Daily Archives: 2014/11/10

[Seine-Saint-Denis] Du blocage à l’incendie de bahuts contre la police et le monde qui en a besoin

Après deux jours de blocages de lycées (incendiaires pour certains) sur Paris et sa banlieue jeudi 6 et vendredi 7 novembre initiés suite à la mort d’un opposant au barrage du Testet et les « violences policières » (mais aussi contre l’expulsion d’un lycéen sans-papiers d’origine mauritanienne, Yero), les blocages et manifs reprennent ce lundi 10 novembre, mais particulièrement en Seine-Saint-Denis.

Au moins six établissements ont été bloqués et certains l’ont été par le feu, selon la direction académique: Cachin et Blanqui à Saint-Ouen, Paul-Eluard (déjà bloqué jeudi), Suger (déjà bloqué vendredi), Bartholdi et l’ENNA à Saint-Denis. Plusieurs poubelles ont été enflammées devant l’entrée du lycée Suger. Le feu a noirci la façade et endommagé les grilles et les fenêtres.

lycees93

lyceeSuger93-2

Lycée Blanqui à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), lundi 10 novembre 2014.

lyceeSuger93-1

Lycée Suger à Saint-Denis, lundi 10 novembre 2014.

Un feu a également été signalé devant le lycée Cachin, à Saint-Ouen, mais les pompiers n’ont pas tardé à intervenir pour arrêter la propagation des flammes. La direction a toutefois décidé d’évacuer l’établissement et de le fermer jusqu’à mercredi matin.

Environ 150 jeunes venus de plusieurs lycées ont convergé vers 10 heures vers le centre-ville de Saint-Denis pour rejoindre le centre commercial Basilique. Sur leur passage, des voitures ont été défoncées. Arrivés sur place, ils ont tenté de pénétrer, en vain, dans le magasin Carrefour, dont le rideau de fer avait été baissé préventivement, avec des CRS à l’entrée. Ils s’en sont pris ensuite à un magasin Go Sport. Plusieurs vitrines de commerces ont été pétées et quelques expropriations de marchandises auraient eu lieu.

ccLa station de métro Basilique de Saint-Denis a dû être fermée entre 11h30 et 12h15, tandis que la N1 a dû être coupée. Le trafic du tramway a aussi été interrompu. 200 policiers et gendarmes mobiles ont été déployés. 

Reformulé de leur presse, 10/11/2014

[Toulouse] En marge de la nasse policière…

Ce samedi 8 novembre 2014, plusieurs manifs étaient organisées à Rennes, Toulouse, NDDL, Lille et Paris pour protester contre « les violences policières » et demander « le désarmement de la police » (sic!) suite à la mort de Rémi Fraisse. A Rennes, le cortège était déterminé et a repoussé les flics à plusieurs reprises (qui étaient plus nombreux que les manifestants). A Toulouse, les flics en nombre ont gazé à nombreuses reprises les manifestants, les encerclant dans des nasses tout au long de l’après-midi. C’est à la nuit tombée que les choses sont devenues intéressantes. Plutôt que d’aller à l’affrontement directe avec les bleus en nombre et surarmés sur les allées Jean-Jaurès, des petits groupes masqués sont partis en déambulation sauvage à travers la ville vers 18h: un véhicule de la municipale a été sérieusement dégradé après des caillassages; une barricade avec des barrières de chantier et des plots est érigé à travers la chaussée à Esquirol, puis plus loin les guichets automatiques ainsi que la vitrine du Crédit Mutuel (qui avait déja été attaquée samedi 1er/11) sont de nouveau brisés; un distributeur de billets du Crédit Agricole et des panneaux publicitaires ‘JC Decaux’ sont détruits aux Carmes; les vitres et le distributeur d’une agence bancaire CIC sont détruits. Quelques affrontements sporadiques avec les flics ont eu lieu: une très rapide confrontation place du Salin, aux abords du palais de justice, puis des jets de pavés sur des gendarmes mobiles devant le marché des Carmes…

1-400 toul

Dans l’après-midi de dimanche 9/11, le parquet a décidé de prolonger la garde à vue de neuf personnes (sur les 17 gardés-à-vue de samedi soir), accusées notamment de violences envers les forces de l’ordre.

***************************************************************************************************************

toulouseUne semaine après la manifestation du 1er novembre, qui avait déjà fini en affrontements avec la police, une manifestation nationale contre les violences policières a été convoquée dans la ville de Toulouse, la grande ville la plus proche de la ZAD du Testet, où est mort Rémi Fraisse dans la nuit du 25 au 26 octobre au cours d’affrontements.

Ce 8 novembre, la Préfecture a décidé d’interdire la manifestation, et les organisations et partis écologistes et de gauche ont appelé à ne pas venir. Malgré cela, nous étions plus d’un millier à nous rassembler sur la place Jean Jaurès, complètement encerclé-e-s par des centaines de flics. Le NPA a fini par négocier un nouveau « parcours » de quelques centaines de mètres sur les allées Jean Jaurès. Malgré les huées de la foule, tout le monde finit par suivre, pour voir s’il sera possible de sortir du piège policier. Très peu de temps après, la police bloque entièrement la route et toutes les issues, nous sommes enfermé-e-s sur ces allées. Les clowns clownisent, les pacifistes s’indignent, d’autres personnes se masquent, le NPA essaye de négocier sa sortie. Tout reste calme pendant un moment, puis les flics commencent à inonder la place de gaz lacrymogènes. Tout le monde court et les premières pierres volent, un semblant de barricade est élevée. L’échange de gaz et de pierres dure une vingtaine de minutes, et la manifestation est plus ou moins coupée en deux, la moitié reste prisonnière du piège et les gaz continuent de tomber. Quelques molotov volent, une voiture prend feu (apparemment à cause d’une grenade lacrymogène). On commence à se demander comment on va sortir de là.

Après un moment, ce qui reste de la manifestation est de nouveau coupé en deux. L’une des deux moitiés est repoussée dans les rues autour de la place Belfort à grands renforts de lacrymogènes, tout le monde court sans ses yeux et sans respirer. Une fois sorti-e-s du nuage de gaz, cette partie du cortège (essentiellement composée de pacifistes criant “Paix, Respect, Amour”) se disperse.
L’autre moitié, beaucoup plus masquée, se retrouve du côté de Jeanne d’Arc et finit par redescendre dans les rues en direction d’Esquirol et du Palais de Justice, levant des barricades au passage et détruisant les banques, en prenant la police de court. Malgré le piège policier, les rues du centre-ville ont fini par être atteintes par les manifestants. Tenir face à la présence policière a permis de pouvoir sortir de la souricière et de mener la manifestation ailleurs. Après quelques petites échauffourées, les gens se dispersent là encore.

Finalement, une vingtaine d’arrestations, et 17 personnes sont encore en garde-à-vue le lendemain. 9 personnes passent en comparution immédiate ce lundi 10 novembre.
La manifestation s’est relativement bien tenue malgré les mauvaises conditions, et toutes les pratiques ont relativement bien coexisté, sans trop de dissociations (excepté le NPA, mais passons). Un rassemblement a ensuite eu lieu devant le commissariat pour faire libérer les personnes arrêtées.
Une nouvelle grande manifestation contre les violences policières est prévue pour le 22 novembre à Toulouse. Il est important de parvenir a conserver un niveau de conflit assez élevé dans les manifestations, dans la rue, pour que les pratiques offensives soient vécues et pratiquées ensemble, et éviter de retomber dans les classiques divisions entre “bons” et “mauvais” manifestants. Ici, tout le monde manifestait ensemble. Plus ou moins offensivement, mais ensemble et de façon autonome. Et c’est cela qu’il nous faut mener de l’avant. Afin d’éviter de retomber dans la classique séparation qui portera les gens les plus “calmes” vers la récupération par les partis et organisations d’extrême-gauche classique, et les gens les moins “calmes” vers des pratiques plus spécialisées et plus secrètes d’action directe. Tout cela est tenu ensemble par ces manifestations, par cette capacité à conserver de la force de façon publique. Si nous devons un jour nous diviser, ce sera à nous de le choisir, en toute connaissance de cause.

Il ne s’agit plus de barrage. Il s’agit de nos vies entières.

Lutter contre le capitalisme et ses grands projets, c’est lutter dans la rue, dans la tête, dans le cœur, de nuit comme de jour, contre toutes les formes de domination et d’exploitation, à chacun selon ses moyens.

Solidarité avec les arrêté-e-s !

Muerte al estado, y viva la anarquía.

Un autre compte-rendu de cette manifestation sur IAATA

Publié sur contrainfo