à la surveillance.

[Traduit d’une brève du journal anarchiste ‘Unruheherd n°9, mai 2015]

[Zurich/Bâle] Feu aux collabos de ce monde de frontières (Mars 2016)

Bâle: véhicule de la douane incendié

Feu et flammes aux barrières !

Ni frontière! ni prisons! Ni Etats!

Pour l’ouverture des « No Border Actions Days » [1], une bagnole du corps des idiots de la douane suisse s’est enflammée sur les ports du Rhin [dans la nuit du 29 mars 2016, NdT].

Nique toutes les frontières !

[Traduit de indymedia linksunten, 01/04/2016]

****

Zurich : Un collabo de la machine à expulser se fait cramer sa voiture devant son domicile!

Bien que l’entreprise de cars « Wäckerlin » ait été mis au grand jour par des affiches qui ont été collées un peu partout dans Zurich; bien que Herr Wäckerlin ait déjà retrouvé sa maison au ‘Berninastrasse 112, in 8057 Zürich’ recouvert de peinture, cette entreprise familiale dégueulasse continue à organiser les transferts du camp fédéral test de ‘Juchhof’ à ‘Altstetten’ jusqu’au bunker de ‘Wiedikon’. Parce que ça se fait lentement mais sûrement et « Wäckerlin » est certainement conscient de sa responsabilité dans le système migratoire, sa voiture personnelle située devant son abri a été incendiée dans la nuit du dimanche 13 mars. Tant que cette entreprise amassera de l’argent avec les réfugiés, nous l’attaquerons !

[Traduit de l’allemand de indymedia Schweiz]

NdT:

[1] Voici un extrait de l’appel: « Du 1er au 3 avril 2016 ont lieu les journées d’action sans frontières à Fribourg (CH) et à Bâle. Nous n’assistons pas de manière choqué et triste sur la façon dont, par exemple le long de la route des Balkans, les frontières se resserrent petit à petit pour les gens en fuite. Nous perturbons ! Et nous ne cessons pas cela ! »