Daily Archives: 2014/12/31

L’illusion légaliste

illusionlegalisteDébut octobre, un premier verdict est tombé. Des citoyens avaient introduit une demande de classement du terrain à Haren où on compte construire la maxi-prison, croyant ainsi pouvoir empêcher, ou en tout cas retarder, le plus grand projet carcérale l’histoire belge. La réponse des autorités compétentes était laconique : « Mais allons donc, c’est nous qui voulons construire cette nouvelle prison !  ». La demande a donc été rejetée, tout comme les autres recours juridiques introduits auparavant.

« Injuste ! » diront probablement ceux qui défendent la voie légale pour s’opposer à la construction de la maxi-prison. « La demande n’a pas été bien étudiée. Nos élus n’ont pas soutenu notre démarche. Il y a d’autres recours possibles ! » Forts de cette illusion, ils y vont rebelote et se remettent à fouiller les articles de loi. Et ainsi, ils se remettent à essayer de convaincre les autres gens qui sont opposés à la maxi-prison que la voie à suivre, ou en tout cas, une des voies à suivre, c’est la voie légaliste. Pétitions adressées aux autorités. Interpellations des élus. Interventions auprès des médias. Recours juridiques. Mais ce sont des illusions. Et elles nuisent le développement d’une véritable lutte contre la construction de la maxi-prison.

Afin de canaliser une éventuelle opposition, l’Etat a prévu une marge de manœuvre légale pour les mouvements de contestation. Elle est légale, justement parce qu’elle ne nuit pas à l’application de la loi (c’est-à-dire, les décisions prises par les autorités). L’Etat légalise et autorise ce qui contribue au maintien du système, à sa légitimation et à son renforcement. Une lutte doit déterminer ses propres méthodes ; suivre les prescriptions de ce qu’il faudrait faire pour s’opposer à ses projets, c’est se couper les ailes dans l’affrontement déjà pas facile avec le pouvoir et ses forces juridiques, bureaucratiques, policières, médiatiques, économiques.

Pour ceux qui s’opposent à un projet de l’Etat, pour ceux qui disent de façon claire et nette, non à la construction de la maxi-prison, la voie légaliste est donc un leurre qui dévie l’attention du vrai défi qui se pose : comment empêcher, par nous-mêmes, la construction de cette maxi-prison ?

ftp.pngCelui qui prêche la voie légaliste apporte de l’eau au moulin de l’Etat. C’est assez clairement le cas aujourd’hui de quelques organisations officielles qui se disent « opposées » ou « critiques » du projet de maxi-prison, se servant faussement de la colère et du rejet catégorique de nombreuses personnes, dans les quartiers de Bruxelles comme au village de Haren, pour s’assurer une place autour de la table des puissants. Double discours, double visage, faut-il encore l’expliquer davantage ? S’il est vrai que personne ne peut prétendre avoir les recettes en poche pour lutter contre la maxi-prison, on ne peut pas non plus rester indifférents devant les manœuvres répétées pour saboter l’autonomie de cette lutte et la faire dévier vers des objectifs politiciens (tels que négocier une « petite prison » plutôt qu’une maxi-prison ; des terres agricoles accessibles et le déplacement de la maxi-prison ailleurs ; etc.). Car la lutte, c’est aussi se donner les moyens pour lutter, découvrir comment on peut faire les choses, s’approprier tout un arsenal de méthodes, du passé et du présent, pour combattre les plans du pouvoir. L’appel à l’Etat, le dialogue avec les institutions, la reconnaissance et la sacralisation de la légalité, les pétitions, les sollicitations auprès des élus et des partis ne renforcent pas l’autonomie de la lutte, elles la cassent. Elles viennent répéter le vieux refrain sur laquelle se repose l’autorité étatique : rien n’est possible hors de l’Etat. Nous disons : rien n’est possible dans l’Etat. Nous disons : pour empêcher la maxi- prison, la meilleure façon de lutter, c’est de lutter par nous-mêmes et de façon directe, par l’auto-organisation et l’action directe. Si cette auto-organisation peut se réaliser de nombreuses manières, si l’action peut prendre les mille couleurs de l’arc en ciel, la voie légaliste ne préconise qu’une seule méthode, erronée et trompeuse à notre avis : rentrer dans le jeu de l’Etat plutôt que de s’y opposer.

L’illusion légaliste repose sur la croyance que malgré l’oppression flagrante, la corruption, les abus, l’Etat servirait quand-même « l’intérêt général », et qu’il y a donc du sens à lui demander des choses, en acceptant de le faire de la manière et au moment qu’il aura prescrit. La réalité est bien plus rude. Celui qui entre en lutte pour empêcher le plus grand projet carcéral de l’histoire belge, s’en rendra vite compte. Pour lui, s’ouvrira la question de comment lutter contre un Etat déterminé à imposer ce projet par tous les moyens possibles. Les pistes pour y répondre ne se trouvent pas dans le code légal ni dans la bouche des politiciens, elles ne se trouvent qu’en nous-mêmes. En la capacité de nous organiser entre nous, sans partis ni organisations officielles. En la créativité d’imaginer mille manières de perturber concrètement le bon déroulement de ce projet de maxi-prison. En la détermination de rester ferme dans le rejet de ce projet, dans le non clair et net, et de faire vivre ce non dans la rue et dans les champs.

Publié dans Ricochets, n°1 via la cavale