Daily Archives: 2015/02/28

[Besançon] Quelques précisions sur la révolte incendiaire à Planoise

buscrameDernièrement, les porte-paroles des flics publiaient une série d’articles au sujet de plusieurs nuits de révolte dans le quartier de Planoise durant lesquelles l’école Champagne, un véhicule utilitaire d’une entreprise (dont l’identité est restée secrète) et un bus pour touristes ont été pris pour cibles (voir ici et ).

Seulement, un « détail » a volontairement été écarté par ces crapules de journaleux, dont leur rôle quotidien est de maintenir la paix sociale dans ce monde de domination: dimanche 15 février dans l’après-midi, la veille des premiers troubles incendiaires, le jeune Amine s’est fait percuter par les porcs de la BAC alors qu’il circulait dans le quartier avec sa mini-moto. Les flics ont immédiatement pris la fuite et c’est une personne qui était sur les lieux qui a appelé les secours. Résultat: une hospitalisation dans un état critique: « une fracture à la base du crâne; une fracture à la colonne vertébrale; une fracture à l’avant bras; un œdème au coté gauche de la tête; de l’eau entre les poumons et la cage thoracique; une perte de l’audition ».

Un extrait du témoignage de la mère:

« Les gamins du quartier ont pour habitude de faire de la moto le dimanche. Mon fils, Amine, avait pris la sienne depuis une dizaine de minutes équipé d’un casque. Arrivé à un certain endroit, il a vu une patrouille de la BAC (nldr : brigade anti-criminalité) le suivre rapidement en voiture. Les jeunes savent pertinemment que les policiers les arrêtent souvent pour rien, et que ça se termine en général en garde à vue avec régulièrement un passage à tabac au commissariat.

Amine ne s’est donc pas arrêté et a instinctivement décidé d’emprunter un sens interdit espérant mettre fin à cette énième filature. Les choses se sont passés autrement puisque les policiers de la BAC l’ont suivi d’extrêmement prêt, jusqu’à ce qu’ils percutent la moto de mon fils.

Suite à ce terrible choc, Amine a été éjecté au sol, et les policiers ont pris la fuite ! Un témoin a vu Amine inerte au sol et a appelé les secours. Il lui ont prodigué les premiers soins sur place avant de l’emmener au CHRU Jean Minjoz à Besançon. »

Les humiliations, tabassages et meurtres de la police sont quotidiens et il n’y a rien à attendre de l’Etat et de ses porte-paroles, qui évidemment justifieront et protégeront toujours l’existence de la police. Exprimons notre rage dans la rue et notre solidarité concrète avec les quatre émeutiers présumés interpellés.

Vengeance pour Amine et tous les autres !

Reformulé d’un article publié sur Le Libertaire Bisontin