Daily Archives: 2015/07/07

[Thuin, Belgique] Les citoyens-artistes avaient « envie d’amener l’art et la culture en ville »… mais ça c’était avant !

Thuin*: des œuvres du parcours Fluide déjà dégradées

C’est la consternation au sein de l’organisation de Fluide à Thuin. À peine inaugurées, certaines œuvres de ce parcours d’arts actuels ont déjà été vandalisées. Des tags pour certaines, des vols pour d’autres… Allant même jusqu’à la destruction. Qui et pourquoi ? La question reste pour l’instant sans réponse. Une plainte a en tout cas été déposée à la police.

le tricot urbain brûle...

le tricot urbain brûlé…

«  L’œuvre Tricot Urbain qui a été faite avec des citoyens a été brûlée la nuit juste après son installation  », indique Pascal Marlier, directeur du centre culturel de Thuin, «  Nous avions envie d’amener l’art et la culture en ville. C’est une réflexion de près de 18 mois et ces dégradations… C’est de l’irrespect du travail des artistes. Ce sont des citoyens, des personnes du Gai Séjour, des membres de l’ASBL Vivéo qui ont pris de leur temps.  »

Le Tricot Urbain, qui se trouvait au Chants des Oiseaux n’est malheureusement pas le seul à avoir connu de telles dégradations.

Leur presse citoyenne – lanouvellegazette.be, 23 juin 2015

NdCNE:

*Situé à 20 km à l’ouest-sud de Charleroi.

[Angers] Les mesures de ‘Keolis’ contre les fraudeurs

Tram : des contrôleurs munis de caméra

tram-des-controleurs-munis-de-cameraD’après Keolis, le transporteur angevin, la caméra portée sur la poitrine du contrôleur calme illico le fraudeur qui s’énerve.

L’initiative

C’est, paraît-il, une arme de dissuasion très efficace. « Depuis que ce système est testé à Lyon et à Rillieux-la-Pape, on a noté zéro incivilité, rapporte, enthousiaste, Christophe Reineri, directeur général de Keolis qui gère le réseau des transports publics d’Angers Loire métropole. Le fait de déclencher la caméra calme immédiatement le fraudeur qui commence à s’énerver. »

Un peu cet été, et surtout à la rentrée, des contrôleurs de Keolis vont porter une caméra de type GoPro sur la poitrine. Et dès qu’ils seront face à un fraudeur sans titre de transport qui hausse le ton et devient menaçant, ils le préviendront de la mise en route de la caméra. « Une dizaine de vérificateurs [sur la quarantaine que compte l’entreprise] sont volontaires pour en porter », précise Christophe Reineri.

Ce nouveau dispositif a reçu l’aval des élus du comité d’entreprise ainsi que du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). « Le dispositif est sécurisé et seul un agent peut récupérer la carte mémoire et les visionner », assure le directeur général. En cas d’agression, les images pourront être utilisées, sur réquisitions du procureur, par les forces de police.

Toujours dans une démarche de prévention, des contrôleurs parmi la quarantaine que compte l’entreprise, seront en habits civils. Outre l’effet de surprise, pour attraper plus facilement le fraudeur, il y a aussi une dimension psychologique. « Nous pensons que la vision de trois agents en uniforme peut être source d’énervement. L’habit civil est plus soft », pense Christophe Reineri. Les agents de vérification disposeront en plus d’un terminal bancaire permettant d’encaisser aussitôt l’amende…

Leur presse – ouestfrance, 1er juillet 2015

[Mexique] Harcèlement policier envers des compagnon-nes de la Croix Noire Anarchiste

Au cours des dernières années, nous avons vu l’escalade de la répression s’intensifier à l’encontre du mouvement libertaire et anarchiste par les stratégies utilisées ici à Mexico: en fixant des cautions très élevées et en appliquant le même paquet d’accusations, toujours aggravées, sans donner trop d’importance à la situation spécifique, mais plutôt à ce que l’Etat dicte. Persécution et désignations médiatiques comme éléments fondamentaux des coups montés: noter les noms des groupes (existants ou non) de gens, des lieux, établir des relations qui n’existent pas vraiment, comparer chacun et tout le monde d’un point de vue vertical, en essayant d’établir un leadership, montrer en effet une profonde ignorance et/ou un profond mépris pour les idées anarchistes qui ont rien à voir avec cette logique hiérarchique.

D’autre part, il y a l’intention du gouvernement fédéral de qualifier l’anarchisme ou la « conduite anarchiste » sous la classification juridique de terrorisme, d’appliquer de lourdes accusations et d’opérer avec des paramètres de sécurité maximale pour les retirer plus tard avec l’argument qu’il n’y a pas de preuves suffisantes tout en laissant la menace ouverteque « les enquêtes continuent ». Des enquêtes absurdes, remplies de références arbitraires aux groupes et individus de différents milieux.

Tout ceci va de pair avec la surveillance policière et la surveillance de certains individus dans la tentative de les intimider, aussi bien que des provocations à l’encontre de certains espaces autonomes.

Encadrés par cette stratégie, et aussi comme beaucoup d’autres compagnons, groupes et collectifs, le nom de la Croix Noire Anarchiste de Mexico est ressorti des notes, des « investigations » et déclarations de politiciens et de policiers.

Nous considérons qu’il est important de rendre public que, durant les dernières semaines, des individus qui semblent faire partie du service « investigation » de la police de la ville de Mexico se sont montrés à l’extérieur de certaines de nos maisons et lieux de travail, menaçant nos voisins et nos membres de familles et arguant qu’ils effectuent un travail de sécurité et de surveillance.

Au-delà d’appeler à mettre fin à cete persécution, nous faisons ce rapport public comme un appel à se réveiller: nous savons que la répression est intrinsèque à l’Etat que nous avons déclaré comme notre ennemi. Nous savons que ses prisons et sa police sont à la base de son pouvoir et de sa domination. Et nous savons que notre travail autour de la pensée anti-carcérale, de soutien et d’accompagnement des compagnons incarcérés est en contradiction directe avec ce pouvoir et cette domination.

Mais nous savons aussi que la solidarité entre anarchistes n’est pas seulement des mots sur le papier !

Dans ce contexte, nous demandons aux individus, collectifs et groupes d’affinité et aux compagnons avec qui nous avons travaillé ces dernières années d’être attentifs et de continuer à fournir la même solidarité que nous avons reçu jusqu’à présent.

A bas les murs des prisons !

Liberté pour tous !

Traduit de l’espagnol/anglais de contrainfo, 16 juin 2015

****************************************************************************************************************************

Indianapolis, USA: action de solidarité devant le consulat mexicain

Le 3 juillet 2015, il y a eu une manifestation de solidarité contre la répression à Mexico, organisée à l’extérieur du consulat mexicain à Indianapolis. Un tract a été distribué.

mex.consulate

Dans ce tract sont mentionnés entre autre:

[Grèce] Contre SYRIZA et son monde – Contre toute autorité

Depuis les élections législatives du 25 janvier 2015, Syriza est le premier parti au Parlement grec avec 149 députés sur 300. Aléxis Tsípras est donc nommé Premier ministre du pays le lendemain. Syriza trouve ses origines dans une coalition de partis de gauche et d’extrême gauche fondée en 2004. Celle-ci comprenait un large spectre de formations politiques (treize au total) et de politiciens indépendants, comme des communistes pro-européens (eurocommunisme), des écologistes, des socialistes et des eurosceptiques. Aléxis Tsípras, ancien président de Synaspismós, le mouvement le plus important de la coalition, en est le président depuis 2009. Transformée en parti en 2013, Syriza prend donc le pouvoir en Grèce.

Certainement plus radicalement social-démocrate que la plupart des partis d’extrême-gauche d’Europe, les louanges du parti ont même séduit quelques radicaux, en Grèce comme ailleurs, au grand désespoir de l’anti-électoralisme et de l’anti-parlementarisme séculaire des mouvements révolutionnaires et anarchistes. Dans cette chronologie, on constatera que le consensus n’est pas toujours respecté, encore heureux. Par exemple, lors de la récente lutte des prisonniers révolutionnaires en grève de la faim pour l’abolition des prisons de Type C [1], Syriza a été attaqué à de nombreuses reprises. Voici quelques éclats divers :

• 24-25 janvier – Petrálona (quartier d’Athènes) : Quelques jours avant les élections, de nombreuses banderoles et publicités de partis politiques ont été détruites ou taguées. Des tags sont tracés sur les murs du quartier, un local de Syriza et un bureau de vote. Une banderole anti-électorale est également déployée.

• 26 février – Athènes : Des émeutes éclatent à la sortie de l’école polytechnique, au cœur du quartier à forte implantation anarchiste historique et actuelle, Exarchia, à Athènes. Les manifestants lancent des pierres et des cocktails molotov, plusieurs voitures ont été brûlées. Pour la première fois depuis l’arrivée au pouvoir de Syriza, les flics ont utilisé des lacrymos, répondant aux pressions de la droite pour réprimer les « forces obscures de l’anomie ».

• 8 mars – Athènes : Occupation du quartier général de Syriza, banderoles déployées et tracts jetés par les fenêtres en solidarité avec les prisonniers révolutionnaires en grève de la faim.

• 23 mars – Athènes : Incendie des locaux de Syriza à Patisia, en solidarité avec les prisonniers révolutionnaires en grève de la faim, et le jour du premier déploiement de la police de proximité. Les locaux sont dévastés (revendiqué par « Patrouille nihiliste – Incendiaires de proximité »).

• 23 mars – Athènes : Occupation de la radio « Kokkino 105.5 », porte-voix de Syriza. Les ondes sont piratées pour diffuser des messages de solidarité avec les prisonniers révolutionnaires en grève de la faim.

• 30 mars – Chaniá (Crète) : Un engin incendiaire est placé contre le local de Syriza, le communiqué appelle « les anarchistes de praxis à entrer en conflit total avec l’autorité de gauche ».

• 2 avril – Éleusis (à 20 kilomètres d’Athènes dans l’Attique) : Les locaux de Syriza sont caillassés et les vitres défoncées par un groupe d’anarchistes en solidarité avec les prisonniers anarchistes en grève de la faim.

• 2-3 avril – Athènes : En solidarité avec les prisonniers anarchistes en grève de la faim, un distributeur de billet est incendié le 2 avril. Le lendemain les vitres d’un supermarché « Bazaar » (qui fournit la prison de Korydallos) sont détruites et de la peinture est projetée contre la façade, cinquante mètres plus loin, c’est un local de Syriza qui subit le même sort (revendiqué par « Rues sombres »)

• 3 avril – Athènes : Un engin incendiaire est placé, après avoir brisé une vitre, dans les locaux de Syriza à Exarchia en solidarité avec les prisonniers révolutionnaires en grève de la faim (revendiqué par « Compagnons pour l’internationale noire »).

• 6 avril – Ioannina : Attaques à la peinture contre la façade et slogans écrits à l’intérieur du bâtiment qui abrite les bureaux du parti et des députés de Syriza en solidarité avec les prisonniers révolutionnaires en grève de la faim (revendiqué par « Anarchistes » [féminin/masculin]).

• 8 avril – Athènes : Un engin incendiaire est balancé contre un local des jeunes de Syriza à Kessariani, à proximité du poste de police. Le communiqué fustige tous ceux qui du Pasok hier à Syriza aujourd’hui n’ont cessé de trouver des justifications toujours plus foireuses pour voter (revendiqué par la « FAI – Cellule Solidarité et Vengeance »).

• Juin – Athènes : Attaque incendiaire des locaux de Syriza à Kypseli, et d’un véhicule diplomatique à Ano Pefki, en solidarité avec Nikos Romanos (qui a vu ses permissions scolaires refusées) et Evi Statiri, compagne incarcérée de Gerasimos Tsakalos de la Conspiration des Cellules de Feu (revendiqué par la « FAI-FRI – Anarchie Combative »).


Extrait d’un Quatre-page de la bibliothèque anarchiste La Discordia à l’occasion d’une discussion publique à Paris, le Dimanche 12 juillet 2015 à 19h : « Grèce : réformisme ou anarchie ? ».

 sans_titre-3-2-5d5f0

Note:

[1] On pourra consulter sur le sujet, « Toutes les valeurs de cette société sont des prisons de haute sécurité ». Recueil de textes et communiqués a propos de la lutte contre les prisons de type C en Grèce – 68 pages – février-avril 2015 – Ravage Éditions (disponible à La Discordia).

[Publié sur non-fides]