Tag Archives: vive la fraude

[Brésil] Qui dit hausse des tarifs de transports dit émeutes, incendie de bus et saccages de banques – Janvier 2017

Dans de nombreuses villes brésiliennes, l’annonce d’une nouvelle hausse du prix des tickets de transports au début du mois de janvier a mis de nombreuses personnes dans les rues qui, à certains endroits et divers moments, ont laissé exploser leur rage contre la société de transport CTTU mais aussi contre d’autres institutions qui régissent ce monde de misère. La mobilisation contre cette réforme a permis une fois de plus de faire converger les révoltés, qui ont saisi l’occasion pour attaquer les rouages de la domination. Voici un aperçu par ville, incomplet bien évidemment, de ce qui a été dit dans la presse du pouvoir.

Jeudi 12 janvier 2017 à Sao Paulo, la première manif de l’année a été organisée par le ‘Movimento Passe Livre’ (MPL) contre une nouvelle hausse des tarifs de transports urbains (le prix du ticket à l’unité passant de 2.75 à 3.30 Reaux). L’occasion a été saisie pour détruire des banques et s’en prendre à quelques boutiques de luxe. 

Continue reading

L’Etat déclare la guerre aux fraudeurs

L’Assemblée renforce la sécurité dans les transports publics

PARIS (Reuters) – Les députés ont adopté à l’unanimité jeudi, en première lecture, une proposition de loi socialiste prévoyant de renforcer la sécurité dans les transports publics tant en matière de prévention du terrorisme que de lutte contre la fraude.

Tous les groupes ont voté en faveur de ce texte soutenu par le gouvernement même si certains, comme celui du Front de gauche, ont exprimé « des réserves » sur des dispositions.

Le Défenseur des Droits lui-même, Jacques Toubon, a fait part de ses « sérieuses réserves » en estimant que ces nouvelles mesures posaient « un risque très sérieux de multiplication des incidents, voire de troubles à l’ordre public ».

La préparation de cette proposition de loi avait commencé dès avril, avant l’attentat raté du Thalys le 21 août et les attentats du 13 novembre à Paris et en Seine-Saint-Denis.

Elle autorise notamment les agents de sécurité de la SNCF et de la RATP, avec l’accord des passagers, à procéder de façon aléatoire, avec la possibilité d’agir en tenue civile, « à des palpations de sécurité » et d’effectuer des fouilles des bagages.

Elle renforce également les mesures destinées à faire « respecter les règles de droit » dans les transports, qu’il s’agisse de la fraude tarifaire, des incivilités, des violences ou du non-respect des règles de sécurité.

Pour lutter contre les resquilleurs récidivistes, le nombre annuel de verbalisations pour fraude entrant dans les caractéristiques du « délit d’habitude », il est proposé d’abaisser de dix à cinq le nombre cumulé de contraventions sur 12 mois, un délit sanctionné par six mois d’emprisonnement et 7.500 euros d’amende.

Plusieurs amendements ont été entérinés comme celui obligeant un passager non titulaire d’un titre de transport à être porteur d’un document attestant de son identité. Un autre amendement crée un « délit de fuite » pour les passagers.

Le Sénat, où la droite est majoritaire, examinera à son tour cette proposition de loi le mercredi 27 janvier. Le gouvernement ayant décidé d’appliquer la procédure dite « accélérée », qui réduit le nombre de navettes entre les deux assemblées, le texte devrait être définitivement adopté en février ou mars.

Reuters, 17/12/2015

0-53

Renforcement du contrôle des voyageurs

La proposition de loi vise notamment à autoriser les agents des services de sécurité de la SNCF et de la RATP « à procéder à des palpations de sécurité » et à la fouille des bagages, avec l’accord des passagers, ou à permettre aux policiers, sous conditions, l’inspection visuelle des bagages à main et leur fouille pour « prévenir une atteinte grave à la sécurité des personnes et des biens ». « Toute personne qui refusera se verra refuser l’accès au train », a assuré le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Les entreprises pourront aussi exiger des billets nominatifs. 

Ce renforcement de la sécurité ne se fera pas uniquement au niveau du contrôle des voyageurs. La SNCF et la RATP pourront solliciter des enquêtes administratives sur des personnes recrutées ou affectées à des postes portant sur la sécurité des personnes (aiguillage, conduite des trains, sécurité des systèmes d’information) pour vérifier qu’elles ne sont pas fichées S. 

Quelques points jugés excessifs supprimés

A l’initiative du gouvernement et de députés PS, l’Assemblée a supprimé la possibilité pour les forces de l’ordre ou agents de sécurité de fouiller, sans son consentement, les bagages d’un voyageur pris en flagrant délit de fraude et sans pièce d’identité valide. « Il est inconcevable de considérer que les fraudeurs puissent être des auteurs potentiels d’acte terroristes », a reconnu le secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies.

Car la proposition de loi entend aussi renforcer les pouvoirs des agents de sécurité SNCF et RATP pour lutter contre le non-respect des règles de droit dans les transports en commun, de la fraude tarifaire aux incivilités. Les « mutuelles de fraudeurs » (c’est-à-dire des systèmes permettant aux fraudeurs de ne pas à avoir à payer leur amende en échange de quelques euros par mois) seront interdites. Le délit de « fraude d’habitude », puni de six mois d’emprisonnement et 7.500 euros d’amendes, est abaissé de dix à cinq infractions. 

Les députés ont ainsi supprimé la possibilité pour les sous-traitants des opérateurs de transports de constater des infractions au même titre qu’aux agents titulaires. Ils ont également rejeté un amendement du groupe Les Républicains, qui voulait rendre obligatoire le port d’une pièce d’identité dans les transports.

Des portiques de sécurité pour le Thalys inaugurés

Au même moment, Ségolène Royal a inauguré les portiques de sécurité sur les lignes Thalys, opérationnels dimanche (mais seulement en France). La ministre de tutelle des transports a assuré que leur fonctionnement ne ralentirait pas trop les voyageurs et qu’il suffirait d’arriver « 20 minutes avant le départ du train », comme par le passé. « Si le dispositif est fluide et fonctionne bien », il pourra être étendu à tous les trains en France, a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, la principale fédération d’usagers de transports s’est prononcée jeudi contre un « filtrage systématique des voyageurs à l’entrée des gares et des trains ». La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) juge la méthode « irréaliste » car elle « ralentirait la circulation et l’embarquement des voyageurs ». « Les files d’attente avant filtrage seraient très exposées à d’éventuelles actions terroristes » et le filtrage « ne permettrait pas l’accompagnement des personnes âgées, handicapées, chargées de bagages ou voyageant avec des enfants en bas âge », a-t-elle prévenu. Ségolène Royal a promis que des files seraient réservées aux personnes en situation de handicap notamment.

AFP, 17/12/2015

 

[Publication] Jusqu’à sa mort, l’Etat restera notre ennemi !

abasletatJour après jour, l’Etat perfectionne ses moyens de contrôle et de surveillance sur la population (accroissement du nombre de caméras, mises en circulation de nouveaux papiers à puce et biométriques, drones, fichage ADN…). Les moyens technologiques que l’Etat applique sur chacun d’entre nous sont l’illustration de sa crainte des révoltes qui peuvent secouer la vie paisible des dominants. A chaque période de l’histoire, le pouvoir a toujours brandi le spectre d’un ennemi intérieur – qu’il utilise pour faire peur aux citoyens et susciter leur aval – dans l’optique de renforcer sa propre sécurité, autrement dit la protection de l’ordre social. A ce jour, c’est le « barbu islamiste » (même isolé) qui lui sert d’épouvantail pour passer en rafale des lois scélérates. On peut ainsi parler des lois antiterroristes depuis janvier 2015 et l’attentat à « Charlie Hebdo » (qui ont déjà été énumérées dans le « Séditions n°2 »). Le 18 septembre dernier, un fraudeur qui s’était enfermé dans les toilettes d’un train ‘Thalys’ pour se rendre à Paris a fait les frais du terrorisme d’Etat : des centaines de flics avec un hélico sont intervenus pour évacuer la gare de Rotterdam. Le trafic ferroviaire a même été bloqué. Le crime commis : vouloir voyager librement, sans passer par la case guichet ! Autrement dit, c’est une parfaite illustration de cette guerre aux pauvres. Mi-octobre, l’Etat a étendu – dans le cadre légal – les pouvoirs des flics et des milices des transports (SNCF, RATP) : contrôles des bagages, « palpations de sécurité », fouilles au corps leur seront désormais possibles. Jusqu’à maintenant, policiers et gendarmes ne pouvaient fouiller les bagages de passagers qu’en cas de « délit » avéré et les inspecter qu’avec leur consentement. Et si tu ne te plies pas aux ordres des gardiens de l’ordre, l’accès au train t’est refusé. La collaboration entre les différents services de répression se renforce, comme en atteste les entraînements des agents de sécurité de la SNCF auprès des militaires pour mieux mater les récalcitrants. Bientôt, l’Etat développera l’utilisation de drones pour accroître la surveillance des infrastructures dites ‘sensibles’ (la gendarmerie sera la première à en être pourvue). La SNCF a déjà prévu d’en utiliser de nuit pour lutter contre le sabotage sur les milliers de kilomètres de lignes ferroviaires, qui sont autant de points névralgiques pour le bon fonctionnement de la circulation fluide des marchandises, humaines comme matérielles.

Tous ces innombrables moyens de surveillance sont étroitement liés à la guerre que l’Etat mène contre les migrants.

Le 12 septembre dernier à Besançon, des militants internationalistes ont appelé à un rassemblement pour l’accueil des réfugiés (plus précisément sous le slogan « Bienvenue aux réfugiés »). D’abord, il est important de rappeler que celui qui est reconnu comme « réfugié » est celui qui vient d’un pays en guerre que l’Etat (« d’accueil ») a reconnu comme tel. C’est lui qui décide si oui ou non tel ou tel migrant mérite le statut (« d’asile politique », « de réfugié »). Et c’est aux organismes caritatifs (Emmaüs, la Croix-Rouge , etc…) que cette mission de triage est, entre autre, confiée. Ces statuts, construits de toutes pièces par l’Etat, tentent de semer des divisions entre migrants dans leur quête de ce fichu bout de papier. L’obtention de ce « laissez-passer » ne peut pas être considéré comme un objectif en soi. En tant qu’anarchistes, nous sommes pour en finir avec les Etats et leurs papiers, leurs barrières fictives et réelles que les dominants dressent entre les êtres humains à travers le monde.

Besançon, octobre/novembre 2015

Besançon, octobre/novembre 2015

Par ailleurs, la crainte de l’Etat se trouve dans l’aspect incontrôlable de l’immigration : les missions de fichage des migrants par les uniformes militaires et humanitaires, leurs coordinations au niveau européen à travers l’agence FRONTEX sont là pour y remédier.

C’est donc sans surprise que cet appel a été facilement récupéré par le pouvoir local (dans son journal, le maire PS de Besançon reprend cette mobilisation pour les « réfugiés » à son compte en y mettant une touche de chauvinisme). Quoi de plus normal, après tout, lorsque les « militants » se placent sur le même terrain que celui du pouvoir. L’Etat et les mairies vont encore plus loin, en déclarant accueillir un nombre limité de migrants victimes de la terreur imposée par Daesh. L’Etat fait appel à la charité des citoyens, les transformant en bénévoles caritatifs. Le migrant est considéré comme une victime et un être dépendant, qu’il s’agit d’intégrer à la société et à rendre productif. Bien évidemment, ces quotas ne sont rien d’autre que de l’immigration choisie : ils rentrent dans les plans de l’Etat lorsqu’il s’agit de trouver de la main d’oeuvre dans des secteurs techniques tels que l’informatique (En Allemagne, le gouvernement a d’ores et déjà annoncé régulariser des migrants syriens pour leurs grandes compétences et connaissances en ce domaine). Pourtant, la machine à expulser de l’Etat n’a jamais aussi bien fonctionné : les rafles qui se font en collaboration entre contrôleurs et agents de sûreté de la SNCF, police aux frontières, etc… ; les sans-papiers renvoyés par la force dans les charters d’Air France ; les procédures d’expulsions contre des familles et de leurs enfants (scolarisés ou non, on s’en fiche!) en sont des démonstrations quotidiennes. Ses flics et fonctionnaires continueront à s’acharner contre ceux qui d’une manière ou d’une autre, défient l’Etat et ses lois ; qui, comme tant d’autres – toujours plus nombreux, avec ou sans papiers – n’ont d’autre choix que l’illégalité pour survivre…

Soutenir les sans-papiers par la récolte de vêtements, de nourriture et de thunes lors de soirées concert est certes louable, mais qu’en est-il de notre attitude face aux institutions qui participent à leur tri, à leurs expulsions, à leur enfermement ? On continue à les laisser en paix ou on prend le problème à bras le corps en les attaquant ? C’est là que se posent les limites inébranlables entre ceux qui veulent briser les fondements de ce monde dans une perspective révolutionnaire et ceux qui cherchent à rendre l’existant plus supportable et donc à le préserver. L’auto-organisation entre dominés (concernant le logement, la bouffe, la débrouille au quotidien) est bien sûr plus que nécessaire, mais elle n’a de sens que si elle s’accompagne en même temps de pratiques offensives contre les structures du pouvoir qui oppriment, enferment, expulsent et éliminent tous ceux considérés comme nuisibles ou superflus à la marche en avant du capitalisme et à la stabilité de l’Etat.

Pour revenir à ce rassemblement, quelques anarchistes ont cependant été présents pour distribuer un tract intitulé « Ni Etat ni charité – Solidarité active avec tous les sans-papiers », histoire de donner un autre son de cloche que celui des organisations d’extrême-gauche qui distribuaient leurs programmes politiques. On peut le lire à cette adresse

[Extrait du journal ‘Séditions n°5’ / Novembre 2015]

[Même pas peur] L’Etat étend ses moyens pour lutter contre la fraude dans les transports…

[La période depuis un moment est aux uniformes, bleus et kaki, à chaque coin de rue, dans les gares, les centres commerciaux et de plus en plus dans les transports, comme à Besançon: en somme, une autre facette de la guerre aux pauvres qui ont le toupet de se déplacer sans payer. Cette omniprésence de types armés jusqu’aux dents (brigades de police des transports, CRS, militaires, etc) ne peut que forcer à dégager et/ou à faire rentrer dans le rang ceux qui n’ont pas de thunes à lâcher pour se déplacer. Intimider et faciliter la répression, c’est évident. Mais les compagnies de transports bénéficient d’une aide bien plus précieuse: les chauffeurs de bus et les dénommés « médiateurs » [1]. Ces derniers sont embauchés dans le but d’enrayer la fraude comme à Lille ou à Toulouse, tout en se drapant d’une image sociale. Mais entre ceux qui répriment en foutant des amendes (les contrôleurs) et ceux qui poussent les mauvais voyageurs à payer pour se déplacer en menant de la « prévention », il n’y a aucune distinction à faire concernant leur sale travail. D’ailleurs, lorsqu’on les aperçoit de loin, ces deux sortes de pourritures ont la même apparence vestimentaire, ce qui forcément décourage certains à frauder. Par ailleurs, quasiment toutes les sociétés de transport métropolitaines demandent aux chauffeurs de bus de filtrer l’accès: il faut dire que ça leur fait des contrôleurs à moindre coût. Ces merdes qui l’appliquent avec zèle récoltent la rage au même titre que n’importe quel contrôleur ou flic. Ces actes d’insoumission sont relayés dans la presse lorsque ces saloperies, épaulées par leurs syndicats (qui vont de la CFDT à SUD [2]), se mettent en grève pour dénoncer « l’insécurité dont ils sont victimes ».

En octobre dernier, deux adolescentes qui ne se sont pas pliés aux zèles du chauffeur de bus du réseau ‘Tisséo’ ont trouvé une réponse adéquate. Il est un fait que la grande majorité de ces chauffeurs obéissent aux injonctions de leurs directions, qui consistent à expulser du bus les resquilleurs. Ils le font tous en connaissance de cause, et des possibles conséquences sur leur intégrité physique, au même titre que n’importe quel caissier(e) de supermarché qui force des personnes (ciblées avec les mêmes critères que ceux des flics) à ouvrir leur sac lors du passage à la caisse, à le déposer à l’entrée du magasin ou bien à griller une voleur au passage en caisse [3].

Parallèlement, quelques infos sont retranscrites au sujet des moyens techniques qui s’élargissent pour lutter contre les fraudeurs (voir ci-dessous): donner davantage de pouvoir aux agents de sécurité des transports, installation de portiques à l’accès des quais pour tous les TGV (nationaux comme internationaux), augmenter le nombre de caméras, dans les rames (métro et tram) et les bus, mais aussi sur les contrôleurs, etc…

*********************************************************************************

Gares : Ségolène Royal veut des portiques pour contrôler les passagers

La ministre veut renforcer la sécurité, quatre jours après les attentats de Paris et après l’attaque déjouée du Thalys en août dernier.

La ministre de tutelle des Transports, Ségolène Royal, a relancé mardi l’idée d’installer des portiques de sécurité dans les gares pour contrôler l’accès aux TGV nationaux et internationaux, une proposition qu’elle avait déjà faite fin août, après l’attentat raté dans le Thalys. Devra-t-on bientôt, avant de monter à bord d’un TGV, se soumettre au même rituel que pour un voyage en avion? « Cela se fait pour les trains internationaux (les Eurostar, entre la France et la Grande-Bretagne, ndlr) et je pense que cela doit se faire aussi pour les trains en France », a déclaré la ministre, interrogée sur iTÉLÉ.

Les attentats de vendredi ont en effet de nouveau posé la question de la sécurité dans les transports, largement soulevée en août dernier, après l’attentat raté dans un Thalys qui reliait Amsterdam à Paris. Ségolène Royal avait alors préconisé l’installation de portiques de sécurité pour contrôler les passagers des trains internationaux, et demandé à la SNCF d’étudier la mise en place de tels dispositifs.

« Toutes les lignes internationales »

« Nous avons lancé, après l’attentat du Thalys, un groupe technique pour l’examen des conditions d’utilisation et le bon fonctionnement d’un système de portique. Ce groupe de travail est en train d’étudier l’ensemble des technologies disponibles en intégrant la problématique de gestion des flux », a confirmé un porte-parole de la SNCF. La compagnie ferroviaire doit remettre des conclusions et propositions à la ministre en début de semaine prochaine. La ministre a fait état de deux hypothèses : équiper uniquement les TGV nationaux et internationaux, ou déployer le dispositif sur certaines autres lignes.

« Toutes les lignes internationales doivent être couvertes, et tous les TGV. L’objection qui consiste à dire ‘il y a trop de passagers’ a été levée », a assuré Ségolène Royal, faisant valoir que le « volume de voyageurs (sur ces lignes) est à peu près équivalent au volume de voyageurs dans les aéroports ». Des « portiques doivent être posés, avec le contrôle des sacs en particulier, plus le passage des gens dans les portiques », a-t-elle souligné. Une généralisation des portiques avant d’accéder aux trains de banlieue et TER paraît, en revanche, difficilement envisageable, en raison du nombre élevé de voyageurs, et des délais d’attente induits par de tels contrôles. Le trafic dans l’ensemble des gares est vingt fois supérieur au trafic total des aéroports.

« S’inspirer des dispositifs à l’étranger »

« Malgré tout, j’ai demandé qu’on fasse l’évaluation », a précisé Ségolène Royal, indiquant attendre la remise du rapport « pour savoir éventuellement comment on étend vers d’autres trains, très fréquentés, aux heures de pointe ». Le rapport contiendra aussi des recommandations sur le personnel qui doit se trouver à côté des portiques. Une fois la décision prise, le déploiement pourrait être « très rapide », « quasi immédiat », assure-t-elle. La SNCF explique aussi qu’elle « va solliciter ses homologues des pays dans lesquels roule le Thalys (Belgique, Pays-Bas et Allemagne, ndlr) afin d’étudier la mise en place de portiques ».

Par ailleurs, « nous allons lancer, dans une des grandes gares parisiennes, un test de faisabilité de contrôle des entrants venant de la rue », ajoute le porte-parole de la SNCF. « On va s’inspirer d’une étude qu’on a menée et qui recense les dispositifs mis en place à l’étranger. » Cette expérimentation pourrait démarrer début 2016. Ni le système testé, ni la gare, n’ont encore été choisis. L’Assemblée nationale devait débuter le 24 novembre l’examen de la proposition de loi contre le terrorisme et contre la fraude dans les transports publics, mais a annoncé mardi son report à une date non déterminée, afin d’être reprise dans un projet de loi « global ».

« Il n’est pas du ressort de la loi d’envisager ou de décider d’équiper nos gares en portiques de filtrage des personne et des bagages, ce qui supposerait de révolutionner les usages du train en équipant nos gares de salles d’attente et en instaurant des délais inhabituels et inadaptés à ces modes de transport, d’embarquement et de correspondances », a réagi mardi soir le député PS Gilles Savary, à l’origine du projet de loi. Plusieurs pays ont mis en place des contrôles de sécurité sur certaines lignes ou dans certaines gares ces dernières années, comme l’Espagne ou l’Italie.

Leur presse – Lepoint.fr via AFP, 17/11/2015 à 21h26

___________________________________________________________________________

Les contrôleurs en herbe luttent pour plus d’uniformes dans les bus

Montereau-Varennes (77) : les conducteurs de bus excédés par les agressions

Après Melun, Varennes-sur-Seine et Montereau. Les agressions de conducteurs de bus se multiplient. La preuve, de nombreux chauffeurs de la société Interval, basée à Montereau, exercent ce jeudi leur droit de retrait. En deux semaines, quatre d’entre eux viennent de subir une agression. La dernière s’est déroulée ce jeudi matin sur la ligne B.

5270147_19e82f40-8946-11e5-917f-00151780182c-1_545x460_autocrop

Il est 8 h 15, quand une conductrice de bus interdit la montée à deux jeunes sans titre de transport. La scène se déroule à l’arrêt de bus du lycée Flora-Tristan (ligne B), à Varennes-sur-Seine. Les deux adolescents réussissent à monter dans le bus, insultent la conductrice, la malmènent, la bousculent. «Apparemment, des passagers l’ont aidée à faire fuir ses agresseurs», précise une collègue de la conductrice agressée. La salariée a été entendue au commissariat de police et a reconnu les jeunes. Ils ont été interpellés à 15 heures. Très choquée, la conductrice s’est rendue à l’hôpital pour des examens.

Sur les lignes Interval, c’est la série noire. Le 31 octobre dernier, deux conducteurs ont subi des agressions. Le premier, sur la ligne A, qui dessert le quartier populaire Surville. «Il a été frappé de deux coups de pied à une épaule. Il est toujours en arrêt-maladie», souligne un syndicaliste. Le même jour, une seconde agression s’est déroulée au centre commercial du Bréau à Varennes. «J’ai fait respecter le règlement qui indique que l’on ne doit pas faire monter les poussettes par l’arrière. Une mère de famille furieuse m’a insulté et m’a craché dessus.»

Vendredi dernier, un homme ivre a semé la pagaille dans un autre bus, obligeant le conducteur à appeler la police. Résultat de cette série noire, un droit de retrait exercé par de nombreux chauffeurs, aujourd’hui. «Ras le bol des incivilités et des agressions. Il faut plus de contrôleurs, plus d’opérations coup de poing de la police dans les bus», réclament les salariés agacés.

Christian Alifond, directeur d’Interval Montereau se déclare impuissant. «On va continuer d’équiper les bus en caméras. Et en attendant, les stations Lycée Flora-Tristan, Eiffel, Mairie et Église de Varennes ne seront plus desservis !» […]

Leur presse – leparisien.fr, 12/11/2015

___________________________________________________________

Nouvelle agression dans un train : les contrôleurs cessent le travail à Cherbourg

Suite à l’agression d’une contrôleuse dans un train entre Paris et Cherbourg, les agents ont décidé de cesser le travail ce lundi. Ils demandent à être deux contrôleurs dans chaque train.

Des perturbations sur la circulation des trains ce lundi en Basse-Normandie : six TER ont été supprimés ce lundi matin dans la région. Les contrôleurs de Cherbourg ont décidé d’un « dépôt de sac »  : ils ne montent pas dans les trains qui ne peuvent donc pas circuler. Un mouvement décidé ce lundi matin suite à l’agression verbale d’une contrôleuse dimanche sur le premier train entre Paris et Cherbourg. Une passagère a du s’interposer pour que le voyageur n’en vienne pas aux mains. Il y a quinze jours une autre agent s’était faite agressée sur la ligne Paris-Caen-Cherbourg et depuis rien n’a changé […]

Leur presse – francebleu, 09/11/2015

__________________________________________________________

Sur le réseau Transpole, les contrôleurs bientôt équipés de caméras ?

Si les agressions contre les voyageurs sur le réseau Transpole ont diminué en 2014, celles contre les agents Transpole ont progressé de 3 %. La société envisagerait d’équiper les contrôleurs de caméras pour assurer une meilleure sécurité à son personnel.

Transpole envisage de doter ses contrôleurs de caméras individuelles. « Rien n’est prévu pour le moment », se borne à nous répondre la société. Dans un document interne, la direction est plus prolixe. Elle y explique qu’« un projet est à l’étude ». Il a été présenté aux syndicats en juin.

Cet outil est présenté comme « dissuasif vis-à-vis des agressions ou des vols potentiels » contre les agents. Patrick Trinel, délégué CFDT-Transpole, est circonspect : « Il y a des caméras partout, pourquoi en faut-il d’autres ? On n’a pas assez d’informations sur les conditions d’utilisation et le cadre légal. » Le groupe Keolis (Transpole) a déjà équipé des contrôleurs dans d’autres réseaux, par exemple à Angers.

Leur presse – lavoixdunord, 06/11/2015

___________________________________________________________

Auray (Morbihan): il menace au couteau les contrôleurs d’un TGV

Ce mercredi 4 novembre à 13 heures 35, dans le TGV Paris-Quimper, deux contrôleurs de la SNCF ont été menacés par un individu armé d’un couteau. Profitant de l’arrêt en gare d’Auray, ce dernier a pu prendre la fuite après avoir brisé une vitre du wagon. Il a depuis été arrêté.

Dans un communiqué envoyé ce jeudi par le Groupement de Gendarmerie du Morbihan, on apprend que deux contrôleurs ont été menacés par un individu armé d’un couteau dans l’un des TGV qui reliaient mercredi Paris à Quimper. Les faits se sont déroulés à 13h35 et l’agresseur a pu quitter le train lors d’un arrêt en gare d’Auray après avoir brisé une vitre d’un wagon.

Un dispositif de recherche aussitôt déclenché

Informé des faits, la gendarmerie a aussitôt mis en place un dispositif de recherches dans l’agglomération de Auray, plus particulièrement aux environs de la gare. Et à 15 heures 10, après qu’une patrouille du peloton motorisé d’AURAY ait pu constater le départ d’un VSAB des pompiers en direction de Vannes, le centre de traitement des appels du service départemental d’incendie et de secours du Morbihan indiquait que le signalement de la personne blessée et  évacuée était bien celui de l’auteur présumé de l’agression. Dès lors, une patrouille de la brigade d’Auray s’est immédiatement rendue à l’hôpital. Interpellé, l’individu a depuis été placé en garde à vue.

Plan VIGIPIRATE

Pour conclure, la gendarmerie rappelle que dans le cadre du plan VIGIPIRATE, une attention particulière est apportée à la surveillance des transports ferroviaires dans la lutte contre les vols, les dégradations et la prévention liée au trafic et à l’usage des produits stupéfiants. Régulièrement, elle met en place des services de contrôle, en liaison avec la SUGE (police ferroviaire), non seulement dans les gares et leurs abords, mais également à l’intérieur des trains.

À l’approche des fêtes de fin d’année, ces services seront intensifiés.

Leur presse – france 3 Bretagne, 05/11/2015

________________________________________________________________________

A La Courneuve, des jeunes ont riposté à coups de farine et de flotte contre les contrôleurs. La vidéo a été postée fin octobre 2015, dans laquelle on voit le déroulement de l’attaque qui se passe alors qu’ils sont en train de foutre des amendes à des jeunes. Belle initiative qui peut donner des idées à certain-e-s !

Des jeunes enfarinent des contrôleurs de la RATP

En Seine-Saint-Denis, de jeunes habitants ont décidé de mener une opération coup de poing contre les contrôleurs de la RATP afin de dénoncer les amendes systématiques.

Le groupe de jeunes, qui se fait appeler « génération Y », a décidé d’enfariner les agents devant la ligne de bus 253.

Ils se sont furtivement approchés des agents pour leur vider un sac de farine sur la tête, puis les asperger d’eau, avant de s’enfuir en courant.

enfarines2 enfarines1

Tirés de buzger.com (30/10/2015) et de ma chaîne étudiante (qui a sorti un article bien dégueu, impossible à retranscire ici)

_________________________________________________________________

Pau : deux agressions de contrôleurs sur le réseau Idélis

Cette semaine, lundi et mardi deux contrôleurs ont été victimes de violences sur le réseau Idélis de l’agglomération paloise. Rien de trop grave heureusement, mais ce genre d’événement est très rare sur le réseau Idélis.

Cette semaine, deux contrôleurs et un chauffeurs ont été victimes de violences sur le réseau Idélis de l’agglomération paloise.

La première, lundi après midi, près de la gare. Deux jeunes de 16 et 17 ans sont montés dans le bus sans titre de transport. Le ton est monté quand le chauffeur leur a demandé de descendre. Ils ont pris un marteau qui sert à casser les vitres en cas d’incident. Ils ont dégradé un composteur aussi. Un contrôleur est intervenu. Le chauffeur a été frappé. La police est arrivée et a interpellé les deux mineurs.

Le lendemain mardi, en début d’après midi, près des halles, c’est un contrôleur qui a été frappé par un jeune de 18 ans quand il lui a demandé son ticket. Cette fois, c’est la police municipale qui a arrêté le passager violent. Ces 3 jeunes sont tous connus des services de police. Ils ont été relachés après la garde à vue. Ils seront jugés ces prochains mois.

Leur presse – francebleu, 22/10/2015

________________________________________________________________

A Amsterdam, la haine du contrôleur s’exprime sous forme de crachat !

Amsterdam : les contrôleurs de tram victimes de crachats vont prélever l’ADN

Les agents de sécurité ont été formés pour effectuer des prélèvements à partir de kits spéciaux pour retrouver les passagers qui leur ont craché dessus.

Les agents de sécurité travaillant dans les trams et bus d’Amsterdam aux Pays-Bas ont été équipés de kits spéciaux permettant de prélever des échantillons ADN des passagers crachant sur le personnel, a annoncé mercredi la société de transport public de la ville.

Une forme d’agression « humiliante ». « Le crachat est l’une des plus humiliantes formes d’agression », a déclaré Mireille Muller, porte-parole de la société de transport GVB, qui opère les trams et les bus à Amsterdam. Cette forme d’agression, généralement commise sur les conducteurs ou contrôleurs de billet, est passible d’une peine de trois mois de prison ou d’une amende de 4.000 euros. Les « kits de crachat » ont été distribués dans le cadre d’une période de test ayant débuté le premier octobre.

Les agents formés au prélèvement. Les agents de sécurité ont été entraînés par des experts médico-légaux à l’utilisation d’un tube en plastique et d’un morceau de gaze pour récolter les échantillons de salive. Selon Mireille Muller, ils sont en mesure de se rendre sur le lieu d’un crachat en six minutes.

Des ADN conservées 12 ans. L’échantillon est ensuite remis à la police et au parquet en vue d’un examen médico-légal, a indiqué  Franklin Wattimena, porte-parole du parquet. Même si l’examen ne fournit aucune correspondance dans le base de données existante, les résultats de l’examen sont conservés pendant 12 ans, rendant possible d’éventuelles futures identifications. Les résultats de la phase de test ne sont pas encore connus. Selon les médias néerlandais, au moins un crachat a été prélevé depuis la distribution des « kits ».

Leur presse à molarder – AFP via Europe1, 21/10/2015

NdCNE:

[1] Toulouse : La médiation à coup de talons !

Il y a des villes où la pacification dans les transports ne marche pas. Toulouse en est un exemple, du moins si l’on se fit aux nombres élévés d’articles de presse relayant des agressions ciblées..

[2] A la SNCF, le personnel chargé de la répression est largement représenté au sein du syndicat gauchiste SUD: que ce soit parmi la SUGE (leurs flics attitrés) ou chez les contrôleur, le plus radical des syndicats participent sans surprise à la chasse aux pauvres.

[3] A Morteau en février 2015, une mère de famille s’est fait prendre par une caissière du supermarché ‘Netto’ pour avoir dissimulé des boîtes de conserve dans la poussette de son bébé. Cette connasse payée une misère pour un taff de merde n’a rien trouvé de mieux que d’appeler les vigiles du magasin.

[Fontenay, 94] Face aux contrôleurs: ni soumis, ni résigné !

Fontenay : deux contrôleurs blessés par un voyageur

Trois agents de la RATP procédaient à des contrôles dans une rame du RER A, ce mardi, peu avant 15 heures lorsqu’ils sont tombés sur un voyageur, visiblement peu enclin à se plier à leur demande. Refusant de présenter un quelconque titre de transport, l’homme s’est violemment emporté contre les contrôleurs, leur assénant des coups à tous les trois.

L’entrée de la rame en gare de Fontenay a permis à l’irascible voyageur de s’échapper au moment où les portes se sont ouvertes. Sur les trois contrôleurs pris à partie, deux d’entre eux ont dû être conduits à l’hôpital pour d’importantes douleurs cervicales et des hématomes.

Leur presse – leparisien.fr, 21/07/2015

[Lyon] Pas moyen de se laisser contrôler !

Lyon 9e : des contrôleurs TCL agressés gare de Vaise

Des individus, pour échapper à un contrôle dans un bus mercredi vers 15 heures, gare de Vaise, s’en sont pris violemment aux agents TCL. L’un des contrôleurs a été bousculé et projeté à terre. Il a subi une blessure au visage. Le PC sécurité des TCL a immédiatement alerté la police, qui est parvenue à interpeller un suspect. Il a été placé en garde à vue. Les pompiers se sont aussi déplacés pour porter assistance au contrôleur blessé.

Leur presse – leprogres.fr, 16/07/2015

[Angers] Les mesures de ‘Keolis’ contre les fraudeurs

Tram : des contrôleurs munis de caméra

tram-des-controleurs-munis-de-cameraD’après Keolis, le transporteur angevin, la caméra portée sur la poitrine du contrôleur calme illico le fraudeur qui s’énerve.

L’initiative

C’est, paraît-il, une arme de dissuasion très efficace. « Depuis que ce système est testé à Lyon et à Rillieux-la-Pape, on a noté zéro incivilité, rapporte, enthousiaste, Christophe Reineri, directeur général de Keolis qui gère le réseau des transports publics d’Angers Loire métropole. Le fait de déclencher la caméra calme immédiatement le fraudeur qui commence à s’énerver. »

Un peu cet été, et surtout à la rentrée, des contrôleurs de Keolis vont porter une caméra de type GoPro sur la poitrine. Et dès qu’ils seront face à un fraudeur sans titre de transport qui hausse le ton et devient menaçant, ils le préviendront de la mise en route de la caméra. « Une dizaine de vérificateurs [sur la quarantaine que compte l’entreprise] sont volontaires pour en porter », précise Christophe Reineri.

Ce nouveau dispositif a reçu l’aval des élus du comité d’entreprise ainsi que du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). « Le dispositif est sécurisé et seul un agent peut récupérer la carte mémoire et les visionner », assure le directeur général. En cas d’agression, les images pourront être utilisées, sur réquisitions du procureur, par les forces de police.

Toujours dans une démarche de prévention, des contrôleurs parmi la quarantaine que compte l’entreprise, seront en habits civils. Outre l’effet de surprise, pour attraper plus facilement le fraudeur, il y a aussi une dimension psychologique. « Nous pensons que la vision de trois agents en uniforme peut être source d’énervement. L’habit civil est plus soft », pense Christophe Reineri. Les agents de vérification disposeront en plus d’un terminal bancaire permettant d’encaisser aussitôt l’amende…

Leur presse – ouestfrance, 1er juillet 2015

[Vienne, Autriche] Quelques brèves d’agitation de juin

unruheherdPoste de police attaqué

Depuis juin 2014, le poste de police de Thalheim a une nouvelle fois été attaqué avec des oeufs et de la peinture, brisant les fenêtres et endommageant les voitures de police garé à l’extérieur. Fin mai 2015, deux jeunes ont malheureusement été retrouvés. Ils ont été accusés à cause de l’analyse ADN d’un oeuf lancé. C’est pourquoi mettez des gants, ne laissez aucune trace ! Les deux ont dit lors de la garde-à-vue que leur « motif » était tout simplement la haine de la police.

Bus de la justice incendié devant la prison

Dans la nuit du 1er juin, un inconnu a incendié une camionnette de la justice (servant à transférer les prisonniers) à la prison de Mittersteig à Margareten. Il a vidé une bouteille de produit inflammable (accessible dans chaque supermarché) sur le capot et l’a allumé au briquet. Dégâts irréparables, ce bus ne transportera certainement plus de détenus à la prison. Malgré la vidéo-surveillance, l’inconnu a pu s’enfuir sans être identifié, parce qu’il a masqué son visage. Les agents parlent « d’une accumulation du sentiment de peur créé par des attaques incendiaires sur des véhicules du pouvoir dans tout Vienne ».

Pierres et oeufs sur les nazis

Le 6 juin, le « mouvement identitaire » manifestait dans la Vienne huppée et harcelait les migrants. Plusieurs centaines de personnes ont saisi l’occasion pour riposter activement. La route des nazis a été bloquée et les fachos ont été visés par des jets de pierres, d’oeufs et de pétards. Des individus et petits groupes nazis ont reçu des raclées. Malheureusement, il y a eu plus tard des accrochages durant lesquels des opposants aux nazis ont été blessés.

Un prisonnier évadé deux fois dans la même journée

La soif de liberté d’un prisonnier à Klagenfurt a été si grande qu’il a pu s’évader de la prison deux fois dans la même journée. A chaque fois, il a été dehors pendant des heures mais a cependant été repris par des flics et chiens policiers et a ensuite été de nouveau incarcéré. Aucune prison pour personne !

Tout Vienne déteste la police !

Mi-juin: les flics sont appelés par un passant pour une bagarre, mais lorsqu’ils arrivent tout est fini, seulement un des participants est présent. Au moment où il se fait contrôler, il se rue sur les policiers, piétine le ventre d’un flic (incapacité de travail!) et crache sur les autres. Il a seulement pu être arrêté avec du renfort. Nous ne voulons pas de flics qui se mêlent de nos conflits !

Distributeurs de tickets sabotés !

Des inconnus ont saboté des machines de différentes stations de métro des lignes U1 et U3. Mi-juin, ils ont pulvérisé l’écran tactile de peinture noire  et laissé des messages tels que « Fraudez ! ». Les touches du clavier ont aussi été rendues inutilisables avec de la colle. Faites attention, il y a souvent des caméras dans les stations !

Les contrôleurs reçoivent dans la gueule !

Encore une fois, deux contrôleurs croient devoir contrôler un groupe de jeunes sur la ligne U3 – et ça se répercute une nouvelle fois négativement sur leur santé. Ca en vient à un bras de fer et les deux reçoivent des coups et l’un se fait casser son appareil de contrôle. Les jeunes ont pu se barrer. Pas de copération avec ces connards !

Flic à vélo reçoit des coups

Lors d’un contrôle de ticket de transport le 17 juin à la station de métro de la ligne 2 ‘Schottentor’, un homme de 64 ans n’a pas voulu se laisser contrôler et s’en est pris physiquement aux trois contrôleurs. Un flic à vélo qui patrouillait a cru devoir s’en mêler et a encaissé des coups. Peut-être qu’avec cela le bleu en a tiré des leçons….

Nouvelles extraites et traduites du journal anarchiste ‘Unruheherd’ Ausgabe 2, Juli / August 2015

[Nancy] Comment accommoder le contrôleur – 19 mai 2015

Nancy. Des agents de Transdev qui procédaient à un contrôle de titres de transport dans le tram, mardi vers 7 h 15, ont été agressés. Verbalement et physiquement pour l’un d’eux qui a pris un coup-de-poing au visage.

Sur les trois suspects, un seul a été interpellé. A priori, ce n’est pas lui qui aurait porté le coup mais ce Nancéien de 25 ans à tout de même été placé en garde à vue. Pour outrages et menaces de mort. L’enquête n’a pas permis pour l’heure d’identifier ses deux complices en fuite.

Le Nancéien a été remis en liberté avec une convocation en correctionnelle pour le 11 septembre.

Publié dans leur presse – l’est républicain, 22/05/2015 à 05h00