Tag Archives: Seattle

[Publication] Petite histoire de la ‘George Jackson Brigade’

L’histoire de la George Jackson Brigade, groupe armé révolutionnaire et anti-autoritaire, est une histoire belle et sulfureuse, un récit de courage et de détermination méconnu et passionnant. Mais il ne serait pas intéressant d’en livrer un tableau hagiographique parfait, qui sonnerait bien faux. Dans cette Petite histoire de la George Jackson Brigade, nous explorerons l’histoire de ce groupe armé qui a opéré dans la région de Seattle au milieu des années 70, contre le système carcéral d’abord, mais aussi contre le capitalisme et la domination en général. Nous en profiterons également, à travers les parcours atypiques de ses membres, pour explorer quelques expériences rares de gangs de prisonniers homosexuels et transgenres, composés d’anarchistes et autres rebelles contre le sexisme, l’homophobie, les pratiques et la culture du viol et de l’esclavage sexuel dans le milieu carcéral, ainsi que contre toutes les prisons.

couv-4-238c3

  • 84 pages – format 11,8 cm x 17,5 cm
  • 4€ (3€ à partir de 5 ex.).
  • Frais de port : 2€ pour un ex. + 1€ par ex. supplémentaire

Plus d’informations sur les commandes

 

[Etats-Unis] Sabotages en solidarité avec les rebelles de Baltimore

Tucson, Arizona: syndicats de police et de gardes-frontières attaqués en solidarité

Cette nuit du premier mai, deux groupes d’anarchistes à Tucson ont attaqué des cibles du maintien de l’ordre en solidarité avec les rébellions en cours contre la police à travers le pays. Tout d’abord, le bureau de Combined Law Enforcement Association of Arizona, une association de syndicats de police dans tout l’Etat, a eu un certain nombre de ses fenêtres brisées. Plus tard, le bureau du syndicat local de la patrouille aux frontières de Tucson a aussi perdu un certain nombre de fenêtres et a été redécoré par plusieurs slogans no borders.

La Border Patrol a été ciblée pour leur rôle dans l’occupation continue des terres indigènes, pour leur contribution aux morts innombrables et souffrance indescriptible dans le désert au sud de Tucson et ailleurs, et la militarisation en constante augmentation des localités proches des frontières et à travers les zones frontalières. Les frontières ne peuvent pas être réformées, elles doivent être abolies.

Le syndicat de police a été pris pour cible pour être un syndicat de police. Nous avons en ligne de mire l’abolition de la police et nous nous offusquons particulièrement de la notion selon laquelle les flics sont des travailleurs. Le rôle principal de la police est le contrôle des travailleurs et le maintien de la suprématie blanche. Nous trouvons également de la valeur en visant les représentants du service de police de Tucson depuis que le chef fait désormais partie d’un groupe de travail fédéral consacré à l’amélioration des relations entre la police et les populations qu’ils tentent de gérer. Villasenor est expert pour mettre à l’ordre du jour « une police communautaire » dans le cadre d’une stratégie contre-insurrectionnelle pour mieux contrôler les populations potentiellement rebelles et incorporer la gauche officielle au sein de ce système de domination. Cette stratégie insidieuse est plus difficile à contrer que la brutalité manifeste […] Le rôle de toute police reste le même.

En ce moment, alors que des révoltes féroces contre la police et la suprématie blanche se répandent à travers le pays, il est impossible d’affirmer que « les flics ne sont pas tous mauvais » ou qu’ils « font partie des 99% » (sic). Ceux qui suggèrent ces choses-là ou qui affirment que la police peut être réformée ne sont pas naïfs ou malavisé – ils ont choisi un camp. Ils se sont ralliés à la suprématie blanche, à la violence d’Etat, au capital, à l’ordre. En en tenant compte, nos actions sont destinées à davantage insister pour une lutte étendue pour l’abolition de la police, ni plus ni moins.

Pour les rebelles à Baltimore, Iguala, Ferguson et partout ailleurs.

Pour chacun d’entre nous qu’ils ont pris, que ce soit par le meurtre, l’expulsion ou l’incarcération.

Pour une révolte ouverte contre la police et contre les frontières.

Traduit de l’anglais de anarchist news, 02 mai 21015 à 13h11

************************************************************************************************************************

Portland, Oregon: sabotage anti-gentrification en solidarité avec la rébellion de Baltimore

Dans la nuit de mardi 28 avril 2015, des piquets d’arpentage ont été arrachés sur le site d’un pavillon en construction à N. Williams Ave au nord de Portland: c’est un petit acte de solidarité avec le soulèvement de Baltimore effectué dans un effort de mettre évidence la relation entre la gentrification et le maintien de la suprématie blanche, la répression policière et le déplacement. Les dépossédés de Baltimore ne sont pas seuls dans leur désir de rendre les coups à une société qui est intolérable.

Traduit de l’anglais de pugetsoundanarchists.org, 30 April 2015

******************************************************************************************************************

Sabotage contre la gentrification d’OCF au sud de Philadelphie – 28 avril 2015

Nous avons détruit les serrures et fenêtres de deux propriétés vides de OCF Realty* à proximité de 20th et Reed  dans le sud de Philadelphie.

Nous avons fait ceci parce que nous sommes fatigués de vivre dans un système qui construit des maisons pour les riches alors que les pauvres et les gens de la classe ouvrière n’obtiennent rien d’autre que plus de police, davantage de prisons, de coupes budgétaires, plus de misère. Suivant l’exemple des rebelles de Ferguson et de Baltimore, c’est notre petite façon de résister en causant des dommages économiques à la propriété et au capital des riches. Ces tactiques ne sont pas seulement possibles, elles sont pratiques. Nous espérons que d’autres nous rejoignent en effectuant davantage d’actions au fil du temps. 

Le réseau d’action radicale

*******************************************************************************************************************

Seattle: un camion d’une entreprise construisant des taules brûlé en solidarité avec la rébellion de Baltimore

Tôt dans la matinée du 28 avril 2015, les flammes ont englouti un camion dans un chantier de l’autre côté de la rue du centre de détention pour mineurs ‘King County‘ sur la 12ème avenue. Le chantier est un nouveau développement qui est construit par ‘Spectrum Development Solutions’, qui sont responsables d’embourgeoiser la 12ème avenue et qui sont impliqués dans la construction de la nouvelle prison pour mineurs. Les pneus du camion ont été crevés, les conduits de carburant ont été coupés et ensuite il a été totalement détruit par le feu.

Cela a été fait en solidarité avec les rebelles qui combattent la police dans les rues de Baltimore. Dans le sillage de la rébellion à Ferguson de l’année dernière, des émeutes ont aussi éclaté à Baltimore suscitées par un énième meurtre brutal de la police. Les bâtiments et voitures se consument, des magasins ont été pillés et la police et les médias ont été attaqués à plusieurs reprises, souvent obligés de courir pour leur propre sécurité. La réaction des médias de condamnation répétée est évidemment une farce pour tous ceux trouvent l’inspiration et le courage dans ces moments.

Parfois, la logique de cette société carcérale se manifeste dans le meurtre de jeunes hommes noirs dans la rue (Freddie Gray, Mike Brown, Eric Garner et tant d’autres…) se manifeste quotidiennement dans l’emprisonnement de masse de la population noire et métisse. Quoi qu’il en soit, cette société prospère sur la mort. Nique la police meurtrière raciste, nique les médias et tous ceux qui aident à construire cette société carcérale.

Traduit de anarchist news, 28 avril 2015 à 20h33

*Promoteur immobilier basé à Philadelphie

1er mai à Seattle, Oakland et Montréal

Montréal.

« Une des premières soirées de beau temps de l’année a pris une odeur de gaz lacrymogène au centre-ville de Montréal vendredi où près d’une trentaine de manifestants ont été arrêtés au terme d’une soirée mouvementée.

Des affrontements entre policiers et manifestants ont donné lieu à deux souricières, des tables de pique-nique qui volent dans les airs et des cônes de signalisation lancés vers les agents.

Au total, les policiers ont procédé à 27 arrestations, dont une personne mineure, et 57 interpellations, dont deux mineurs. Les arrestations ont entre autres été faites pour méfait, voies de fait, agression armée et tentative de désarmer un policier.

Un agent a même été blessé au visage.

9fc532ab-1a20-40bf-ad1b-6dca34ed17a1_ORIGINALLa journée avait pourtant été ponctuée de multiples manifestations sans anicroche à l’occasion de la fête des Travailleurs. Enseignants, employés du secteur public et étudiants ont défilé dans les rues de façon pacifique.

Passants incommodés

Mais ça s’est corsé vers 19 h quand le rassemblement des manifestants anti-capitalistes au square Phillips a été déclaré illégal.

Les policiers de Montréal ont alors dispersé la foule. Ils ont notamment utilisé des gaz lacrymogènes sous les yeux des curieux qui profitaient tout simplement de leur vendredi soir au centre-ville. […]

Confusion

En effet, à chacune des manoeuvres policières de dispersion, les manifestants se sont scindés en plusieurs petits groupes pour se regrouper à différents endroits.

«Ce n’est pas une situation simple à gérer ce soir (en raison de la multiplicité des groupes qui se forment et se déforment)», a lancé l’agent Laurent Gingras.

À quelques reprises, les policiers ont complètement perdu de vue les groupes qui s’étaient formés.

On pouvait d’ailleurs voir dans les rues du centre-ville de Montréal des poignés de manifestants courant à toutes jambes, des policiers à leurs trousses.

Au plus fort de la marche, 2000 personnes étaient présentes. Une centaine de Black Bloc étaient parmi eux.

Pendant ce temps, des auto-patrouilles ont été vandalisées et des poubelles ont été lancées dans les rues.

cab9ca22-4d4f-4b66-abc8-e969938dfab4_ORIGINAL

 Des vitrines de magasins ont volé en éclats dans les rues du centre-ville de Montréal.

Des vitrines de magasins ont volé en éclats dans les rues du centre-ville de Montréal.

Leur presse – agence QMI via journal de montréal, 01/05/2015

Plusieurs appels anti-police et solidaires avec les émeutiers de Baltimore ont été lancés par les anarchistes à l’occasion des manifs de ce 1er mai. La plupart ont eu lieu en soirée pour marquer les distances avec les marches citoyennistes et droitsdel’hommistes contre « la brutalité policière » ou encore des assoces de [défense] aux sans-papiers qui se sont tenues dans l’après-midi.

Seattle. En début de soirée, l’ambiance s’est réchauffée. Des façades de commerces ont été taguées, certaines ont eu leurs vitres détruites; les flics ont été attaqués à coups de bouteilles et de pavés, en en laissant trois blessés. Des véhicules ont aussi été pris pour cible, dont un des médias mainstream. Des poubelles ont été balancées à travers les rues, dont quelques-unes ont été incendiées. Au moins 15 personnes ont été arrêtées.

"Mets des ailes aux porcs"

« Mettons des ailes aux porcs »

628x471 628x471bis CD-IF9KUkAEp8lb

Oakland. En soirée; une manif pour Freddie Gray et en solidarité avec la révolte de Baltimore s’est ponctuée de nombreuses attaques contre des banques (Wells Fargo Bank, CityBank, Chase Bank..), des chaînes de restaurants (KFC entre autre) et commerces… Un concessionnaire  automobile ‘Hyiundai’ a également été ciblé, où 40 fenêtres de véhicules ont été détruites avec quelques départs de feu.

CD97ERxUgAAiHtW hyiun

Chase Bank

Chase Bank

692306_1280x720

920x920

KFC

KFC

reszto stand

voiture partiellement incendiée

voiture partiellement incendiée

A gauche, le KFC / à droite, la Wells Fargo Bank

A gauche, le KFC / à droite, la Wells Fargo Bank

[Seattle, USA] Brèves de lutte contre la construction d’une prison pour mineurs

En février 2015, la ville de Seattle a approuvé la sélection d’une équipe d’entreprises qui feront des millions de dollars avec la construction et la conception d’une nouvelle prison pour mineurs à 12th and Alder: Howard S. Wright, HOK et Integrus se vantent publiquement d’avoir construit des prisons et des postes de police et d’en avoir tirer de juteux profits.

« Alors que le complexe carcéral-industriel semble être pour une grande majorité une structure gigantesque et abstraite pour essayer d’y résister, il y a des réelles personnes qui sont assises derrière leurs ordis sur lesquels elles dessinent des modèles de cellules de prison. Il y a des hommes qui décrochent le téléphone et font des affaires pour la livraison de matériaux qui serviront à construire les murs, bureaux et systèmes de sécurité de la nouvelle prison. »

Un appel à harceler ces multiples collabos a circulé en mars.

______________________________________________________________________________

Avertissement donné aux résidents de Magnolia.

Jeudi 12 mars 2015 dans différents secteurs du quartier Magnolia à Seattle, des lettres ont été remises à divers individus – y vivant ou possédant une propriété – impliqués dans le projet de la nouvelle prison pour jeunes.
Les photos de ces individus ont été jointes aux lettres. Celles-ci suggéraient fortement à ces personnes de cesser le projet qui fait du fric avec l’emprisonnement des enfants. La lettre implique que divers détails des vies de ceux qui sont impliqués dans la conception et la construction de la prison pour mineurs sont connus, aussi bien que ceux qui ont pris la décision de poursuivre dans ce projet et que le conflit entourant ce projet sera délocalisé dans leur quartier aisé s’ils continuent sur cette voie.

Ce sont des sous-merdes et ils jouent avec le feu !

_____________________________________________________________________________

La maison d’un collabo taguée

Dans la semaine du 30 mars au 5 avril 2015, les mots « Pas de nouvelle prison » ont été tagués sur la façade de la maison de Jake Mckinstry au 2219 N 59th Street à Seattle. Jake travaille pour ‘Spectrum Development’. ‘Spectrum’ construisent des condos [apparts, NdT] le long de la 12ème avenue. Ils travaillent également pour constuire une nouvelle prison pour jeunes dans la même zone. Le rôle de ‘spectrum’ dans la construction de la prison est d’organiser et de superviser l’élaboration de la prison.

Nique Jake et nique les prisons !

Librement traduit depuis Pugetsoundanarchists

Ferguson brûle. Que Seattle a-t-il fait dans la nuit de samedi ? (29 novembre 2014)

« Que Seattle a-t-il fait dans la nuit de samedi ? »

MontgomeryFerguson-002Plutôt que de s’engager dans une guerre d’usure avec le RCP*, quelques anarchistes ont décidé d’appeler à une manifestation distincte en solidarité avec les rebelles de Ferguson pour la soirée du samedi 29 novembre. L’appel a été intitulé « Ferguson brûle. Que va faire Seattle ? ». L’intention était de créer un espace où les gens ont pu exprimer leur colère comme ils l’entendaient, au lieu d’essayer de gérer et contrôler la colère populaire pour un programme politique restreint.

Une foule d’environ 60 personnes (dont la plupart étaient habillés entièrement en noir avec le visage masqué) s’est rassemblée au Central Community College de Seattle sur Capitol Hill à 22 heures. Il y avait au moins trois grandes banderoles avec des slogans anti-flic peints dessus, et une absence notable des signes de protestation et de pancartes qui avaient imprégné les événements précédents de la semaine**.

La marche a quitté le Central Community College de Seattle et est allée vers le nord sur Broadway. Etant donné que c’est devenu courant durant les deux dernières années, les flics sur des vélos ont longé les deux côtés de la manif. Les flics ont permis aux manifestants de prendre (et de garder) la rue, mais le mur de vélos a eu un effet certain d’empêcher les manifestants de faire bien d’autres choses que de marcher dans la rue au premier abord.

Tout le monde a marché vers le nord de Broadway, puis a contourné un bâtiment et est allé de nouveau au sud de Broadway. Des acclamations de passants bourrés ont été entendus en passant the Highline (bar punk du Capitol Hill pour les punks qui ne peuvent plus se permettre le Capitol Hill). À Union street, les flics ont essayé d’empêcher la marche d’aller vers l’Est, à tel point que les gens se sont retournés, ont fait du jogging à travers un labyrinthe de fourgons de police et ont reculé à l’angle à Pike. Dans l’action, quelqu’un a jeté une bombe de peinture sur la fenêtre du côté conducteur d’un fourgon de police. La bombe de peinture a été suivie d’une pierre à travers la même fenêtre, qui aurait frappé au visage le porc qui conduisait le fourgon.

Comme la marche s’est frayée un chemin jusqu’à Pike, quelques personnes ont réussi à bloquer les flics à vélo en montant des barricades à travers leur chemin. Les flics à vélo ont été incroyablement lents à réagir en étant obstrués sur le trottoir et ont semblé très embarrassés sur la façon de démonter et de se frayer un chemin sur la voie nouvellement barricadée. Une autre pierre a été jetée sur un autre fourgon de police, mais a seulement réussi à cabosser l’extérieur.

La marche s’est dirigée vers la 13ème avenue.

Pusieurs pierres ont été lancées sur la Bank of America mais aucune vitre n’a été cassée (visée aux angles). La police ne réussissait toujours pas à rassembler leur ligne de vélo à cet endroit et restait à l’arrière.

Sur Madison, la marche a tourné à droite, descendant la colline. La police semblait inquiète que la foule enragée retourne au couloir Pike/Pine et a formé une ligne de vélos pour bloquer la 12ème Ave. Dans leur précipitation pour bloquer la rue, ils n’ont soit pas remarqué ou ne se sont pas souciés du concessionnaire Ferrari (appelé plus tard par le torchon de la police de Seattle « commerce local ») l’ont laissé sans surveillance à l’angle. Des banderoles ont été utilisées pour bloquer la ligne de mire des flics comme une des nombreuses grandes fenêtres du concessionnaire a été éclatée, envoyant une pluie d’éclats de verre sur une voiture de luxe.

Après l’attaque de la salle d’exposition Ferrari, la marche a viré au jeu du chat et de la souris avec les flics.

En des points, il semblait que les flics permettaient aux manifestants d’aller là où ils voulaient, d’autres fois il semblait qu’ils avaient canalisés tout le monde en un endroit particulier, mais le bloc est resté fort en nombre et en équipements, ce qui a permis aux personnes de rester anonymes et libres tout en causant encore du bordel.

Au moment où on est arrivé à l’entrée arrière du parking QFC, de nombreuses personnes ont abandonné la manif. Personne n’a été arrêté.

Cette marche a été la plus bagarreuse que Seattle ait eu ces dernières années, et certainement les choses ont été agitées à partir du moment où la police a commencé leur stratégie de laisser les gens prendre la rue tout en longeant le trottoir à vélos.

Les thèmes de cette marche différaient nettement des autres événements autour du meurtre de Mike Brown à Seattle. Alors que davantage de propagande à distribuer aurait été utile, beaucoup de gens ont fait un bon travail en ne permettant pas de réduire tout ça à une campagne d’un problème unique. Des appels pour la justice de Mike Brown ne sont que trop limitées – à quoi la justice pourrait-elle même ressembler dans un monde ordonné par le capitalisme, l’État, la police et leur pilier nécessaire de la suprématie blanche? Nous refusons de nous contenter de demi-mesures et de réformes; c’est tout qui doit disparaître. Les gens ont fait un excellent travail d’avoir une tenue solide et en veillant les uns aux autres. Prenez soin les uns des autres et refaisons-ça de nouveau !

Traduit d’anarchistnews, 12/01/2014 – 22:41

NdT:

*Pour évoquer les récupérateurs du Parti Communiste Révolutionnaire, qui tentent d’endoctriner régulièrement les manifestant-es descendant dans la rue contre la police. Ils ont pris l’habitude de se ramener avec leurs tracts faites de revendications vieilles de deux siècles et de tenter de contrôler la foule enragée.

**En référence notamment à l’appel au boycott de la journée nationale de la consommation et du consumérisme, (appelée le « Black Friday »), qui s’est déroulée le 28 novembre dernier, en signe de protestation contre le non-lieu du grand jury prononcé à l’égard du flic meurtrier Darren Wilson. En somme, un appel pacifiste au boycott de la marchandise plutôt qu’un appel au pillage.

[Etats-Unis] De Ferguson à Oakland, « nous allons brûler toute cette merde » (24-25 novembre 2014 )

Lundi 24 novembre, la justice américaine a rendu publiquemement sa décision de non-lieu pour le flic Darren Wilson, qui a tué le jeune Mike Brown le 9 août 2014. Un scénario d’impunités connus et attendus, maintes fois vécu à travers le monde, d’Athènes à Ferguson, en passant par Paris. Mais nous n’avons rien à attendre de l’Etat*, vu que ses mêmes agents armés et assermentés éliminent, enferment quotidiennement des centaines d’indésirables parce que noir-es, pauvres et/ou insoumis. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que cette mise en scène de l’Etat américain (soutenus par les réactionnaires et les médias) avait pour but de faire rentrer les citoyens au bercail, avec comme objectif de rétablir la paix sociale alors même que les feux de la révolte illuminaient les rues de Saint-Louis et du Missouri**. Cette délibération du grand jury, reportée de jour en jour, a permis à l’Etat de pouvoir se préparer à l’explosion de rage collective – notamment en décrétant l’état d’urgence et en préparant ses troupes (tous les corps policiers, ainsi que la Garde Nationale (l’armée). De nombreux commerces s’étaient aussi barricadés en prévision du verdict… En vain.

1

Passons en aux faits. La ville de Ferguson a rapidement brûlée. Au milieu des chants comme « nous allons brûler toute cette merde », les flics ont été caillassés et leurs véhicules retournés, détruits à coups de pierres ou par les flammes (10 détruits au total, dont 2 par incendie). 150 coups de feu contre la police (d’après Jon Belmar, le chef du service de police de St. Louis qui a déclaré « Ceci était probablement pire que la pire nuit que nous avions eu en août ») et 3 flics blessés. Les médias français parlent « d’une douzaine de bâtiments incendiés », sans en dire davantage. Mais à y regarder de plus près, on s’aperçoit que ce qui a été carbonisé est tout ce qui accumule la richesse et la marchandise que flics et milices privées protègent: au moins un centre-commercial, un entrepôt de marchandises, des commerces, un magasin de pièces d’automobiles.. Les magasins, avant d’être incendiés, ont été soigneusement pillés et saccagés. Le magasin qui avait appelé les flics juste avant le meurtre de Mike Brown, n’a une nouvelle fois pas été épargné par les pillards. Comme le dit le journal en ligne thedailybeast.com, « la situation était trop dangereuse pour que les pompiers fassent leur travail. ». Le mardi après-midi, plusieurs entreprises le long de Florissant Avenue West étaient déjà fermées.

4 8

Boutique on West Florissant Avenue in St. Louis

Boutique on West Florissant Avenue in St. Louis

Une jeune femme, en face du magasin pour pièces automobiles qui brûlait à Ferguson, résumait la situation en cinq mots: « ce n’est que le début ».

7Au total, près de 60 personnes ont été interpellées dans le comté de Saint-Louis: 32 arrestations pour pillage, et 29 pour « rassemblement illégal » Pour la soirée de mardi 26 novembre, le gouverneur du Missouri Jay Nixon a annoncé l’envoi de troupes supplémentaire de la Garde nationale sur Ferguson, passant à 2200 soldats au lieu des 700 de la veille.

Lors d’une conférence de presse avec le clergé local ce mardi après-midi, le maire de Ferguson, James Knowles III, a dit cyniquement que « malheureusement, la garde nationale n’a pas été déployée à temps pour sauver l’ensemble de nos entreprises ». Mardi soir, même si chaque commerce, banque était protégé par des soldats de la garde nationale, la rage s’est délocalisée devant le bâtiment de la mairie, où les vitres ont été explosées. Un véhicule de la police a aussi été incendié. Il y a eu 44 arrestations.

Ailleurs

Des manifs ont eu lieu partout à travers pays. A Seattle, les lycéens sont descendus dans les rues contre « le racisme de la police », puis dans la soirée, des manifestants ont bloqué plusieurs endroits d’une autoroute sans que les flics parviennent à les stopper et dopnc de fermer momentanément l’autoroute. Des pierres, bouteilles et feux d’artifices ont été lancés sur les flics, qui ont répliqué par des grenades assourdissantes et lacrymo. La foule s’est ensuite déplacé à travers le centre-ville, une vitre d’une banque Wells Fargo est tombée à Madison. Plusieurs slogans contre la police (« FTP ») ont été peints à la bombe à la Sixième Avenue, Pike Street, Ninth Avenue et Madison Street. 5 personnes ont été interpellées.

seattle1 seattle2

Deux rassemblements ont eu lieu, un à Westlake à 18h et un autre au centre de Seattle à 19h. A 19h30, environ 200 à 300 personnes à Pike and Broadway. Les organisations et partis de gauche ont une fois de plus remplis leur rôle de flics sociaux, tentant de s’interposer entre les flics et celles et ceux qui font le choix de la révolte, tout en étant plus préoccuper à vendre leurs programmes (et donc de réformer l’Etat et sa police).Le récit se termine par « N’hésitez pas à exprimer votre rage à tout moment et n’importe où » Un long résumé de cette soirée du 24 novembre à Seattle est disponible en anglais sur pugetsoundanarchists.

à NYC, les flics reçoivent en pleine tronche la rage de la foule

à NYC, le patron des flics et ses gardes du corps reçoivent en pleine tronche la rage de la foule

Deux manifestants ont été arrêtés à New York. Le premier a été arrêté à Times square après avoir lancé de la peinture rouge sur le chef de la police Bill Bratton et ses gardes du corps lundi soir. La deuxième arrestation a eu lieu sur une rampe d’accès du Triborough bridge (ensemble de trois ponts qui relient des arrondissements de Manhattan, du Queens et du Bronx), où s’étaient rassemblés certains manifestants après minuit. Un homme de 30 ans, non identifié, a lancé une canette vide contre un policier, le blessant légèrement à la tête. L’homme arrêté a également été légèrement blessé. Aucune charge n’avait encore été prononcée contre lui mardi matin, selon la police.

oak1C’est à Oakland (Californie) que la conflictualité avec l’existant a été la plus élevée: plus de 2.000 personnes ont bloqué une autoroute. Plus tard dans la nuit (vers minuit), plusieurs commerces ont été pillés et sacagées, (dont un starbuck sur Ninth Street qui s’est fait chourrave des stocks de grains de café et le magasin Smart & Final qui s’est fait exproprier de la boisson notamment); des poubelles ont été incendiées à travers les rues de Broadway. Au moins deux banques ont été attaquées: celle de la Wells Fargo bank à 12th and Broadway (fenêtres et portes brisées) et une autre de la Comerica bank, située juste en face et qui a du être fermée mardi matin. Les flics ont arrêté 39 personnes pour pillages, refus de se disperser, attaques contre la police.

oak1bis

oak5

oak2

Reformulé de leur presse (US et française)

*Il ne sert à rien d’énumérer la liste des personnes tuées sous les coups de la police, dont nous connaissons qu’une partie infime… celle que le pouvoir est bien contraint d’admettre. On peut aller lire ce texte publié dans lucioles n°15: à propos des slogans comme « vérité et justice », qui reviennent souvent dans les manifs contre les violences policières.

**Et donc de vider en grande partie les rues …Voir la liste des récits de manifs anti-police d’août 2014 et des actions de solidarité avec les révoltés du Missouri: http://www.lechatnoiremeutier.antifa-net.fr/?s=Ferguson

________________________________________________________________________

A Pittsburgh (récit depuis anarchistnews):

Environ 30 personnes se sont rassemblées à Liberty Avenue et Ella à 18 heures dans l’obscurité pendant une marche de solidarité avec Ferguson et contre la police. Ce fut un taux de participation impressionnant pour un événement qui a été appelé durant la journée. Presque tout le monde qui qui est venu était vêtu de noir et le visage bien couvert.

La marche a soudainement commencé lorsqu’une boîte à journaux [de la presse] et une poubelle ont été balancées à travers la rue. Elle a continué à l’est sur liberty ave. prenant une voie de circulation, tout en balançant des débris dans la rue derrière nous. Des cris de « Fuck the police » ont été hurlés et chantés. Une banderole disant « flics, porcs, assassins » a été portée tout le long. Un fumigène a été allumé. La police s’est montrée à quelques rues de la manif avec une camionnette, maintenant une grande distance derrière nous. Il semblait clair qu’ils n’étaient pas intéressés par une confrontation. Les personnes présentes sont restés en bloc ensemble.

Après avoir serpenté à travers les allées, nous sommes retournés à la liberty Ave vers l’ouest en passant par Bloomfield. Juste avant la fin de la marche, un guichet automatique de billets a été brisée. La marche s’est dispersée avec succès dans les rues étroites derrière Liberty et aucune arrestation n’a été faite. La manif a pris fin en moins de 30 minutes et n’est pas entrée en conflit avec d’autres manifestations dans la ville.

Comme une expression collective spontanée de rage, la manif a été un succès, même si avec du recul beaucoup plus de destruction aurait pu être réalisée, en plus le fait de communiquer avec les passants. On espère que les leçons apprises et la confiance acquise ce soir seront utilisées de manière créative dans les prochains jours.

________________________________________________________________________

Une caisse de soutien financier avec les personnes arrêtées lors des émeutes dans le Missouri a été créée. Sinon, la solidarité dans la révolte contre la police, que ce soit à Ferguson comme à Toulouse ou Nantes peut s’exprimer partout par l’action directe (comme c’est le cas depuis un moment en France et en Europe suite à la mort de Rémi et de toutes les personnes assassinées par les flics)… à nous de s’organiser et d’agir contre ce monde de dominations et de mort.

En France, aux Etats-Unis comme partout, guerre à la police et à son monde !