Daily Archives: 2015/12/07

[Grèce] Retour sur les émeutes à l’occasion du 7ème anniversaire de l’assassinat d’Alexandros Grigoropoulos – 6 décembre 2015 [Mise-à-jour]

[Les dernières nuits ont été plutôt chaudes à Athènes (cf une vidéo des affrontements dans la soirée du 4 décembre 2015), notamment à Exarchia: il y a sept ans, c’est dans ce quartier qu’Alexandros Grigoropoulos a été tué par la balle d’un porc policier. Ce septième anniversaire intervient alors que Nikos Romanos, son meilleur pote au moment du meurtre, est actuellement incarcéré pour un double-braquage.

Concernant les émeutes de ce dimanche à Athènes, on a quelques précisions dans la presse anglophone sur les biens pris pour cibles par les émeutiers: plusieurs vitrines de commerces ont été détruites et magasins ont été incendiés, mais les départs de feu ont rapidement été éteints par les flics anti-émeute eux-mêmes, équipés de mini extincteurs (un supermarché a bien failli partir en fumée, mais une fois encore les flics l’ont rapidement éteint). Près de 5000 policiers anti-émeute – aidés d’un hélicopère – ont été mobilisés pour limiter les dégâts incendiaires et la propagation des émeutes (ce sont les conséquences des mesures répressives du gouvernement de Syriza qui, deux jours avant les manifs prévues de ce dimanche, a annoncé qu’il allait appliqué un « état d’exception »). De nombreux manifestants ont été passés à tabac par les flics, qui ont opté pour une nouvelle technique de maintien de l’ordre, à savoir coller de très près les blocs anarchistes. Par ailleurs, il y aurait eu au moins 30 émeutiers présumés interpellés pour la soirée de dimanche (et non pas 10, comme cela l’a été rapporté par l’AFP). 13 d’entre eux ont été placés en GAV.

12347953_443110572565940_253408851236683217_nAilleurs en Grèce, il y a eu des soirées dynamiques à Volos, Komotini, Heraklion, Kalamata et Agrinio. A Volos, près de 1000 personnes ont déambulé dans le centre-ville, où des caméras de sécurité et des vitres de banques ont été détruites. Après la manif, les émeutiers se sont violemment affrontés avec les flics, qui ont du se replier vers le poste de police. Sur l’île de Crête, un nombre similaire de personnes ont défilé à Héraklion: les vitres des banques et des entreprises multinationales telles que ‘Starbucks’ et ‘Marks&Spencer’s’ ont été défoncées et des caméras de surveillance sabotées avant que le cortège ne s’affronte avec la police anti-émeute. 10 personnes ont été arrêtées. Dans le nord à Komotini, des centaines de personnes ont affronté les flics pendant un certain temps. Deux personnes ont été arrêtées. A l’ouest, la foule a canardé la police anti-émeute avec des pierres dans le centre-ville d’Agrinio. Au sud à Kalamata, des banques ont été attaquées à coups de pierres par quelques centaines de personnes. Un local de Syriza a aussi été pris pour cible [cf photo ci-contre, NdT].

Comme le disait une banderole suspendue entre deux bâtiments dans le centre d’Athènes pendant les émeutes, « Notre rage ne s’arrêtera pas – Flics porc assassins ! »]

CVjTOgCWIAAwIXk

Résumé de the barbarians times, 7 december 2015

**********************************************************************************

Grèce : violents heurts entre anarchistes et policiers à Athènes

CVmsriZVAAAr1uuDe violents affrontements ont opposé anarchistes et forces de l’ordre grecques dans le centre d’Athènes dimanche soir à l’occasion du 7e anniversaire de la mort d’un manifestant de 15 ans, tué par un policier en 2008. Des manifestants ont projeté des bombes incendiaires sur les policiers et mis le feu à des poubelles et des véhicules, a constaté un photographe de l’AFP. Les forces de l’ordre ont répliqué en tirant des gaz lacrymogènes.

10 personnes ont été arrêtées selon un média local, l’Athens News Agency.
Plus tôt dans l’après-midi, environ 3.000 personnes selon la police avaient manifesté en mémoire du drame qui avait plongé la Grèce dans des semaines de violences en 2008.
Quelque 5.000 policiers étaient mobilisés dans la capitale pour éviter au maximum les affrontements, les stations de métro du centre-ville restant fermées.
Cette manifestation était la deuxième de la journée, une première marche dans l’après-midi ayant rassemblé environ 700 personnes, principalement des étudiants. Quelques heurts ont été alors signalés entre la police et des jeunes à l’université d’Athènes.
Un touriste portugais a en outre été blessé à la tête par une pierre dans la nuit de samedi à dimanche alors qu’il traversait le quartier populaire d’Exarcheia où la police essuyait des jets de pierre d’un groupe de jeunes.

Selon la police, ces affrontements, qui ont duré au moins trois heures, ont commencé samedi soir vers minuit (23h00 HB) lorsque plusieurs dizaines de jeunes ont commencé à lancé des cocktails molotov en direction des forces de l’ordre.
Le quartier d’Exarcheia est le point de rencontre des anarchistes de la capitale grecque, là où le 6 décembre 2008 Alexis Grigoropoulos, 15 ans, a été tué par un policier.
Les manifestations marquant l’an passé le 6e anniversaire de la mort de l’adolescent avaient fait 12 blessés dans les rangs de la police et conduit à quelque 200 arrestations.

Le septième anniversaire a été précédé cet année par un communiqué d’un ami de Grigoropoulos, Nikos Romanos, actuellement en détention pour un braquage à main armée destiné à financer son groupe anarchiste.
Il avait appelé les anarchistes à déclarer la guerre à l’Etat et à la classe moyenne au cours d’un « Décembre noir » de « sang et de feu ».
La Grèce est aux prises avec une profonde crise économique. Les mesures d’austérité et réformes votées par le gouvernement de gauche radicale Syriza pour obtenir un nouveau plan de sauvetage financier divisent fortement le pays.

Leur presse – AFP, 06/12/2015 à 20h34

CVkuVKfUYAAhu0x.jpg large 0-51 115722-257640 medley

Sur les dernières révoltes à Athènes / Attaque anarchiste du comico d’Exarchia

[Partout] Les contrôleurs ne sortent pas toujours indemnes de leur sale travail…

Agression d’un contrôleur SNCF dans le Tarn-et-Garonne : perturbations sur le rail en Midi-Pyrénées

Les contrôleurs SNCF ont cessé le travail ce vendredi en Midi-Pyrénées après l’agression d’un de leurs collègues à Castelsarrasin (82). Le trafic SNCF est perturbé dans toute la région.

Un contrôleur SNCF a été agressé par un voyageur ce vendredi matin dans un train reliant Toulouse (31) à Agen (47). L’agression verbale et physique s’est passée à hauteur de Castelsarrasin en Tarn-et-Garonne au moment où le contrôleur demandait son billet à un des passagers.
Réagissant à cette agression, les contrôleurs de la région Midi-Pyrénées ont aussitôt exercé leur droit de retrait (arrêt de travail temporaire) provoquant du coup de grosses perturbations sur le  trafic des trains notamment du côté de trains express régionaux. Syndicats et direction de la SNCF se sont réunis ce vendredi après-midi pour évoquer cette agression et le droit de retrait. Le trafic reprend progressivement ce vendredi soir.

Leur presse – fr3 midi-pyrénées, 04/12/2015

*************************************************************************

Lyon 2e : un SDF agresse des contrôleurs TCL avec un manche à balai

Un individu de 39 ans a été interpellé pour avoir frappé des contrôleurs TCL avec un manche à balai dans la station Ampère du 2e arrondissement. Il comparaît devant le parquet ce vendredi.

Ce mercredi après-midi, peu après 16h, une personne sans domicile fixe a été interpellée par la police municipale dans la station de métro Ampère (Lyon 2e).

L’individu, âgé de 39 ans, avait peu auparavant violenté des contrôleurs TCL en les frappant avec un manche à balai. Il est présenté au parquet ce vendredi pour violences volontaires aggravées.

L’homme faisait par ailleurs l’objet d’une interdiction de présence dans le 2e arrondissement, dans les rames et locaux du métro.

Leur presse – lyon capitale, 27/11/2015

***********************************************************************************

Firminy (Loire) : elle agresse des contrôleurs de la Stas

Lundi, vers 15 h 30, sur ligne 1 de la Stas, qui relie Firminy à Saint-Étienne, une femme de 37 ans s’en est prise aux contrôleurs de la société de transport.

Tout est parti d’une absence de titre de transport pour laquelle la trentenaire allait recevoir un timbre amende.

Ne l’entendant pas de cette oreille, elle a tenté de porter plusieurs coups à l’un des contrôleurs sans y parvenir. Elle a été difficilement maîtrisée avant l’arrivée des forces de l’ordre. Elle a fait l’objet d’un examen médical au centre hospitalier Le Corbusier, avant d’être mise en garde à vue au commissariat appelou. Elle risque une convocation devant la justice d’autant plus que l’un des contrôleurs a déposé plainte.

Leur presse – leprogrès.fr, 24/11/2015