Daily Archives: 2014/11/29

[Publication] Lucioles n°20 – Décembre 2014

Yuan’é Hu

arton4003-e3185Nous sommes le jeudi 2 août 2012, comme presque chaque jour depuis son arrivée difficile sur le territoire français huit mois plus tôt, Yuan’é Hu est là, sur le pavé bellevillois. Comme plusieurs centaines d’autres chinoises d’une quarantaine d’années, elle a quitté sa vie, sa fille, sa famille et ses amis pour la grande traversée. L’Europe et ses promesses, la promesse d’un salaire « décent », de conditions de travail moins dures, d’une « liberté » mise en scène sur les rares médias occidentaux qui n’ont pas été filtrés par les autorités du Parti Communiste Chinois. Mais comme tant d’autres, Yuan’é Hu, à qui un passeur promettait un travail comme les autres et un salaire qui lui permettrait de renvoyer un peu d’argent au pays, et peut-être un jour des papiers, s’est bien faite avoir. C’est ainsi qu’elle finit sur le trottoir à vendre son corps dans des conditions de misère, à partager une chambre avec huit autres femmes à qui, comme elle, on a refusé toute dignité.

Peut-être que Yuan’é Hu était impressionnée par l’exhibitionnisme de certains de ses compatriotes, les quelques-uns qui flânent dans des 4×4 et des limousines le jour de leur mariage, qui ont eu les papiers et qui ne se soucient plus que d’eux-mêmes, la plupart du temps, en exploitant les moins chanceux d’entre eux. Peut-être Yuan’é Hu s’imaginait pouvoir bénéficier d’une solidarité de la communauté, elle n’en a reçu que du mépris, de la honte et de l’exclusion. Comme souvent. Comme on dit parfois, « le dernier rentré ferme la porte », et « chacun pour sa gueule ». À sa fille, qu’elle essayait de contacter tous les quinze jours, elle racontait travailler dans la confection, complétant ses journées par un travail occasionnel de nourrice, « que c’était dur et fatiguant, mais que tout allait bien »

Évidemment, comme pour beaucoup de sans-papiers, exploités, mutilés par la misère, harcelés par les flics et privés de tout confort, Yuan’é Hu n’a pas vraiment eu le choix lorsque de misérables individus lui ont expliqué que pour rembourser ses passeurs elle devait tapiner, ou crever dans la terreur.

Nous sommes le jeudi 2 août 2012, comme presque chaque jour depuis son arrivée difficile sur le territoire français huit mois plus tôt, Yuan’é Hu est là, sur le pavé bellevillois. Elle attend sur le goudron brûlant du terre-plein de Belleville qu’un client se présente à elle et lui offre, en échange de sa dignité, quelques billets qui passeront directement de la poche du client à celle du proxénète. Celui-ci négocie, les prix ne lui conviennent pas. Dans ce monde, acheter un corps, c’est un peu comme acheter un tapis, ça se négocie. Yuan’é Hu transige, elle accepte. Elle emmène le client dans la sordide cage à poule qu’elle loue pour les passes. On ne la retrouvera pas avant le soir, dénudée, étranglée avec la sangle de son sac à main, des traces de violences à l’extérieur comme à l’intérieur de son corps. Yuan’é Hu est morte.

Morte de l’indifférence. Morte dans l’indifférence. Morte de la misère. Morte de la trahison. Morte de la confiance. Morte des frontières humaines. Morte de la violence des hommes.

La justice vient de condamner son meurtrier à 20 ans de prison, comme si celui-ci était le seul responsable de sa mort. Comme si c’était un « fait divers » isolé et déconnecté de tout contexte social, le fait d’un homme dont l’élimination réglerait le problème. Comme si cette même justice d’abattoir qui chaque jour enferme et expulse des centaines de personnes à la chaîne parce qu’elles ne possèdent pas le bon bout de papier n’avait rien à voir là-dedans (on se souviendra par exemple des prostituées chinoises sans-papiers enfermées en centre de rétention en décembre 2013 suite à un coup de filet dans le XIIIe ardt. justifié par la « lutte contre le proxénétisme » et des dizaines raflées ce même mois par les flics à Belleville). Comme si la terreur d’Etat, à travers ses juges et ses flics, ne portait pas la responsabilité des morts quotidiennes de prostituées sans-papiers, de migrants tirés à vue comme des lapins aux frontières de l’Espagne, coulés en masse sur des rafiots de misère au large de l’Italie ou échoués sur les barbelés de Grèce. Comme si les porcs en uniformes, qui jouent aux protecteurs de la veuve et de l’orphelin n’étaient pas responsables de la peur-panique permanente qui poussa Yuan’é Hu à vivre cachée des yeux des riches et des divers uniformes, à vivre comme une mort-vivante, clandestinement, indésirable. Yuan’é Hu pensait qu’elle devait tapiner ou crever dans la terreur, mais au final, ce fut les deux.

Aujourd’hui, nous avons envie de pleurer Yuan’é Hu et tous les autres, mais la tristesse n’a jamais fait tomber de murs, la rage et la révolte, elles, oui.

À Yuan’é Hu, à toutes celles et ceux que la misère tue en silence, que l’Etat tue sans même se salir les mains, que le capitalisme affame sans que personne n’ait à se sentir responsable.

À l’idée qu’un jour nous nous soulèverons, indésirables de ce monde, et vengerons les offenses des Etats, des flics, des patrons et des communautés.

Mort aux pouvoirs.

Extrait de Lucioles n°20, Bulletin anarchiste de Paris et sa région, décembre 2014 [Publié sur non-fides]

lulu20-61fbc

 

[Modène/Bologne] Attaques contre les fascistes – 22 novembre 2014

Nous apprenons par les médias locaux qu’entre le 21 et 22 novembre, à la veille des élections régionales les plus désertées dans l’histoire italienne, la caravane de propagande d’un candidat de Forza Italia et le domicile d’un candidat de la Ligue du Nord ont été attaqués, respectivement à Modène et à Bologne.

Dans le premier cas, un véhicule loué par le candidat Andrea Galli [ancien conseiller municipal de Modène de Forza Italia] a été livré aux flammes et retrouvé carbonisé le lendemain matin où il avait été garé, dans un quartier résidentiel qui abrite également Carlo Giovanardi*.

mofi11_600x540

lnbo11_450x600Dans le second, une vitre de la maison du candidat de la Ligue du nord Umberto Bosco, dans le quartier de Bolognina, a été brisée avec une pierre enveloppée dans son prospectus électoral couvert de lettres rouges (dont les médias cachent le contenu mystérieux). Le candidat à la présidence de la région Carroccio, dit simplement: « Maintenant, l’armée entrera sur le terrain, ce dégoût ne peut pas continuer. »

Source

NdT:

*Crapule politicienne de la droite-catho ayant gouverné durant le gouvernement Berlusconi 4: en tant que ministre des Relations avec le Parlement du 11 juin 2001 à mai 2006, secrétaire d’État à la Famille, à la Drogue et au Service civil du 12 mai 2008 au 16 novembre 2011.

Notes rapides sur l’Enquête Sociale Rapide

Enquête Sociale Rapide, définition :

« Les enquêtes sociales rapides sont réalisées à l’issue d’une garde à vue dans le cadre de la Permanence d’Orientation Pénale (POP), pour des délits dont la peine encourue est inférieure à 5 ans.Afin d’assurer un appui technique et social aux magistrats, l’enquêteur se doit de vérifier (téléphoniquement) toutes les informations collectées en contactant l’entourage de la personne mais aussi tous les acteurs potentiels de sa  liberté (employeur, pôle emploi,…) avec l’accord du mis en cause. L’enquête donne lieu à la rédaction d’un rapport  dans le lequel l’enquêteur peut faire des préconisations telles qu’une  obligation de soins, ou, dans le cadre de l’instruction, d’un placement  sous contrôle judiciaire. L’enquête est une pièce du dossier qui sera remise à l’avocat du prévenu, au Procureur et au Président de la chambre correctionnelle, elle exposera l’identité de la personne, son parcours de vie et ses perspectives d’avenir. » Au TGI de Paris, les enquêtes seraient prises en charge par l’APCARS (Association de Politique Crimminelle Appliquée et de Réinsertion Sociale)

Notes rapides sur l’enquête sociale rapide

Les assistants sociaux ou conseillers d’insertion chargés de ladite enquête sont là pour « aider« .  Mais  pour aider qui? L’enquête permet en effet de « prémâcher » le travail pour les juges et les procs en établissant ce qu’ils appellent  un « profil de personnalité ». Alors bien qu’ils essayent parfois de s’en distinguer, le travail des enquêteurs sociaux intervient en des lieux et moments précis (au TGI, après une GAV et jusqu’à 20h de dépôt, après déferrement et avant d’être « présenté-e » à  un juge/procureur et donc avant d’avoir pu jeter un oeil à son dossier) et s’inscrit parfaitement dans une logique policière et dans l’appareil juridique qu’il sert. 

Si cette enquête peut permettre la vérification de garanties de représentation si garanties de représentation il y a (travail, logement ou études…)* qui seraient par ailleurs produites devant le juge par l’avocat (si t’en prends un), elle ne s’arrête pas là. Et lorsque des réponses sont apportées à des questions plus « génériques » et personnelles il peut devenir assez difficile de s’assurer la maîtrise de l’entretien.
(*s’il est possible que des copains/copines t’aient trouvé un travail, une formation ou une promesse d’embauche pendant ta garde-à-vue, il serait  dommage d’avoir déclaré ne pas en avoir devant l’AS)

Fournir les noms et/ou contacts de ses proches peut rapidement devenir désastreux. Les questions vicieuses et intrusives peuvent conduire à des réponses imprévues, maladroites ou tout simplement déformées. (« fume-t-il? », « a-t-elle une personnalité de meneuse? », « est-il souvent absent? », « diriez-vous qu’elle est bien inserée/marginale? », « lui est-il  déjà arrivé de faire preuve de violence ou d’insubordination? »,  « est-il influençable », etc, etc…). Ces mêmes enquêteurs peuvent transmettre au tribunal une ‘préconisation de soins‘ s’ils considèrent que le/la prévenu-e fait état de ‘difficulés psychologiques‘ ou ‘d’addictions‘. Et qui ne ferait pas de ‘difficultés‘ psychologiques ou non face à ces porcs, et oui, dans leur langage, le désir de liberté peut devenir ‘addiction‘.

Toutes informations obtenues de toi ou des contacts leur ayant été transmis peuvent d’une manière ou d’une autre venir étayer le dossier. 

Enfin, il semble très peu judicieux de dévoiler son « tissus de relations » dans ces espaces, ce qui aide, « au  mieux », à confirmer ou mettre à jour des renseignements dont ils disposent déjà. Par extension, faire acte de  bavardage face aux enquêteurs (alors qu’on a bien souvent RIEN déclaré en GAV) peut même conduire à mettre en cause d’autres personnes. 

Sur le rapport aux autres, justement, et sans chercher à ériger une régle à ce sujet, il est bon de garder à l’esprit l’exploitation qui peut être faite au tribunal de différences de « profils » entre co-inculpé-e-s, mais aussi, lorsqu’on est inculpé-e pour des faits mineurs (ou pas), politiques (ou pas), diffus (ou pas) avec un dossier  faible pour  l’accusation (ou pas) de l’intérêt de tenter de s’en tenir aux faits, plutôt qu’à mettre le pâté sur une « personnalité » qui, si  elle devient « standard » pourra enfoncer bien des justiciables accusé-e-s des mêmes faits plus tard. 

Il est donc possible de refuser de répondre à l’enquête sociale. Cela n’entraîne pas de poursuites et s’il n’enchante pas toujours les juges, ce refus semble pour moi relèver d’un « certain bon sens ». C’est le choix de chacun-e et il ne doit pas occulter les autres questions que l’on aimerait éventuellement se poser ou se reposer face à la justice (aller à son procès ou non, prendre un avocat ou pas,  assumer des faits, se servrir du tribunal comme tribune  pour ses idées, accepter ou refuser des aménagements de peine, etc…)

Ne donnons pas le bâton pour nous faire battre,

Fouines hors de nos vies !

Plutôt cracher une molaire qu’un blaze !

Publié sur indymedia nantes, mardi 25 novembre 2014 à 00:42