Tag Archives: pas de balances dans nos milieux !

[Espagne] « L’Opération Buyo » est moins obscure que ce qu’elle ne paraît

Après avoir été informés aujourd’hui de la clôture du « Secreto de Sumario”, nous informons ceux qui veulent nous entendre à propos du fait que Maria Otero, la femme qui était considérée à tort comme une compagnonne anarchiste et qui a balancé Gabriel Pombo da Silva, en l’accusant de disposer d’une planque avec des armes à feu, ne s’est pas « limitée » à mentir… mais elle est actuellement une collaboratrice de justice officielle. Elle a assumé ce rôle du fait de l’impossibilité de trouver des issues de sortie par d’autres méthodes.

Continue reading

[Italie] Délation et répression : Considérations sur les faits de Lecce

Aux frontières de la réalité

Après avoir lu le communiqué publié par les compagnons de Lecce, nous avons ressenti le besoin de nous informer davantage sur ce qu’il s’est passé. Parler de délation est une chose grave, qui doit être approfondie. Ce que nous allons décrire est une tentative d’éclaircir ce qu’il s’est passé. Il faut parler du fait que, même sans la vile intention de balancer, ça ne change rien.

Quelques jours après une rixe qui a eu lieu à Lecce le 3 août 2016, un antifa de la ville est emmené en commissariat soi-disant pour qu’on lui délivre un papier. En réalité, il est interrogé en tant que témoin, sans le droit à l’assistance de son avocat lors de interrogatoire.
L’interrogatoire dure environ 7 heures et on ne sait pas exactement ce qui est dit, ni ce qui y est affirmé précisément.

Ce qui est malheureusement sûr, c’est que, dans le procès verbal rédigé par les flics, il y a une description détaillée des déplacements du mec interrogé, des moments qui ont précédé la rixe, les prénoms, les noms et même les surnoms de certains compagnons, ainsi que des fachos qui sont impliqués (selon le dossier) dans ces faits.

Continue reading

[Belgique] Face aux flics, « Rien à déclarer » encore et toujours !

A Namur aussi la police cherche des mouchards !

En avril 2015, à Namur, une compagnonne a été approché par des flics en civil bien connu de la région. Les deux flics « politiques » de la capitale wallonne, Jean Luc Ista et Sergio Bizotto . Vu qu’elle fréquente de loin une bande de squatteurs, ils lui ont demandé si elle pouvait être leur taupes au sein du groupe dont certains se revendiquent anarchistes. Les larbins de l’état repartirent bredouille, elle les envoya bien boulé comme il se doit. On a rien à déclarer aux keufs hormis qu’on les déteste.

Plus tard, en juin, les larbins firent encore plus fort ! Un autre pote du groupe en question fit un accident de la route.. A l’hôpital quelle fut sa surprise de voir débarquer quatre flics ! Et de nouveau ils veulent des informations sur des personnes du groupe. Évidemment comme avant, il n’y a aucun procès-verbal des interrogatoires. Cela ne nous étonne plus, ceux qui font respecter les lois de l’ordre marchand sont en pratique bien au dessus d’elle. Le camarade allité, sous perfusion et toujours en état de choc envoya au diable les bidasses.

Donc on sait maintenant de quoi ils sont capables.. Ils n’hésitent pas à questionner nos potes, même lointain et même lorsque l’interrogatoire pourrait s’assimiler à de la torture selon leurs lois.
On a bien sur peur que quelqu’un ait flippé et accepte de faire la poukave mais sans nous paralyser ça nous renforce dans notre « culture de la sécurité » [sic] (titre d’une excellente brochure d’ailleurs). On essaye de faire bien gaffe à ce qu’on dit et on bannit nos téléphones portables de nos discussions sensibles, entre guillemets. C’est limite si on va pas en parler nu dans la forêt !

En tant qu’ennemi de la propriété privée, on sait que la police cherchera toujours à nous ficher, nous réprimer, nous contrôler, voir parfois nous torturer. C’est sa fonction et les sbires de l’état sont prêts à tout pour arriver à leurs fins. Et quelques soit leurs méthodes, les bourgeois n’hésiteront pas à fermer les yeux si ça peut maintenir leurs intérêts. Pour cela les flics disposent d’une large impunité et la lutte contre le terrorisme n’est qu’un prétexte pour attaquer plus facilement encore ceux qui ne veulent pas rentrer dans le rang, qu’ils luttent contre la maxi-prison* ou qu’ils revendiquent l’occupation de maisons vides.

FACE AUX KEUFS, ENCORE ET TOUJOURS « RIEN A DECLARER » ! PAS DE DISCUSSION POSSIBLE AVEC LES ENNEMIS DE LA LIBERTE !

* Pour rappel la sureté de l’état a retenté d’approcher des compagnons luttant contre la maxi-prison à Bruxelles en septembre 2015 [Reproduit ci-dessous].

[Publié sur indymedia bruxelles, 02 décembre 2015]

**********************************************************************

Rebelote : la Sûreté d’Etat à la recherche de mouchards

Et rebelote. De nouveau, au moins une personne a été approchée par la Sûreté d’État afin de la recruter comme indicateur. Cette fois-ci, les renseignements recherchés par les voies perfides de la délation portent sur la lutte en cours contre la construction de la maxi-prison.

Et rebelote, c’est les deux cartes de l’intimidation et du chantage dont se servent les chiens de garde de l’ordre établi afin de tenter de recruter des collaborateurs. Se présentant d’abord de façon plus au moins neutre, l’agent de la Sûreté passe très vite a une vitesse supérieure. Intimider et faire pression en prétendant qu’« on sait tout sur toi », mettre en avant la distinction entre braves citoyens qui contestent un projet de l’État et éléments criminels qu’il faudrait identifier et éliminer, chantage par rapport au travail, menaces contre la famille,… Une triste série d’« argumentations » dont ne peuvent se servir que les adorateurs de l’autorité, et dont l’infamie ne semble pas connaître de limites. Mais soulignons-le : cette quête de mouchards n’est qu’un aspect de la répression étatique. Filatures, observations, dispositifs de vidéosurveillance devant des endroits liés à la lutte, perquisitions (officielles et en cachette), appareils d’écoute installés à l’intérieur des domiciles,… la police et les services de renseignements utilisent tous les méthodes imaginables pour tenter freiner les luttes.

Et rebelote, nous souhaitons souligner l’importance de parler de tels agissements de la Sûreté ou d’autres forces répressives. Si eux ils cherchent à faire croire aux gens qu’ils se retrouvent seuls, coincés, avec le dos contre le mur, à nous de briser cela. Pour protéger ses menées obscures et les rendre efficaces, la Sûreté dira d’ailleurs toujours que c’est interdit de parler de tels approches.

Et rebelote, on ne le répétera jamais assez : soutenons-nous les uns les autres via une attitude d’insoumission et de non-collaboration face à la justice, à ses limiers et à ses amis-journaleux. Il n’y a rien à leur dire, il n’y a rien à discuter avec eux. Ils sont passés maîtres dans l’art d’utiliser et d’abuser tout ce que tu dis à des fins répressives. Il est important de faire gaffe à ce que personne ne se retrouve seul face à une horde de ces chiens de garde, face à d’éventuels chantages et menaces, face à l’intimidation judiciaire. Continuer à prendre nous-mêmes l’initiative ; continuer à déterminer nous-mêmes ce dont nous voulons discuter et comment nous voulons lutter, aussi en des périodes de menace répressive plus intense, est la réponse la plus forte que nous puissions donner. Il n’y a pas à rechercher ou à accepter le dialogue avec le Pouvoir et ses sbires ; le mutisme des rebelles face au pouvoir et le fait de maintenir ouvert ou conquérir l’espace de discussion libre avec d’autres révoltés et mécontents sont certainement des lignes de défense très fortes.

Septembre 2015

[Publié sur indymedia bruxelles, 8 octobre 2015]

[Italie] Antifascisme, dissociation, répression et solidarité incendiaire

Bologne (Italie) : incendie solidaire d’une voiture de police

imagesBologne – Il y a la signature anarchiste, ou au moins des milieux antagonistes, derrière l’attaque incendiaire qui a détruit la nuit de jeudi à vendredi une voiture de patrouille de la police garée près de l’hôpital Sant’Orsola, face à l’entrée piétonnière des urgences.

Près de la voiture sérigraphiée (une Fiat Stilo), utilisée par les agents du poste de police de l’hôpital, a en effet été retrouvé un tract avec des phrases contre la police, faisant référence à trois incarcérations survenues fin août à Parme et Modène : il s’agit des auteurs présumés d’un incendie volontaire de 2014 contre la résidence de campagne d’un élu de CasaPound [groupe d’extrême droite] située à Pellegrino Parmense. C’est un médecin de garde qui a donné l’alerte : à ce qu’il semble, l’incendie a été allumé avec du liquide inflammable placé près une roue qui s’est ensuite enflammée.

… L’incendie de la voiture de police « est un fait très grave accompli contre les institutions », selon le procureur-adjoint Valter Giovannini, coordinateur du groupe « terrorisme et ordre public » du parquet. « Tout effort sera effectué pour identifier les auteurs qui seront poursuivis avec détermination et sévérité » a-t-il ajouté. Près de la Fiat Stilo brûlée, bloqué par une pierre, a été retrouvé une feuille écrite à l’ordinateur. « Frapper les fascistes et ceux qui les protègent. Liberté pour Andrea, Pippo et Tommy. Flics assassins, pas de trêve contre vous. » Le message fait référence à trois activistes de centres sociaux, deux de Modène et un de Parme, arrêtés et incarcérés fin août [cf. fin d’article] suite à un incendie d’une maison appartenant à un élu de CasaPound en 2014 dans la région de Parme.

[Traduit de l’italien du Corriere di Bologna, « Volante in fiamme al Sant’Orsola C’è la firma anarchica« , 11 settembre 2015 par cette semaine]

*************************************************************************************************************

Antifascisme, dissociation et répression

NdNF : Leurs grand-frères de Turin voudraient nous enseigner que « le sabotage est une chose sérieuse ». Voilà que, face à une attaque revendiquée en solidarité avec l’un d’eux, les autonomes du Dordoni nous disent que « l’Antifascisme est une question très sérieuse » et que ça n’a rien à voir avec le fait de s’en prendre à un relais téléphonique, une structure qui répand ses nuisances et permet à cette société de bien fonctionner.

De toutes ces sommations au sérieux nous retenons le fond : pour ces politiciens de l’Autonomie, tour-à-tour No-TAV ou antifas, toutes les excuses sont bonnes pour se dissocier de l’action directe.

Notre solidarité va, bien entendu, aux trois compagnons sous le couperet de la justice, notre sympathie va à tous.tes les anonymes « non-sérieux.ses » qui allument des feux contre ce monde de domination, dont le fascisme n’est qu’une toute petite partie.

Cremona : attaque solidaire et dissociation

Les journaux locaux rapportent que dans la nuit du 19 au 20 août, un relais de téléphone mobile a été incendié en solidarité avec Emilio [1], un camarade grièvement blessé par des fascistes de Casapound, puis frappé par la répression suite à cet affrontement. Sur le bitume, devant le relais, le tag suivant a été laissé : « Vendetta pour Emilio ».

Les militants du CSA (Centre Social Occupé) Dordoni ont immédiatement pris leurs distances avec l’attaque, en déclarant : « Nous apprenons par les journaux locaux que près du relais de téléphonie mobile incendié via Castelverde est apparu le tag « Vendetta pour Emilio ». Nous ne sommes pas flics, nous ne pointons pas du doigt et nous ne tirons pas de conclusions rapides. Répétons, s’il en était encore besoin, que l’Antifascisme est une question très sérieuse qui mérite d’être affrontée sans atermoiements. L’incendie d’un relais de téléphones ne nous semble pas aller dans cette direction ».

Au petit matin du 20 juin, c’est la voiture de Gianluca Galli, responsable de Casapound pour la ville de Cremona, qui avait été incendiée et complètement détruite.

[Traduit de l’italien depuis Informa-Azione par Cette Semaine (légèrement revu).]

6-46 1-208 cremona1-cb638 sabotaggio

Modene et Parme : répression

Au petit matin du 27 août, deux compagnons de Modene et un de Parme ont été perquisitionnés par les ROS [i] de Parme et ensuite placés aux arrestations domiciliaires. Ils sont accusés de l’incendie, en avril 2014, d’une habitation dans la région de Parme, où des proches de Casapound avaient organisé un événement appelé « The Revolution Party« .

Les chefs d’accusations sont « incendie, violation de domicile, port d’arme de guerre et port d’objets pouvant être utilisés comme armes ».

Ça nous intéresse pas de savoir qui l’a fait, mais le fait que des locaux fascistes partent en fumée ne peut que nous réjouir !

Liberté pour Andrea, Tommi et Pippo !
Liberté pour tous.tes !

Compagnon.ne.s solidaires.

[Traduit de l’italien par nos soins d’Informa-Azione.]

Repris de non-fides.fr

[Hambourg, Allemagne] Nouveau cas de flic infiltrée à la ‘Rote Flora’

Une flic infiltrée dans le milieu autonome d’Hambourg vient d’être mise à nue

1076837282.thumbnailC’est loin d’être une première… On apprend par un communiqué du 26 août 2015, qu’une agent de police s’est infiltrée dans le milieu autonome et de la ‘Rote Flora’ entre 2009 et 2012. La flic infiltrée, Maria Böhmlichen, a cotoyé durant cette période les militant-es anti-capitalistes/anarchistes et s’est immergée dans leurs espaces privés. Sous le nom de « Maria Block », elle a participé à plusieurs mobilisations internationales de ces dernières années, comme lors des manifestations contre la conférence de l’ONU sur le climat à Copenhague (Danemark) en 2009, lors des camps ‘No Border’ sur l’île de Lesbos (Grèce) en 2009 et à Bruxelles (Belgique) en 2010.

Outre le fait d’avoir créé des liens « d’amitié » et d’avoir eu au moins une relation sexuelle au sein du milieu, elle a pu accéder aux espaces privés des militant-es et s’infiltrer dans l’organisation et la réalisation d’actions directes (relevant du pénal). Elle a également participé activement à des conférences, manifestations et événements en ce qui concerne l’antifascisme et l’antiracisme, ainsi qu’à des luttes anti-nucléaires et écologistes.

Ce nouveau cas de flic infiltré arrive moins d’un an après que des compagnon-nes aient démasqué l’infiltration de la flic Iris Plate fin décembre 2014 dans le milieu autonome d’Hambourg. Celle-ci s’était immergée pendant six ans, entre 2000 et 2006, sous le blaze d’Iris Schneider. C’est donc la deuxième cas de barbouzerie sous la direction du sénateur à l’intérieur Neumann, du parti social-démocrate (SPD).

Le dossier intégral sur la barbouze à consulter en allemand au format PDF

Le dossier intégral sur la barbouze à consulter en allemand (au format PDF)

enttarnungen.blackblogs.org