Daily Archives: 2016/01/27

[Limoges] Sept camions de Vinci incendiés en solidarité ! (26 janvier 2016)

Sept camions d’Eurovia incendiés par des Zadistes dans la nuit

Trois foyers ont été allumés sur le site limougeaud d’Eurovia situé en zone sud. Les auteurs ont signé leur acte d’un tag : « ZAD PARTOUT ». 

Sept camions d’Eurovia Limousin Poitou-Charentes, filiale du groupe Vinci – l’entreprise intervenant sur le site de l’aéroport de Notre Dame des Landes-, ont été incendiés en zone sud de Limoges mardi soir, aux alentours de 22h30. 

Un tag « ZAD PARTOUT » a été inscrit sur l’entreprise et trois foyers distincts ont été allumés, laissant aucun doute sur le caractère volontaire du sinistre. 

medley1

medley2

Le représentant du Parquet de Limoges Xavier Pasturel a immédiatement saisi le service régional de la police judiciaire, en accord avec le procureur de la république de Limoges tenu informé en direct. Une enquête est ouverte pour incendie volontaire.

En juin dernier, 9 engins de chantier avaient été détruits par les flammes au même endroit.

L’enquête sur ces faits est toujours en cours. 

Pour Eurovia, le préjudice est énorme. Les camions valent chacun entre 200.000 et 300.000 euros. Interrogé sur les lieux peu après le sinistre, le patron du site, « très remonté », selon une source policière n’a pas voulu s’exprimer. 

L’incendie intervient après la décision de justice, datée de lundi, validant l’expulsion de plusieurs familles occupants des terrains où doit être construit l’aéroport de Notre Dame des Landes. A l’origine de cette demande se trouvait Aéroport de Grand Ouest, une filiale… de Vinci.

Lepopulaire.fr, 27/01/2016 à 07h51

*********************

L’incendie volontaire d’Eurovia à Limoges revendiqué auprès de notre journal

eurovia_2460901

[…] « Vive la zad, les luttes sociales et les solidarités ». 

Ainsi se termine un mail, envoyé dans la nuit de mardi à mercredi, vers 2h18, aux rédactions du Groupe Centre France situées à Guéret (Creuse) et à Tulle (Corrèze) pour revendiquer l’incendie volontaire survenu quelques heures plus tôt à Limoges.

Vers 22h30, sept camions ont été entièrement calcinés et les mots « ZAD PARTOUT » ont été tagués sur l’entreprise Eurovia, filiale du groupe Vinci.

Le mail est intitulé « Zad partout : revendication sabotage eurovia vinci limoges, 26 janvier 2016 » 

L’auteur de cette missive évoque les « multinationales de merde », souhaite qu’Eurovia « crève » et fait également référence à la société Areva. Un élément qui risque d’intéresser fortement les enquêteurs du SRPJ de Limoges saisis des investigations, Areva ayant elle aussi été visée localement par un incendie volontaire.

On était en avril 2014 et le « musée de la mine » situé à Bessines-sur-Gartempe (Haute-Vienne) avait été en partie incendié.

D’étonnants précédents

Le 12 juillet 2013, Areva avait été visée par un acte de sabotage de voies ferrées ayant entraîné le déraillement d’un train sur la commune de Fromental (Haute-Vienne) le jour même… de l’ouverture du musée de la mine Urêka. 

Un acte de sabotage lui aussi revendiqué par mail auprès de notre journal, le Populaire du Centre mais passé quasi inaperçu, puisque survenu le même jour que le déraillement du train de Brétigny-sur-Orge.

L’enquête sur ce déraillement confiée aux gendarmes de la section de recherches de Limoges n’a jamais abouti.

« Il semble que vous soyez résolus à faire de cette Terre une poubelle » dénonce l’auteur qui, à la suite des menaces sur eurovia et areva (les noms des entreprises sont écrits sans majuscule) met dans le même panier les « potes des ministères », les « esclaves dans les bulldozers », les « bétonneurs assermentés » et les « robocops lobotomisés ».

« C’est pas rémi fraisse  [SIC] qui vous arrêtera et c’est pas l’état d’urgence qui nous arrêtera. Anonymes et quelconques, nous sommes partout ».

lepopulaire.fr, 27/01/2016

[Tunisie] Un bilan sur la répression lors des récentes émeutes

Tunisie: 423 arrestations dans les récentes émeutes

Selon le ministère tunisien de l’Intérieur, les personnes arrêtées sont accusées d’être impliquées dans des actes de vandalisme et de pillage

Le ministère tunisien de l’Intérieur a annoncé, samedi, l’arrestation de 723 personnes accusées d’être impliquées dans les actes de violence, de vandalisme et de pillage perpétrés dans le pays depuis le début des protestations contre le chômage, dimanche dernier à Kasserine (ouest).

Walid Louguini, chargé des relations avec la presse au ministère de l’Intérieur, a déclaré à Anadolu que 84 autres personnes ont été arrêtées pour violation du couvre-feu, instauré hier vendredi.

Aussi, 103 agents de police et gendarmes ont été blessés au cours de la dernière période.

Le Chef du gouvernement, Habib Essid, a accusé des « parties destructrices » d’avoir « fomenté les tensions » et « exploité les protestations pacifiques pour piller et saccager ».

Il a affirmé, au cours d’une conférence de presse, à Carthage, que « ces courants qui veulent faire tomber le régime, et imposer le leur, en profitant des protestations des jeunes, seront défaits ».

Depuis mardi dernier, le gouvernorat de Kasserine (Ouest) est en proie à de vives protestations contre le chômage et la corruption.

Au départ, des jeunes sans emplois s’étaient rassemblés devant le siège du gouvernorat pour dénoncer «une manipulation des autorités locales des listes de recrutement dans la fonction publique ».

Les protestations ont progressivement dégénéré en affrontements avec les forces de l’ordre. Des pneus ont été brûlés et la route principale de la vile de Kasserine a été coupée.

La vague de protestations a rapidement gagné d’autres villes, deux jours après la mort d’un jeune manifestant de Kasserine, victime d’électrocution alors qu’il s’agrippait à un poteau électrique pour contester la composition de la liste où ne figurait pas son nom.

Vendredi, des manifestants ont tenté d’envahir le siège du gouvernorat après le refus du gouverneur de sortir à leur rencontre et d’écouter leurs revendications. Un jeune a tenté de se suicider en s’immolant par le feu, avant d’être maîtrisé par d’autres manifestants, a constaté le correspondant d’Anadolu.

trt.net.tr, 24/01/2016