Tag Archives: Nancy

Dedans comme dehors, nique les matons !

Nouvelles dégradations sur les voitures de trois surveillants de la prison d’Evreux

Jeudi 4 février, les véhicules personnels de trois agents pénitentiaires d’Evreux ont été vandalisés. Quatre jours plus tôt, un autre agent avait été physiquement menacé. Les syndicats appellent l’Etat à protéger le personnel des prisons.

Le personnel de la maison d’arrêt d’Evreux s’inquiète suite à la recrudescence dont il est victime. Le syndicat SPS parle « de surveillants en danger ».

Les premiers faits d’importance remontent au 31 janvier dernier. Un surveillant était en route pour prendre son service à la maison d’arrêt. À un feu rouge, il s’est retrouvé « encerclé » par une dizaine d’individus portant des cagoules. Ces derniers ont alors commencé à secouer la voiture de l’agent pénitentiaire. Il a finalement pu se dégager en enclenchant vitesse. Le même jour, un autre surveillant d’Évreux a retrouvé sa voiture avec plusieurs vitres brisées et plusieurs rayures sur la carrosserie.

Quatre jours plus tard, le jeudi 4 février, trois voitures appartenant à des gardiens ont été retrouvées vandalisées. Le syndicat SPS précise que le personnel de l’établissement n’a pas de parking réservé. Il se gare donc le long de la prison, sans aucun contrôle. Il réclame une meilleure protection des agents mais aussi de leurs biens.

france3 normandie, 06/02/2016 à 19h05

Matons

Nantes. Deux surveillants de prison agressés

Ce mardi midi, deux surveillants de la prison de Nantes ont été agressés par un détenu qui ne voulait pas appliquer une mesure de sécurité. Un détenu qui refusait aussi de quitter le quartier disciplinaire. Il a griffé l’un des surveillants au visage; il leur a également craché dessus et a tenté de leur asséner des coups avec son bras plâtré et ses pieds. En fin d’après-midi, ils se sont rendus à l’unité médico-judiciaire avant d’aller déposer plainte. « Le parquet semble souhaiter apporter une réponse rapide », a indiqué le syndicat SLPFO dans un communiqué.

Le Télégramme, 03/02/2016 à 09h40

************************

NANCY : VIOLENTE AGRESSION D’UN SURVEILLANT DE PRISON

NANCY. Mercredi 27 janvier, un surveillant pénitentiaire du centre de Nancy-Maxéville a été agressé par un détenu. Dans la cellule de ce dernier, un couteau a été découvert. Le syndicat FO pénitentiaire réclame « une fouille générale de l’établissement » pour que les surveillants puissent venir « travailler en sécurité ».

Les faits se sont déroulés mercredi 27 janvier 2016 vers midi lors de la distribution du repas. Un surveillant qui rentrait dans la cellule d’un détenu était roué de coups de poing lui occasionnant de multiples contusions au niveau de la mâchoire, des côtes ainsi que du bras. Selon le syndicat F.O, le détenu placé en prévention a ensuite continué de tenter d’agresser d’autres surveillants jusqu’au quartier disciplinaire. Le fonctionnaire était quant à lui conduit vers le service des urgences pour réaliser des examens.

Suite à cette nouvelle agression, le syndicat a fait entendre sa voix pour réclamer une « sanction disciplinaire maximale pour ce casseur de surveillants ainsi que des sanctions pénales exemplaires » et révèle qu’après l’agression une fouille permettait de découvrir dans la même cellule, un couteau. Il s’agirait selon le syndicat de la troisième arme blanche découverte lors de fouille ou de projection « en l’espace de quelques mois ». Le syndicat exige une fouille générale de l’établissement pour la sécurité des fonctionnaires qui y travaillent.

Ici-c-nancy.fr, 28/01/2016

******************

Brest. Des surveillants agressés par des détenus à la maison d’arrêt

La scène, « d’une grande violence », selon les mots de la direction de l’établissement, a eu lieu, dans la nuit de samedi à dimanche, à la maison d’arrêt de Brest.

Appelés pour des maux de ventre

Vers deux heures du matin, deux hommes de 19 et 20 ans, détenus dans la même cellule, appellent le surveillant de permanence : l’un d’eux souffrirait de maux de ventre.
La procédure habituelle se met en place : le gradé de service, accompagné de deux autres surveillants pénitentiaires, se rendent auprès de ces détenus.
Au moment où ils leur ouvrent la porte, les jeunes hommes leur sautent littéralement dessus. Coups de pieds, de poings… Il faudra l’intervention d’un quatrième gardien, venu en renfort alors qu’il effectuait une ronde, pour parvenir à maintenir les détenus violents, et les placer en quartier disciplinaire.

Le parquet de Brest a été saisi des faits aux fins de poursuites pénales, tandis qu’une procédure disciplinaire interne sera également menée au sein de la maison d’arrêt. […]

Le Télégramme, 25/01/2016 à 12h46

*****************

Perpignan : un surveillant agressé à la prison de Perpignan

C’est le syndicat Force Ouvrière qui l’a fait savoir ce samedi 15 janvier en fin d’après-midi. Un surveillant a été agressé tôt ce matin, lors du contrôle d’appel du matin, par un détenu placé en quartier d’isolement.

Selon le syndicat Force Ouvrière pénitentiaire, il était 7h00, ce samedi matin quand les surveillants se sont faits copieusement insulter et menacer par un détenu placé au quartier d’isolement.

Une fois l’appel terminé, les agents sont retournés voir l’individu et, à nouveau, sans raison apparente selon le syndicat, le détenu s’est remis à les injurier mais cette fois, en se dirigeant vers eux pour les agresser. Il a été maîtrisé mais s’est rebellé encore lors de son placement dans le quartier disciplinaire. C’est à ce moment-là qu’un surveillant s’est blessé au niveau du genou. Après un examen médical, il s’est vu prescrire 2 jours d’arêt de travail. […]

France3 Languedoc-Roussillon, 16/01/2016 à 19h55

La paix sociale est une chimère, même sous l’état d’urgence

Il est arrivé tranquillement

Il est arrivé tranquillement, un vendredi matin, et s’est dirigé vers l’ouest de Paris. Vers une zone saturée de poudre par un sommet international toujours en cours, et un état d’urgence en vigueur depuis bien trop longtemps déjà. Autour de lui grouillaient des hommes en uniforme, armes de guerre en bandoulière, et d’autres encore en civil, prêts à dégainer. Quelques dizaines de mètres plus loin, des ballets de berlines aux vitres fumées n’auguraient rien de bon pour tous les ennemis de l’intérieur.

Sur cette rue du Faubourg-Saint-Honoré, il n’y a pas de numéro 13, supprimé par la superstition bigote de l’Impératrice Eugénie, un ordre scrupuleusement respecté par toutes les Républiques suivantes, bien que l’Etat, la science et l’économie soient devenus les Dieux plus palpables des ordures qui en peuplent les sommets. Qu’importe, l’homme n’a cure de ces anecdotes, ce n’est pas avec l’histoire qu’il a rendez-vous, mais avec lui-même. Il poursuit son chemin jusqu’au numéro 72, encadré par deux petits sapins de Noël aussi faussement enneigés que ridiculement kitchs. Il sonne à une porte. On lui ouvre. Il sonne une seconde fois, et la deuxième porte réagit à l’identique. Quelques minutes plus tard, il marche à nouveau sur ce trottoir situé au coeur de la zone rouge la plus protégée d’un pays en guerre. Sa poche est un peu plus lourde. Légèrement plus lourde, mais lui seul peut s’en rendre compte. Il s’éloigne de ce quartier malfamé comme il était venu, tranquillement. Quelques mètres plus loin, les assassins assermentés de l’Elysée, de la résidence officielle de l’ambassadeur des États-Unis et du ministère de l’Intérieur continuent leur sale travail, imperturbables.

L’alerte est arrivée trop tard. Vers 11h, quatre vitrines de la bijouterie Chopard ont été délestées de leurs montres de luxe par un homme seul, « présentant bien » et « n’éveillant pas l’attention », au nez et à la barbe de tous les dispositifs de sécurité des rues alentours. Il y en a pour plus d’un million d’euros. Quelqu’un a allongé son bras – armé de détermination et d’audace – pour alléger une boutique de ses valeurs concentrées là en abondance. Des objets qui ne manqueront à personne, et font désormais de l’homme un des plus recherchés de la capitale, de cette capitale où rien ne doit plus se passer. Une semaine plus tôt, le pouvoir s’était vanté d’une baisse de 16% des vols et cambriolages en région parisienne depuis le 13 novembre. L’homme a peut-être souri en entendant ce chiffre. Ce n’est certainement pas lui qui contribuera à l’alimenter !

Une radio locale passe la nouvelle de façon intermittente, sur un ton à la fois scandalisé et effrayé. De l’autre côté des ondes, nul doute par contre que plusieurs auditeurs se sont réjouis pour l’inconnu à la détermination intacte. Quelques-uns, avec la rage au cœur et la liberté pour passion, se sont peut-être même demandés, à voix basse : et si, plutôt que de rester sur une position défensive en protestant (vainement) contre un état d’urgence voué à s’éterniser, il n’était pas plutôt temps de braver le terrorisme d’Etat en continuant à développer (fructueusement) nos activités subversives malgré cet état d’urgence ? Parce qu’avec un peu de fantaisie et d’imagination, tout est toujours possible pour les individus qui ne se résignent pas.

Paris, vendredi 11 décembre 2015

[Publié sur brèves du désordre, 12 décembre 2015]

Nancy: un lundi matin pas comme les autres – 23 novembre 2015

title-1448280758En plein coeur du centre-ville de Nancy, un lundi en milieu de matinée. Un homme seul, pourvu d’une masse et d’un sac en plastique, n’a fait que passer au centre commercial « Saint-Sebastien ». Plus précisément, il a fait un détour par la bijouterie « Histoire d’or », située au 1er étage d’un des innombrables lieux où se concentrent le fric et la marchandise. Arrivé en voiture par le parking aérien, il est passé incognito, en empruntant les escalators du centre, calme et serein. Sauf qu’en à peine deux minutes, il pulvérise trois vitrines dans lesquelles sont entreposées des bijoux en or: il se sert au milieux des cris des quelques commerçants et CONSommateurs présents, effarés par tant de détermination et d’audace. « Des commerçants criaient, appelaient au secours mais ça ne le perturbait pas. On ne voyait pas totalement son visage à cause d’une sorte de cache-col qui lui arrivait sous le nez. Il n’a rien dit mais frappait, frappait… » Il est reparti en marchant, comme il était arrivé, c’est-à-dire « comme tout le monde » mais avec les poches pleines sans être passé par la caisse…

L’Est Républicain, ce ramasse-crotte et lèche-cul des flics et des bourgeois qui ressasse chaque jour la propagande militariste et consumériste en ces temps d’état d’urgence, est sorti de ses gonds devant ce vol méthodique et plein de sang-froid: « Comment un individu porteur d’un tel outil a-t-il pu passer entre les mailles du filet tendu par les vigiles aux différents accès du centre, à l’heure où tout le territoire est placé en état d’urgence après les attentats de Paris ? ». Le journaflic en question, Alain Thiesse – qui se la joue enquêteur de comptoir – cherche à susciter peur et résignation parmi la population, comme le font les gouvernants en déployant partout des uniformes armés jusqu’aux dents. Cette crapule va plus loin en parlant de « braquage », cherchant à faire rentrer dans la tête du citoyen que ce malotru a agi avec « violence ». On ne lui rappelera pas la définition du mot « braquage », qu’il connaît très bien. Pour lui, ce ne sont pas seulement les trois vitres pétées qui caractérisent cette « violence », mais avant tout le casse en lui-même et le contexte dans lequel il a été réalisé: l’expropriation d’une sérénité remarquable, en plein jour, de cette marchandise du luxe destinée aux bourgeois, à l’heure où les travailleurs retournent au turbin, dans une période où l’Etat inonde les rues de bleus et autres gardiens du capital depuis le 13 novembre dernier, où le pouvoir assomme la population de l’idéologie patriotique… Pourtant, le casseur a agi à un moment où personne ne l’attendait, a pris par surprise les garants de la sécurité.

Ce magnifique coup à la barbe de la domination peut donner des ailes à bien d’autres. Il existe des brèches au sein de ce quadrillage policier et militaire des villes et métropoles dans lesquelles les insoumis et révoltés peuvent s’engouffrer.

En solitaire, préparé et déterminé, cet homme a montré que l’urgence à dépouiller les bourgeois était plus forte que l’Etat et ses lois scélérates. En espérant que les flics ne lui mettent pas le grappin dessus !

trois-vitrines-sont-tombees-sous-les-violents-coups-de-masse-assenes-par-le-casseur-du-saint-seb-photo-patrice-saucourt-1448319087

[Nancy] Trois personnes poursuivies pour des cyber-attaques contre des sites de l’Etat

Mardi 9 juin, seule une personne sur les 3 accusées avait fait le déplacement au tribunal. Car leurs avocats ont demandé le renvoi faute de temps pour avoir préparé leur défense. Le hacker présent a clairement assumé ses actes.

« Avant d’entrer dans la salle d’audience, il glisse quelques mots pour insister sur son engagement contre le projet de stockage souterrain de déchets nucléaires à Bure dans la Meuse. C’est ce mobile qui l’a conduit avec deux autres membres du groupe de pirates contestataires Anonymous, à lancer des cyber-attaques en décembre dernier contre le conseil général de la Meuse, le conseil régional et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra).

Cela vaut aux trois hommes d’être poursuivis devant le tribunal de Nancy pour « accès et maintien frauduleux » dans un système informatique « mis en œuvre par l’Etat » et pour « entrave ou altération du fonctionnement d’un tel système ». Ils risquent 10 ans de prison et 150.000 € d’amende.L’affaire est donc renvoyée au 9 novembre. « 

D’après la presse nucléocrate de l’est répugnant

**************************************************************

NANCY : TROIS ANONYMOUS DEVANT LE TRIBUNAL

Ils auraient attaqué les sites du Conseil régional et du Conseil général de la Meuse

Nancy. Trois militants présumés du groupe de pirates informatiques contestataires « Anonymous » sont convoqués, ce mardi matin, devant le tribunal correctionnel de Nancy. Le trio doit être jugé pour plusieurs attaques contre des sites internet. La première remonte au 11 décembre dernier et avait visé le site du Conseil général de la Meuse qui avait été rendu inaccessible.
Cette action avait été revendiquée par des Anonymous se disant opposés au projet de stockage souterrain de déchets nucléaires à Bure. Trois jours plus tard, c’est le site du Conseil régional qui avait été piraté. Puis celui de l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (ANDRA). Enfin, le 6 janvier, c’est carrément le site du ministère de la Défense qui avait été visé.
Début avril, deux suspects avaient été interpellés : un jeune étudiant en capacité de droit à Nancy et un quadragénaire de Reims. Le premier avait reconnu en garde à vue avoir été l’un des instigateurs des attaques (sauf celle contre le ministère de la Défense). Il aurait contribué à désigner les cibles tandis que le quadra de Reims aurait fait partie des hackers qui ont saturé les serveurs et bloqué l’accès aux sites. Un troisième suspect a été interpellé le 30 avril. Il s’agit d’un habitant de Nantes de 36 ans. Comme les deux autres suspects, il a été laissé libre à l’issue de sa garde à vue.
Les trois hommes sont poursuivis pour « accès et maintien frauduleux » dans un système informatique « mis en œuvre par l’État » et pour « entrave ou altération du fonctionnement » d’un tel système. Le tout en « bande organisée ». Ce qui leur fait encourir 10 ans de prison et 150.000 € d’amende. L’un de leurs avocats a d’ores et déjà demandé le report du procès. Mais la décision appartient au tribunal.

Leur presse – l’est républiain, 09/06/2015 à 05h

[Nancy] Comment accommoder le contrôleur – 19 mai 2015

Nancy. Des agents de Transdev qui procédaient à un contrôle de titres de transport dans le tram, mardi vers 7 h 15, ont été agressés. Verbalement et physiquement pour l’un d’eux qui a pris un coup-de-poing au visage.

Sur les trois suspects, un seul a été interpellé. A priori, ce n’est pas lui qui aurait porté le coup mais ce Nancéien de 25 ans à tout de même été placé en garde à vue. Pour outrages et menaces de mort. L’enquête n’a pas permis pour l’heure d’identifier ses deux complices en fuite.

Le Nancéien a été remis en liberté avec une convocation en correctionnelle pour le 11 septembre.

Publié dans leur presse – l’est républicain, 22/05/2015 à 05h00

[Nancy] ‘Volée de cailloux’ pour la patrouille – 31 janvier 2015

Policiers caillassés à Nancy : trois interpellations

voiture-de-police-caillassee-0011En patrouille samedi soir, dans le quartier du Haut-du-Lièvre à Nancy, deux policiers essuyaient une volée de cailloux alors qu’ils entreprenaient le contrôle d’un véhicule mal garé, avec deux individus à bord. Le ton monte alors rapidement et un groupe hostile commence à se former autour des fonctionnaires. Ces derniers font usage de gaz lacrymogène pour se dégager et font appel à des renforts pour intervenir sur cette Zone de sécurité prioritaire (ZSP).

Au moins une dizaine de policiers se déploient sur le quartier et deux suspects sont interpellés dans un immeuble avant qu’un 3e suspect, identifié sur un fichier, ne le soit le lendemain matin. Âgés de 22, 23 et 24 ans, les trois individus défavorablement connus de la justice, ont été placés en garde à vue dans le cadre d’une enquête menée par le Groupe d’appui judiciaire (GAJ). Ils nient les faits.

Le trio devait être présenté hier en fin d’après-midi au parquet. S’il n’y a pas eu de blessé, le véhicule de police a subi des dégradations du fait des jets de pierres. Les suspects devront également répondre de menaces de mort et outrages sur personnes dépositaires de l’autorité publique.

Les porte-voix des flics de l’est répugnant, 03/02/2015 à 05:48

[Nancy] Partie de pétanque improvisée dans les rues du centre-ville lors de la nuit du nouvel an

Nancy : le prix de la casse du Nouvel an

Les commerçants nancéiens victimes de dégradations à coups de boules de pétanque lors du nouvel an, n’en ont pas fini avec les réparations. L’addition est très salée.

Un mois après, les stigmates de l’ahurissante partie de pétanque à laquelle s’est livré un groupe de vandales lors du réveillon de la Saint-Sylvestre, sont toujours là. Bien visibles.

Nombre de vitrines de commerces au centre de Nancy sont en effet toujours étoilées. Avec un bel impact au milieu de l’étoile. La marque d’une boule de pétanque jetée avec un indéniable entrain.

« La première fois qu’on voit un truc pareil… Depuis Feyenoord »

Selon le décompte de la police, il n’y aurait qu’une dizaine de plaintes d’enregistrées. Essentiellement sur le quartier Maginot et rue de Laxou. Mais les dégâts vont au-delà. On trouve des commerçants victimes rue Raymond-Poincaré et avenue Anatole-France. Jusqu’à la rue Aristide-Briant à Laxou l’agence de la caisse d’Épargne a reçu un projectile qui, d’ordinaire, sert à viser un cochonnet.

Ce sont au moins une vingtaine d’agences bancaires ou de commerces de proximité qui ont été pris pour cible. Peut-être même plus.

NouvelAnNancy2

« Autant de vitres dégradées en une soirée, c’est la première fois qu’on voit un truc pareil… Depuis Feyenoord », affirme Michel Valverde serrurier et vitrier installé depuis plus de 20 ans rue Léopold-Lallement. Feyenoord, du nom du club de foot des Pays-Bas, est en effet le maître étalon en matière de saccage à Nancy. La razzia des hooligans hollandais au centre-ville, il y a près de 10 ans, en décembre 2006, reste dans toutes les mémoires. La casse du nouvel an n’a pas atteint ce degré de violence.

Entre 14 000 et 15 000 € de réparation chez Quick

NouvelAnNancy1Mais la facture va tout de même être importante. « En fonction de la surface, de l’épaisseur et du poids du verre ainsi que du temps de pose et du nombre de techniciens nécessaires, changer une vitrine peut coûter de 200 € à 5.000 ou 6.000 € », explique Michel Valverde. Le vitrier estime, à vue de nez, le montant total des dégâts du Nouvel an « aux alentours de 40.000 € ». Mais ce n’est qu’une évaluation. Lui-même a déjà cinq clients qui ont fait appel à lui. En particulier la FNAC qui a dû faire changer une porte vitrée qui a volé en éclat. « C’était du verre Sécurit qui est plus résistant mais qui, lorsqu’il se brise, part en mille morceaux alors que le verre feuilleté s’étoile et reste en un seul morceau », constate Michel Valverde.

Le vitrier a également changé la vitrine du restaurant rapide « Tanto Bene », en face de la FNAC. Elle était seulement étoilée mais le gérant, Geoffroy Perraudin, a voulu réparer le plus vite possible : « Car cela ne donne pas envie aux clients de s’arrêter… Déjà que le quartier Maginot n’a pas une bonne image ».

À quelques mètres, le Printemps a en revanche toujours les deux portes automatiques de son entrée qui conservent la trace de jets boules de pétanque. Car la plupart des commerçants et sociétés en sont encore à se dépatouiller avec les formalités réclamées par leurs assurances. « Il a fallu deux semaines avant qu’un expert vienne. Après, il a fallu attendre qu’il rende son rapport. Ensuite, il faut commander la vitrine et il y a un délai avant de l’avoir car c’est du sur-mesure », indique Muriel Bour, co-responsable de l’agence immobilière Univers située avenue Anatole-France. La réparation coûtera 1.800 €. Réglés par son assurance. À l’exception d’une franchise de 180 € qui reste à sa charge.

Une broutille à côté du montant des dégâts causés au Quick de la rue Mazagran. Le fast-food a été littéralement mitraillé de boules de pétanques. Cinq vitrines ont été touchées. Trois ont été changées lundi soir, après la fermeture, pour ne pas gêner les clients. Les deux autres devaient l’être ce mardi soir. Coût de l’opération : entre 14.000 et 15.000 €.

« La majeure partie va être prise en charge directement par Quick et le reste par les assurances », précise Thomas Belin, le gérant du restaurant. Reste un mystère insoluble : pourquoi les vandales amateur de pétanques se sont-ils particulièrement acharnés sur cette enseigne ?

Leur presse mauvaise joueuse – l’est répugnant, 28/01/2015 à 05h30 via les Brèves du désordre