Tag Archives: Namur

[Namur, Belgique] Rassemblement de solidarité devant la prison pour le nouvel an

Rassemblement de solidarité devant la prison de Namur le 31.12

CrèveLaTauleDans la soirée du du 31, un groupe de personnes a manifesté devant la prison de Namur sa solidarité envers tous les incarcérés. Des phrases telles « maton bourreau » ou « Feux aux prisons » ont été inscrites sur les murs de la taule. Des feux d’artifices ainsi que des fumigènes ont été tirés, ce qui ne manqua pas de faire réagir les détenus, réchauffant les cœurs des participants. Ces derniers ont également gueulé leurs soifs de liberté en criant des phrases comme « Briques par briques, murs par murs.. détruisons toute les prisons ! »

Parce qu’une société qui a besoin d’enfermer est elle même un prison,

Parce que les murs carcéraux n’existent que pour que ceux qui n’y soient pas confinés se croient libres,

Brisons l’enfer carcéral !

[Publié sur indymedia bruxelles, 4 janvier 2016]

[Belgique] Face aux flics, « Rien à déclarer » encore et toujours !

A Namur aussi la police cherche des mouchards !

En avril 2015, à Namur, une compagnonne a été approché par des flics en civil bien connu de la région. Les deux flics « politiques » de la capitale wallonne, Jean Luc Ista et Sergio Bizotto . Vu qu’elle fréquente de loin une bande de squatteurs, ils lui ont demandé si elle pouvait être leur taupes au sein du groupe dont certains se revendiquent anarchistes. Les larbins de l’état repartirent bredouille, elle les envoya bien boulé comme il se doit. On a rien à déclarer aux keufs hormis qu’on les déteste.

Plus tard, en juin, les larbins firent encore plus fort ! Un autre pote du groupe en question fit un accident de la route.. A l’hôpital quelle fut sa surprise de voir débarquer quatre flics ! Et de nouveau ils veulent des informations sur des personnes du groupe. Évidemment comme avant, il n’y a aucun procès-verbal des interrogatoires. Cela ne nous étonne plus, ceux qui font respecter les lois de l’ordre marchand sont en pratique bien au dessus d’elle. Le camarade allité, sous perfusion et toujours en état de choc envoya au diable les bidasses.

Donc on sait maintenant de quoi ils sont capables.. Ils n’hésitent pas à questionner nos potes, même lointain et même lorsque l’interrogatoire pourrait s’assimiler à de la torture selon leurs lois.
On a bien sur peur que quelqu’un ait flippé et accepte de faire la poukave mais sans nous paralyser ça nous renforce dans notre « culture de la sécurité » [sic] (titre d’une excellente brochure d’ailleurs). On essaye de faire bien gaffe à ce qu’on dit et on bannit nos téléphones portables de nos discussions sensibles, entre guillemets. C’est limite si on va pas en parler nu dans la forêt !

En tant qu’ennemi de la propriété privée, on sait que la police cherchera toujours à nous ficher, nous réprimer, nous contrôler, voir parfois nous torturer. C’est sa fonction et les sbires de l’état sont prêts à tout pour arriver à leurs fins. Et quelques soit leurs méthodes, les bourgeois n’hésiteront pas à fermer les yeux si ça peut maintenir leurs intérêts. Pour cela les flics disposent d’une large impunité et la lutte contre le terrorisme n’est qu’un prétexte pour attaquer plus facilement encore ceux qui ne veulent pas rentrer dans le rang, qu’ils luttent contre la maxi-prison* ou qu’ils revendiquent l’occupation de maisons vides.

FACE AUX KEUFS, ENCORE ET TOUJOURS « RIEN A DECLARER » ! PAS DE DISCUSSION POSSIBLE AVEC LES ENNEMIS DE LA LIBERTE !

* Pour rappel la sureté de l’état a retenté d’approcher des compagnons luttant contre la maxi-prison à Bruxelles en septembre 2015 [Reproduit ci-dessous].

[Publié sur indymedia bruxelles, 02 décembre 2015]

**********************************************************************

Rebelote : la Sûreté d’Etat à la recherche de mouchards

Et rebelote. De nouveau, au moins une personne a été approchée par la Sûreté d’État afin de la recruter comme indicateur. Cette fois-ci, les renseignements recherchés par les voies perfides de la délation portent sur la lutte en cours contre la construction de la maxi-prison.

Et rebelote, c’est les deux cartes de l’intimidation et du chantage dont se servent les chiens de garde de l’ordre établi afin de tenter de recruter des collaborateurs. Se présentant d’abord de façon plus au moins neutre, l’agent de la Sûreté passe très vite a une vitesse supérieure. Intimider et faire pression en prétendant qu’« on sait tout sur toi », mettre en avant la distinction entre braves citoyens qui contestent un projet de l’État et éléments criminels qu’il faudrait identifier et éliminer, chantage par rapport au travail, menaces contre la famille,… Une triste série d’« argumentations » dont ne peuvent se servir que les adorateurs de l’autorité, et dont l’infamie ne semble pas connaître de limites. Mais soulignons-le : cette quête de mouchards n’est qu’un aspect de la répression étatique. Filatures, observations, dispositifs de vidéosurveillance devant des endroits liés à la lutte, perquisitions (officielles et en cachette), appareils d’écoute installés à l’intérieur des domiciles,… la police et les services de renseignements utilisent tous les méthodes imaginables pour tenter freiner les luttes.

Et rebelote, nous souhaitons souligner l’importance de parler de tels agissements de la Sûreté ou d’autres forces répressives. Si eux ils cherchent à faire croire aux gens qu’ils se retrouvent seuls, coincés, avec le dos contre le mur, à nous de briser cela. Pour protéger ses menées obscures et les rendre efficaces, la Sûreté dira d’ailleurs toujours que c’est interdit de parler de tels approches.

Et rebelote, on ne le répétera jamais assez : soutenons-nous les uns les autres via une attitude d’insoumission et de non-collaboration face à la justice, à ses limiers et à ses amis-journaleux. Il n’y a rien à leur dire, il n’y a rien à discuter avec eux. Ils sont passés maîtres dans l’art d’utiliser et d’abuser tout ce que tu dis à des fins répressives. Il est important de faire gaffe à ce que personne ne se retrouve seul face à une horde de ces chiens de garde, face à d’éventuels chantages et menaces, face à l’intimidation judiciaire. Continuer à prendre nous-mêmes l’initiative ; continuer à déterminer nous-mêmes ce dont nous voulons discuter et comment nous voulons lutter, aussi en des périodes de menace répressive plus intense, est la réponse la plus forte que nous puissions donner. Il n’y a pas à rechercher ou à accepter le dialogue avec le Pouvoir et ses sbires ; le mutisme des rebelles face au pouvoir et le fait de maintenir ouvert ou conquérir l’espace de discussion libre avec d’autres révoltés et mécontents sont certainement des lignes de défense très fortes.

Septembre 2015

[Publié sur indymedia bruxelles, 8 octobre 2015]

[De Bordeaux à Bruxelles] La pub prend cher

Un mystérieux gang anti pub vandalise 45 panneaux publicitaires à Bordeaux et périphérie

L’entreprise Decaux, spécialiste de la publicité urbaine a porté plainte contre x. Elle a dû remplacer 90 vitres après les dégradations constatées vendredi matin. 

Sur les panneaux vandalisés on pouvait lire les inscriptions « stop à la pub » ou encore « laissez nous réfléchir »

AntiPubBordeaux panopub

Leur presse lobotomisée – Fr3 Aquitaine, 09/2/2015 à 16h25

******************************************************************************************

Uccle, la commune belge qui enregistre le plus d’abribus vandalisés

C’est une des communes bruxelloises les plus paisibles. Et pourtant! Uccle détient un surprenant record: celui du plus grand nombre d’abribus vandalisés ces dernières années. Clear Channel, une des sociétés qui gèrent ce type de mobilier urbain, lance donc une nouvelle campagne d’affichage, en collaboration avec les autorités communales uccloises. Objectif: faire comprendre aux vandales qu’ils dégradent du matériel utile à tous les usagers des bus publics… un matériel qui leur est donc également utile.

« Cet abri qui sert à vous protéger est trop souvent vandalisé. S’il vous plaît, respectez-le! » C’est le message que l’on peut lire sur les affiches apposées sur les abribus ucclois les plus touchés par le vandalisme. Une première campagne d’affichage avait déjà été lancée en 2012, à la suite de nombreux actes de vandalisme. « En 2012, nous avons enregistré 241 plaintes pour vandalisme contre nos abribus », affirme Jean Furnemont, responsable du développement pour Clear Channel-Belgique, section Bruxelles et Wallonie. « En 2013, Uccle enregistrait 184 plaintes. Un chiffre qui retombait à environ 100, l’an dernier ». Pour la société qui gère ces abribus, ces faits de vandalisme, bien qu’en diminution, restent trop importants. « Réparer une vitre nous coûte 280 euros », explique Jean Furnemont. « En 2014, nous avons dû remplacer 43 vitres, ce qui représente un budget d’environ 12.000 euros! Nous préférerions investir cet argent dans d’autres choses. »

Des bris de vitres, mais des tags aussi

Autre fléau pour la société: les nombreux tags qui salissent les abribus. « L’an dernier, nous en avons dénombré plus de 350 », affirme Jean Furnemont. « C’est également beaucoup d’argent pour les enlever. D’autant que certains sont faits à l’acide ». De nombreuses polices locales répertorient les tags et les signatures. Mais les enquêtes pour identifier les délinquants sont longues et difficiles; d’autant que les flagrants délits sont rares. Reste que les coupables s’exposent à des poursuites judiciaires, avec à la clé, de sévères amendes ou des travaux d’intérêt général. A ce triste hit-parade du vandalisme contre les abribus, Uccle devance Waterloo et Mons. La lutte contre ces incivilités passe sans doute aussi par l’éducation et la prévention. Un travail de longue haleine.

Leur presse – RTBF.be, 13/01/2015 à 17h13

******************************************************************************************************

Namur : Terrorisme antipubs à répétition, la cascade Decaux

On s’en prend aux panneaux publicitaires de la firme Jean-Claude Decaux : en une semaine, 30 enseignes ont été vandalisées.

1-77

La chose n’est pas anodine. Depuis une semaine, les panneaux publicitaires de la firme Jean-Claude Decaux sont volontairement ciblés. C’est tout le centre-ville qui est touché, depuis Salzinnes jusqu’au quartier des Casernes. Avec une gradation dans le temps, aussi : ce week-end, ce sont 13 panneaux qui ont été vandalisés sur deux jours. Difficile de croire à un hasard ou à la simple convergence de l’un ou l’autre individus. Non, la croisade est organisée.

Au sein de la société Decaux, on ne comprend pas vraiment le pourquoi de cette action. D’autant que les abribus, eux aussi sous le logo de la grande société française, leader mondial du marché et présente en Belgique depuis 1967, ne sont pas touchés. Non, ici, c’est à l’empire de la pub qu’on s’en prend, visiblement. Pas de campagne publicitaire sulfureuse pour le moment, pourtant. Pas d’images qui seraient susceptibles de choquer sur ces fenêtres marketing ouvertes sur la ville.

5-22

Début de réponse ? C’est au business que l’on s’en prend. De manière systématique. « Nous n’avons jamais vu cela dans d’autres villes », indique Jérôme Blanchevoye, directeur chez J.-C. Decaux, qui indique que des actes de vandalisme sont malheureusement monnaie courante dans les centres-villes, mais que rare est ce genre d’acharnement.

CJDecaux rassure : toutes les mesures de sécurité sont prises pour éviter l’accident. Les panneaux pulvérisés en fragments de verre seront rapidement remplacés. Mais en attendant, on sécurise chaque périmètre pour éviter le petit souci quotidien. Mais la question reste pendante : Pourquoi ?

Une croisade rarement observée

Ce serait souvent des petits groupes d’excités qui joueraient du poing sur les panneaux. Ici, on s’acharne…

Jérôme Blanchevoie se veut rassurant : « Toutes les équipes J.-C. Decaux sont dans Namur, qui savent renseigner en permanence sur ce qu’il se passe, et intervenir pour les réparations. » J.-C. Decaux est un citoyen quasi officiel de la Ville de Namur : la société gère les panneaux publicitaires aujourd’hui visés, mais aussi les abribus et leurs ouvertures publicitaires, et est le partenaire de la Ville comme gestionnaire du réseau du Li Bia Vélo, les vélos partagés lancés en mars 2011 dans la capitale wallonne. Gérer, c’est bien. Mais réparer, c’est coûteux : 300€ le verre d’un panneau publicitaire. Faites fois 30 (si le chiffre s’arrête)…

4-22

Comment interpréter les gestes d’aujourd’hui ? « C’est souvent le fait de petits groupes d’individus qui s’amusent… » Retour de guindaille, anarchie urbaine, vandalisme gratuit. Sauf qu’ici, c’est une croisade qui est menée. On n’a jamais vu cela…

Leur presse – Lavenir, mardi 13/01/2015 07h38