Tag Archives: « Kaliméro » – Caisse de solidarité avec les prisonniers de la guerre sociale

[Solidarité avec les prisonniers de la guerre sociale] De l’oseille pour Kalimero !

Cliquer sur l’image pour voir le tract en PDF

Ces derniers mois dans différentes villes, y compris lors de déambulations sauvages ou d’émeutes, nous sommes nombreux/ses à nous être réjoui.e.s de la multiplication d’actes offensifs dans la rue. Des affrontements avec les chiens de garde de l’Etat et de la propriété jusqu’à la destruction incendiaire de leur outil de travail, des vitres brisées de commerces jusqu’au pillage de leur contenu, des attaques de journaflics jusqu’au débordement des pacificateurs de service, tout cela est venu bousculer l’arrogance des puissants. Dans toutes les formes de lutte -qui ne se limitent pas au « mouvement social »-, l’auto-organisation et l’action directe sont indispensables pour rompre avec la pacification par la marchandise et avec le terrorisme d’Etat. Car prétendre qu’il est inconcevable que des individus s’opposent directement à l’ordre existant, cela revient à dire à demi-mot qu’il n’y a tout simplement pas de révolte sociale possible.

Continue reading

[Paris et Montreuil] Affiche pour le week-end de solidarité avec les prisonnier-e-s de la guerre sociale

Affiche vue sur les murs de Paris et Montreuil en octobre 2016:

Télécharger l'affiche au format PDF

Télécharger l’affiche au format PDF

Continue reading

[Montreuil, 93] Week-end de solidarité avec les prisonnier.e.s de la guerre sociale (29 et 30 octobre 2016)

Comment affirmer une solidarité, y compris face à la répression, avec des actes de révolte partagés ?

kalicouleursmallEn ces temps de guerre et de serrage de vis généralisé, les conditions de vie insupportables qui nous sont imposées reposent sur la peur. Peur de perdre son boulot et de ne pas arriver à boucler les fins de mois, peur de la police, peur de la prison. Un sentiment encore renforcé par un état d’urgence prolongé indéfiniment et par l’enfermement de toujours plus de récalcitrantEs et pour toujours plus longtemps. Il y a pourtant tellement de raisons de se révolter contre ce monde de fric et de flics, qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que nombre d’individus ne se résignent pas et continuent d’agir envers et contre tout, à quelques-unEs ou à plusieurs, de jour comme de nuit. Car la guerre sociale ne connaît pas de trêve contre l’ordre mortifère de l’Etat et du Capital : attaques de frontières, mutineries en taule, évasions de centres de rétention, sabotages de projets d’aéroport ou de THT, saccages d’écoles, incendies d’engins de chantier ou de câbles des flux de transport et d’information, destructions de permanences électorales ou émeutes suite à un énième assassinat policier, débrouilles quotidiennes pour tenter d’échapper à l’esclavage salarié,… voilà un peu du désordre quotidien qui se passe volontiers de loi –divine ou terrestre– pour se manifester en toute liberté.

Continue reading