Daily Archives: 2016/02/15

[Publication] Sortie de « Séditions » n°6 – Février 2016

Vous trouverez sur le blog le dernier numéro de ‘Séditions’ de ce mois de février 2016.

Au sommaire:

Dossier: Pour « votre sécurité », qu’ils disent…
– Les riches et l’Etat nous veulent à genoux : soyons leur pire cauchemar
– Leur « sécurité dans les transports » : l’autre nom de la guerre aux pauvres
– A Calais, l’État et ses larbins mènent une guerre acharnée contre les migrants

– La mairie nous fait chantier… Semons le désordre ! (quelques réflexions au sujet de la guerre aux pauvres menée par la mairie)

– A l’assaut du vieux monde (brèves d’agitation à Besançon et ses environs)

Télécharger le n°6 au format PDF

Télécharger le n°6 au format PDF

******

Le journal ‘Séditions” part avec l’idée de renouer avec l’agitation urbaine dans une perspective anarchiste. Il n’a pas vocation à promouvoir une quelconque organisation, qu’elle soit formelle ou informelle, fusse-t-elle anarchiste. Il ne rentre pas non plus dans la démarche qui consiste à créer des alternatives au sein d’un monde qui nous écrase sous son autorité. Nous luttons pour la liberté totale de tous les individus et donc en dehors du champ de la politique: nous ne cherchons pas à rendre ce système de fric et d’autorité plus juste.

La ville change. Promoteurs immobiliers, entreprises du BTP, architectes, mairie, commerçants et associations d’artistes investissent les quartiers dans l’intérêt des riches et de l’Etat. Le besoin se faisait ressentir de mettre au centre des discussions les restructurations de l’Etat et du capitalisme qui, jour après jour, modifient notre environnement, nos lieux de vie et d’errance, nos trajets quotidiens.

Afin que tout ce système d’exploitation et d’oppression soit bien huilé, l’Etat déploie sans cesse plus de moyens – tant technologiques qu’humains – de contrôle et de surveillance sur chacun d’entre nous, tout en cherchant à diviser les exploités et dominés en catégories et à les monter les uns contre les autres (communautarismes religieux, ethniques) pour mieux les souder autour de ses concepts merdiques de nation et de patrie (« Unité Nationale » de l’après-« Charlie » et autres exacerbations patriotiques).

Souffler sur les braises encore chaudes d’attaques qui visent concrètement à se débarrasser de l’autorité du fric et de l’Etat, tel est le projet de ce journal.

[Transmis par mail, 13/02/2016]

[Publication] « Attacke ! » – Nouveau journal anarchiste du nord de l’Allemagne

Attaque ! Portons la révolte dans les têtes, dans les cœurs, dans la rue !

165235

C’est parti ! Assez de ruminations, de doutes, de frustrations ! Ca ne changera rien à toute cette merde, si nous ne prenons pas les choses en main !

Nous nous bougeons tous les jours, mais pourtant nous n’avançons pas. Nous modifions nos vies et restons surveillés au lieu de déchirer le scénario et de faire simplement ce que nous voulons. Ce n’est pas le discours de toutes ces possibilités, de ces chances dont ils nous parlent depuis l’école. Il ne s’agit pas de travail, de carrière, de propriété, de richesses ou de pouvoir. Il ne s’agit pas d’un faux espoir, d’une religion ou d’une quelconque idéologie. Il est question d’entraide, de solidarité, d’amour, de dignité… Il est question de liberté !

Nous nous surprenons nous-mêmes sur la façon dont nous ressentons le monde qui nous entoure, comme quelque chose de catégorique et une loi écrite à jamais, qui ne peut ni être brisée, ni être ébranlée de manière durable.

Et il est clair que faire ce nous voulons ici et maintenant nécessite une quantité de courage et de force. Mais seulement une seconde et une petite étincelle d’auto-détermination de ce qui se trouve devant nous nous donnera un avant-goût de ce que nous ne voulons plus oublier.

Nous ressentons de la honte, lorsque nous évoquons les grandes idées de révolution, parce que nous ne voulons pas être considérés comme des rêveurs confus ou des fous à mille lieux de la réalité. Pourtant, n’est-ce pas de la véritable folie de marcher dans ce système ? Dans ce système qui fonctionne de manière si affirmée par l’exploitation et l’oppression des plus pauvres, qui par le moindre mécanisme invente des identités comme le nationalisme et attribue le rôle de citoyen-ne docile. Mais la folie serait d’organiser sa vie toute entière autour du travail, qui n’a rien à faire de nos vies, mais qui fonctionne pour d’autres, ou plutôt concrètement pour la richesse des autres. La folie, ce serait les endroits et l’environnement dans lesquels nous vivons, de détruire pour l’augmentation perpétuelle des profits. La folie, ce serait de menacer des gens, de torturer, d’enfermer, de tuer, tout ceci sous la légitimité de l’État, en uniforme et armé, pour défendre cet ordre et garantir le maintien de la richesse et du pouvoir de ceux qui nous dominent.

Nous n’aurons pas honte de parler de choses prétendument impossibles et de ne surtout pas agir pour celles-ci selon notre conception d’une vie parfaitement différente. Il ne s’agit pas d’avoir des réponses à tout en permanence, mais de tout remettre en question !

L’anarchie, c’est vivre sans domination, sans autorité !

La subversion est toute activité par laquelle nous voulons provoquer le renversement de ces conditions.

La liberté est ce qui nous fait avancer, ce que nous voulons arracher !
Attaque !

« Die Attacke! » sera disponible à différents endroits dans les rues du nord.

Contact et envoi : attacke[at]riseup.net

[Traduit de l’allemand de linksunten indymedia, ]

[Berlin, Allemagne] Traces de désordre autour de la manif du 6 février

Quelques heures avant le début de la manif du samedi 6 février à ‘Friedrichshain’ en réponse aux attaques policières contre des espaces autogérés (dont le ‘Rigaer94’), 20 à 40 personnes masquées à vélo ont fait un passage-éclair dans une rue du quartier berlinois ‘Schöneberg’ – la Flottwellstraße – où vivent des riches dans des lotissements de luxe à proximité du parc de ‘Gleisdreieck’. Plusieurs portes vitrées des bâtiments ont été pétées, des magasins de bobos se sont faits détruire leurs vitrines, tandis que 28 voitures haute-gamme ont été endommagées, dont au moins 4 ont été entièrement calcinées [Voir une vidéo ici]. Un communiqué explique les raisons de l’attaque: contre les riches, l’embourgeoisement des quartiers…

1-format43 2-format530 168146 -luxuskarren-entglast-und-warm-verschrottet--image--3-_620x349

Biomarket

La manif du 6 février à ‘Friedrichshain’ a été dans l’ensemble plutôt calme, hormis les quelques jets de pierres en direction d’une patrouille de police, d’une banque et de quelques magasins.

Plus tard dans la nuit, près de 80 personnes ont déambulé de manière sauvage et impromptue dans le quartier de « Neukölln »: au milieu des lancés de feux d’artifice, le bureau de ‘Quartiersmanagement’ – situé Hobrechtstraße – a été ravagé à coups de pierres et de bouteilles de peinture. Idem pour le premier véhicule de police arrivé sur les lieux, qui a mangé des pierres. Il n’y a pas eu de blessé ni aucune arrestation », d’apès un porte-parole des flics.

168052 demof

La police a dès maintenant annoncé que la prochaine expulsion aura lieu à la fin du mois de février 2016, ciblant pricipalement le ‘M99’, qui fait partie des espaces anarchistes à Berlin.

Au printemps, les flics annonceront l’expulsion du ‘Friedel54’ à Neukölln. En attendant, il semble que les coups répressifs à Berlin coûtent très cher aux riches et au pouvoir. La promesse du million d’euros de dégâts pour chaque attaque policière contre les  »Hausprojekte » n’est certainement qu’à son début…

Plus d’infos au sujet des récentes attaques policières contre les ‘Hausprojekte’ de Berlin début janvier 2016, ainsi qu’un petit aperçu des attaques et actions de solidarité face à l’occupation policière et la répression.

[Publication] Texte de Panagiotis Argirou à propos du procès des 250 attaques de la CCF / FAI-FRI (Grèce)

« TOUJOURS COUPABLE »

Les procès des Anarchistes ayant choisi une forme violente pour leurs idées et valeurs, qui choisissent d’associer avec le feu, les explosifs, et les balles leur haine envers le Pouvoir, sont un nouvel exemple de guerre entre la révolte anarchiste et le monde de la souveraineté. Voilà pourquoi, pour atteindre la fin d’un tel procès, le troisième d’affilée auquel je dois faire face en raison de mon action en tant que membre du groupe anarchiste d’action directe la Conspiration des Cellules de Feu, je ressens le besoin des mots pour répondre à nouveau à tous les camarades anarchistes en dehors des murs.

Depuis Septembre 2009, quand j’ai fais le saut vers la liberté illégale tout en étant recherché, en choisissant de poursuivre l’action anarchiste en prenant part à la Conspiration des Cellules de Feu jusqu’à maintenant, c’était il y a 6 ans. Six ans, dont cinq à courir à travers le temps concret, l’espace et la réalité suffocante de la captivité. Environ 1825 jours à marcher des kilomètres en cercle sous un morceau de ciel sculpté de fil de fer barbelé. Environ 1825 jours verrouillé avant le coucher du soleil.

Cinq ans absent des errances dans les rues sauvages de l’action anarchiste, absent de ces beaux moments ou l’attaque brise la régularité. Cinq ans où l’apparition des camarades, des amis et des amours se reflètent dans les fenêtres de visites à heure et jour prédéterminé, complétant un puzzle de portraits fanés de tant de personnes qui ont une raison vitale de franchir le seuil de la prison en espérant « parfois à nouveau ensemble ».

Pourtant, dans ces cinq années, il n’a pas eu un seul moment où j’ai regardé en arrière et douté que ça valait la peine. Parce que la valeur et la beauté de la révolte anarchiste ne peuvent pas être remplacées par la froide mathématique d’une cour de justice.

Malgré les cinq années de persécutions continues, les dizaines d’année de condamnation qui me sont imposés, les tribunaux qui rajoutent encore des dizaines d’années, toujours plus d’années, toujours plus de jours d’isolement dans ce Neverland blindé, je reste fier de mes choix, d’avoir rejoins la Conspiration des Cellules de Feu et de l’ensemble de ses  actions. Nous subissons vos procès encore et encore, toujours sous le joug des mêmes accusations: 

Terroriste, terroriste, terroriste …

AINSI, C’EST AINSI LA BONNE MANIERE DE PENSER…

Pour votre civilisation pourrie
Pour les idéaux  empoisonnées et les valeurs que vous représentez
Pour la brutalité et l’horreur sur laquelle vous construisez vos carrières

JE SERAIS TOUJOURS UN TERRORISTE

Parce que bien qu’étant captif, mon cœur est partout ou des conspirations anarchistes sont concoctés contre la culture du pouvoir, aux côtés de ceux qui brûlent la monotonie, aux côtés de ceux qui incitent de quelque façon que ce soit à l’insurrection anarchiste constante et aux côtés de ceux qui repoussent leurs limites à travers les attaques contre la souveraineté et pour cette raison

JE SERAIS TOUJOURS COUPABLE !

Quant à l’action globale de la Conspiration des Cellules de Feu, j’en suis une partie vivante tout comme elle fait partie de ma vie. Toutefois, cela ne concerne que moi et mes camarades et en aucun cas je suis prêt à aider les autorités judiciaires dans leur travail. Mais tous les juges ayant activement  aidé dans la guerre contre l’insurrection anarchiste doivent garder à l’esprit que leurs responsabilités ne disparaitront jamais et seront toujours à leur trousse.

Et je sais de l’histoire que toujours au fil des ans il y a des consciences qui choisissent de marcher dans les pas de la révolte anarchiste et d’armer leurs désirs. Pour tous les camarades qui sont peut-être déjà en marche dans l’ombre ou peut-être le seront à l’avenir, je dois dire que si j’ai occasionnellement ressenti quelques moments de liberté, c’est à travers les attaques anarchistes qui me rappellent que la rébellion constante continue.

Alors je suis fier que même maintenant, après cinq ans de captivité et bien plus d’années à venir qui pèsent sur moi, je peux encore crier à travers les fissures de vos murs renforcés par des doubles couches de béton et des triples rangées barbelés.

PAS UN MILLIMÈTRE EN ARRIERE.
9MM DANS LA TÊTE DES JUGES.

Panagiotis Argirou
Fier membre de la Conspiration des cellules de feu – FAI / FRI

[Traduction de 325 reçue par mail]